Dernière ligne droite avant la cotation exemplaire de Hui Xian

 |   |  313  mots
Copyright Reuters
La foncière de Li Ka-shing est la première société dont la cotation sera libellée en yuan à Hong Kong.

Li Ka-shing est décidément l'homme des coups d'éclat boursiers. À l'origine, en mars dernier, de la plus importante cotation boursière à Singapour qui a concerné ses activités portuaires, le milliardaire chinois s'apprête à faire de nouveau parler de lui mais à Hong Kong cette fois. En étant l'auteur de la première IPO chinoise libellée en yuans (« La Tribune » du 23 décembre 2010).

Hui Xian, une société d'investissement immobilière cotée (REIT), a en effet reçu l'approbation le 4 avril dernier du régulateur boursier local en vue de lancer cette cotation inédite qui devrait démarrer le 29 avril prochain. Plus que les montants levés - le groupe table sur 11,2 milliards de yuans (1,7 milliards de dollars) -, ou la capitalisation boursière du groupe (la mise sur le marché de 40 % du capital le valorise à 28 milliards de yuans) c'est cette situation inédite, qui retient aujourd'hui l'attention des investisseurs.

« Cette introduction est spéciale dans la mesure où il s'agit de la première libellée en monnaie chinoise », indique Jonas Kan, responsable de la recherche chez Daiwa Securities, qui rappelle : « La communauté financière spécule sur une appréciation de la monnaie chinoise et, pour l'heure, les moyens de jouer cette hausse restent très limités ».

Conscient de la spéculation que risque d'engendrer cette nouvelle expérience, le régulateur boursier hong-kongais a d'ailleurs cru bon de prendre les devants. « L'investissement sur le fonds Hui Xian ne doit pas être un pari déguisé sur le raffermissement de la devise chinoise », a-t-il averti sur son site. « Comme les autres devises, le renmimbi peut s'apprécier mais aussi se déprécier. Il n'y a pas de garantie à son appréciation. »

Cette semaine, les dirigeants devraient entamer les rencontres avec les investisseurs. Ils ne devraient guère avoir de difficutés à les convaincre. M. B.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :