Pour Éric Alix, « l’avenir de la mobilité passe par le développement de solutions digitales intelligentes et durables »

 |  | 414 mots
Lecture 2 min.
(Crédits : RATP - Jean-François MAUBOUSSIN)
Le groupe RATP est engagé de longue date en faveur de la neutralité carbone de ses activités. Qu’il s’agisse de ses biens immobiliers, de ses matériels roulants ou de ses infrastructures ferroviaires, l’entreprise œuvre sans relâche pour réduire sa consommation d’énergie et proposer aux villes des solutions toujours plus durables et respectueuses de l’environnement.

Cette démarche vertueuse doit être accompagnée selon Éric Alix, président-directeur général de RATP Smart Systems, de solutions digitales clé en main à destination des régions, des métropoles et, in fine, des voyageurs eux-mêmes : « à la RATP, nos innovations industrielles sont nombreuses et montrent des résultats probants en Île-de-France et à travers le monde. Notre rôle est aussi d'accompagner nos partenaires et nos voyageurs dans le choix d'une mobilité responsable. C'est pour eux que nous développons aujourd'hui avec Mappy un compagnon du quotidien 100 % digital ».

Des solutions digitales de MaaS proposées d'ici juin 2021

Transports en commun, covoiturage, autopartage, vélo en libre-service, trottinettes électriques... Demain, une seule et même application proposera à ses utilisateurs un trajet de porte à porte, associant plusieurs modes de transport successifs, avec un seul et même billet, réservable et payable directement à partir d'un téléphone mobile. L'utilisation de solutions de mobilité bas carbone en sera ainsi facilitée. Selon Éric Alix, « à Paris, sur le réseau exploité par la RATP, à distance égale, on émet jusqu'à 60 fois moins de CO2 lorsqu'on se déplace en RER ou en tramway qu'en empruntant sa voiture ! ». L'enjeu est donc majeur.

Pour y répondre, le groupe RATP à travers sa filiale dédiée RATP Smart Systems proposera aux métropoles et aux régions demandeuses, d'ici le mois de juin 2021, une application de MaaS clé en main, adaptée à leurs contraintes et réalités de terrain : « nous visons à la fois les grosses métropoles, mais aussi les plus petits réseaux. Nous cherchons à créer un maillage pour intégrer les différentes mobilités comme des maillons sur une même chaîne et développer un système de transport intermodal. Nous voulons les aider, les accompagner, faciliter l'utilisation de solutions de mobilité plus propres » précise Éric Alix.

La révolution du MaaS est en marche

Le marché du MaaS s'ouvrira en 2021, en partie grâce à la publication des décrets relatifs à la Loi d'Orientation des Mobilités (LOM). La réglementation encadrera notamment le partage des données ou la façon dont les titres de mobilité se vendront. Avec l'acquisition de Mappy, le groupe RATP s'inscrit pleinement dans ce calendrier législatif et dans la dynamique qu'il impulse pour le développement des solutions digitales de mobilité.

Le MaaS n'en est donc qu'à ses débuts ! L'année 2021 sera celle des grandes évolutions. Tout reste à construire, à développer.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :