Où investir dans l’immobilier en Espagne

 |   |  1007  mots
(Crédits : DR)
En 2018, 65.400 propriétés ont été acquises par des étrangers en Espagne, ce qui représente 12,64 % du nombre total de transactions immobilières réalisées sur l’année. Entre juillet 2018 et juin 2019, les acquéreurs de nationalité étrangère qui arrivent en tête sont les Britanniques avec 13,31% des opérations effectuées, suivis des Français avec 7,62%, des Allemands, et des Belges.

D'après les dernières données publiées par le Registre de la propriété espagnol sur son site web, il est clair que le pays le plus au sud du continent européen est une destination privilégiée par les francophones qui désirent acquérir une résidence secondaire ou font le choix de l'expatriation pour la retraite. Ceci étant posé, quelles sont les régions les plus ciblées par les francophones ? Les zones frontalières en particulier sont-elles les plus prisées par les Français ?

Si l'on regarde les chiffres, on observe que c'est la Province d'Alicante dans la Communauté de Valence qui a le plus de succès auprès des étrangers : ils y ont réalisé 41,81% des transactions immobilières qui y ont été enregistrées entre juillet 2018 et juin 2019. La Province de Tenerife aux îles Canaries arrive juste derrière avec 28,91% des opérations sur la même période.

Si on analyse les mêmes données au niveau des Communautés autonomes, on constate que les îles Baléares (27,49%), les îles Canaries (26,57%) et la Communauté de Valence (26,33%) sont les trois régions où les ressortissants étrangers sont les mieux représentés dans le volume des transactions, avec une avance notable sur la 4ème région du classement. Si l'on tient compte du nombre de transactions réalisées (à titre d'exemple sur le second trimestre 2019 : 19 495 dans la Communauté de Valence, 17 916 aux Canaries et 12 361 aux Baléares), il apparaît que les Français achètent plus dans la Communauté de Valence, et en particulier dans la Province d'Alicante, que dans n'importe quelle autre région d'Espagne.

Ces éléments donnent une idée assez claire des régions principalement visées par les francophones qui désirent effectuer une acquisition immobilière en Espagne actuellement. La Communauté de Valence, les Canaries et les Baléares ne partagent pourtant pas de frontières avec la France et ne sont pas les régions les plus proches de la Belgique où de la Suisse. La question se pose donc : qu'est-ce qui explique l'attractivité particulière de ces régions ?

La question a été posée à une agence immobilière spécialisée dans les services à la clientèle francophone de la Communauté de Valence, Espagne Select Immobilier (Immobilier Espagne). D'après Sébastien Vasseur, en charge du développement de la société, « ce sont les seules régions d'Espagne qui réunissent les caractéristiques les plus prisées des investisseurs étrangers : un climat privilégié toute l'année, la proximité avec la mer, des prix accessibles, un niveau de sécurité élevé et une stabilité politique rassurante dans la durée ».

Quelles sont les différences entre les Communautés autonomes les plus prisées par les francophones ?

Bien que ces trois régions aient plus de points communs que de différences, chacune a ses particularités. Tout d'abord, la Communauté de Valence, située sur la côte à mi-chemin entre le nord et le sud de la péninsule, est aisément accessible en voiture, en train, en avion et même en bateau. Ce n'est pas le cas des Canaries et des Baléares qui sont des territoires insulaires auxquels on accède presque exclusivement par avion, bien que le bateau soit également une option :

  • Le climat et la température de l'eau. Aux Canaries, ils varient très peu au cours de l'année. Les pluies y sont presque inexistantes, il n'y a pas de réel hiver, et on peut se baigner toute l'année (la température de l'eau oscille entre 19° en février et 23° en septembre). En revanche, les amplitudes thermiques sont un peu plus significatives dans la Communauté de Valence et aux Baléares où les étés sont plus chauds, et les hivers un peu plus froids. De même, la température de l'eau y varie un peu plus, passant de 13° en février à 27° au mois d'août.
  • Le lycée français et les universités. On trouve des lycées français dans les trois Communautés autonomes, à Valencia, Alicante, Mallorca, Ibiza, Tenerife et Gran Canaria. En revanche, en ce qui concerne les universités, la Communauté de Valence est la mieux desservie avec des campus à Valencia, Castellón, Alicante, Gandía et Elche. Aux Baléares et aux Canaries, seules les îles principales en sont dotées : Mallorca, Gran Canaria et Tenerife.
  • Les langues locales. Alors que dans la Communauté de Valence et aux Baléares on parle des variantes du catalan en plus de l'espagnol, aux Canaries on ne parle que l'espagnol.
  • Les paysages. Chaque région présente une faune et une flore particulières. Les Canaries, par exemple, sont d'origine volcanique, ce qui induit des paysages montagneux abrupts et des plages de sable noir.
  • Enfin chaque région a ses plats et ses fêtes traditionnelles, par exemple la paella valenciana et les Fallas à Valencia, ou les carnavals aux Canaries.

Enfin, il existe des arguments économiques pour choisir une région ou une autre : le coût de la vie est le plus évident, mais il en existe d'autres pour les investisseurs immobiliers :

  • Le tourisme et la présence d'étudiants influent fortement sur le marché immobilier et les opportunités qu'il présente. Chaque région a ses particularités dans ce domaine, qu'il convient de bien étudier.
  • Les impôts liés aux opérations immobilières varient d'une région à l'autre, de même que le système de commissionnement des agences, ou les frais liés aux prêts hypothécaires*. Autant de facteurs qu'il est nécessaire de bien identifier.

Quoiqu'il en soit, les chiffres laissent penser que choisir l'une de ces trois Communautés autonomes pour investir dans l'immobilier en Espagne soit synonyme de bonne opération.

*En 2018, le taux d'intérêt moyen proposé par les banques était de 2,48% aux Canaries, de 2.38% dans la Communauté de Valence et de 2,37% aux Baléares

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :