La chambre de commerce franco arabe appelle à dynamiser les relations économiques avec les pays arabes

 |   |  479  mots
(Crédits : Forum CCFA sur la Reconstruction de l’Irak, V. Reina, Président CCFA, Jaafar Al-Hamadani, président Fédération des CCI Irakiennes)
La Chambre de Commerce Franco Arabe, composante majeure dans le dispositif des relations économiques et commerciales franco-arabes, organise en partenariat avec l’Union des Chambres Arabes, le jeudi 6 décembre son 3e Forum France-Pays arabes au Pavillon Kléber à Paris. Au-delà des visions stratégiques et des grands plans d’investissement annoncés, ce forum d’information et d’échanges portera sur les enjeux et les opportunités de marchés arabes pour les entreprises françaises et la nécessité d’un renforcement d’un partenariat franco-arabe qui est à accélérer dans un contexte de concurrence internationale accrue.

Cette troisième édition portera sur « Opportunités de marchés et climat des affaires : un partenariat à renforcer ». Plus de 350 participants sont attendus pour débattre autour des opportunités que les marchés arabes peuvent offrir et les conditions d'accès à ces marchés.

« Avec près de 50 d'expérience dans les relations économiques franco-arabes, la Chambre de Commerce Franco Arabe est l'institution française la mieux placée pour répondre aux besoins des entreprises françaises qui souhaiteraient exporter et s'implanter dans les pays arabes » explique Vincent Reina, président de la Chambre de Commerce Franco Arabe. «  Notre 3e forum est le rendez-vous annuel de la relation bilatérale franco-arabe car il permet de relier l'ensemble des acteurs qui agissent sur les marchés des pays arabes pour mieux appréhender ces marchés ».

« La présence économique française reste trop timide dans les pays arabes au regard des opportunités et alors que notre histoire commune et les liens qui nous unissent sont propices à un développement considérable des activités économiques bilatérales. Il faut une mobilisation forte des entreprises pour renforcer les échanges, conquérir ces marchés et s'y pérenniser» indique-t-il.

La CCFA veut s'appuyer sur les secteurs porteurs de la France, ses savoir-faire dans l'aéronautique, l'agroalimentaire, la santé, le luxe, les services, la formation pour renforcer la présence française dans les pays arabes. Ces deniers en sont souvent demandeurs !

Les pays du Golfe par exemple ont lancé le projet « Gulf Railway », un projet ferroviaire international qui reliera l'ensemble des pays de la région. L'Algérie organisera les Jeux Méditerranéens en 2022 et aura besoin de nouvelles infrastructures. L'exposition universelle de Dubaï en 2020 accueillera des millions de visiteurs et se consacrera à la transition énergétique. L'Egypte cherche à poursuivre la transformation de son marché intérieur. Le Maroc accélère dans le secteur automobile son offre internationale. Autant d'opportunités !

« Les pays arabes sont en pleine mutation » reprend Vincent Reina. « De nombreux projets sont en cours ou seront annoncés. Il y a une telle demande arabe que nous ne pouvons pas passer à côté. Nous devons participer à cette dynamique, notamment à travers leurs grands programmes d'investissements à l'horizon 2030 - 2040. » ajoute-t-il. « Nous avons une place à jouer dans cette transformation puisque les pays arabes sont très soucieux des nouvelles technologies, de l'innovation, de l'adaptation à leurs conditions locales et à la formation. Des domaines dans lesquels la France fait partie des leaders sur le marché ».

Les secteurs prioritaires tels que le développement durable, la ville intelligente, le secteur de l'agroalimentaire et la reconstruction d'infrastructures seront mis en avant à l'occasion de 3e Forum qui permettra de débattre sur la nécessité d'apporter l'expertise des entreprises françaises au développement économique des pays arabes, mais aussi de voir comment ces derniers pourront répondre aux besoins nationaux.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :