Viviane de Beaufort : "S'engager pour la Génération d'après"

 |  | 676 mots
Lecture 4 min.
(Crédits : DR)
[#8mars #DroitsDesFemmes] Dans le cadre de la Journée Internationale des Droits des Femmes, La Tribune propose à des femmes engagées dans l'entrepreneuriat, la mixité globale et l'égalité économique femme-homme de s'exprimer sur leurs actions, convictions et expériences de terrain. Viviane de Beaufort est professeure à l'Essec, directrice des programmes Women Essec et fondatrice du Club Génération Startuppeuse.

Depuis 10 ans, je suis engagée pour la promotion de l'Egalité Femmes/Hommes dans le business : la mixité des Conseils d'administration, les carrières et l' #Equal pay et l'Entrepreneuriat au féminin. En tant que professeure, je mène des études comparatives, publie en assumant la « gender approach », j'ai aussi créé des programmes dédiés à l'ESSEC et je témoigne le plus possible.

Concernant l'entrepreneuriat féminin, après 10 ans, le programme ENTREPRENRE AU FEMININ ESSEC s'arrête cette année car le monde bouge... Et je développe le Club GEN #Startuppeuse. Dans mon dernier livre, Génération #Startuppeuse ou la nouvelle ère (Eyrolles 2017) , je tente un diagnostic sur une génération, celles des Milleniales, qui crée autrement (même si on peut adopter ce comportement en étant d'une autre génération). Un phénomène générationnel est une tendance partagée en nombre, au-delà des différences de personnes et de projets, je pense donc pouvoir parler d'une Génération #Startuppeuse : les jeunes sont de plus en plus nombreux/ nombreuses à se lancer dans l'entrepreneuriat et de plus en plus tôt. Leurs projets portent souvent une volonté politique : concilier la recherche d'un impact positif sur notre société en développant un business innovant. Une étude de Women Iniative Foundation et le CEDE @ESSEC à paraître en mai sur l'Entrepreneuriat en Europe établit qu'en France, tout particulièrement cette génération monte et cette fois, les filles sont fondatrices à 40% !

Faut-il pour autant crier victoire ? Hélas non ! Ces startuppeuses demeurent victimes de stéréotypes auto-limitants et du modèle dominant qui les oblige à se sur-adapter pour trouver des financements ou bien, et ça arrive de plus en plus souvent ...Refuser de le faire, mais alors mettre en péril la vitesse du développement de leur projet en choisissant la slow croissance, tandis qu'autour d'elles, la bulle startup se développe à coups de millions d'euros dans les levée de fonds (et finira par éclater !).

Auprès de Marine, ma fille qui porte @voyagir[1]
un projet à impact dans le tourisme durable, aventure entrepreneuriale qui m'a conduit à écrire le livre, auprès celles que je mentore, j'ai réalisé qu'elles ont encore du mal à s'exposer et sont vite dévastées quand elles subissent un revers. Or, les incubateurs même de qualité accompagnent le projet mais moins la personne. La technique n'est pas suffisante, l'écoute pour dompter ce complexe de l'imposteur peut faire une différence quand elles flanchent. C'est pour ces raisons que j'ai lancé le Club GEN #Startuppeuse.

Dans sa dimension numérique le Club GEN #Startuppeuse. & Wo/Men experts est sur Wirate: on y évalue les projets et des expertes délivrent du mécénat de compétences, collectif ou en one to one, à distance. Dans sa dimension in real life, des ateliers experts, du coaching et des revues de projet sont organisés pour les faire monter en gamme, mais aussi développer l'esprit réseau entre expertes et startuppeuses et entre startuppeuses (un groupe linked in fermé permet des échanges cadrés par la charte de Bienveillance du club).

Le Club en moins d'un an c'est 30 startups et 140 experts ; des partenariats avec des réseaux professionnels féminins ; le soutien du Pôle Compétitivité Fintech et de BPI ; des marraines prestigieuses : Clara Gaymard, Agnès Bricard, etc. En coopération avec des incubateurs on accueille bientôt des projets entre la France et l'Afrique de l'Ouest et des organisations et des entreprises françaises s'engagent à nos côtés. Le Club se lance à Montpellier en avril lors du 2ème Forum interactif Dell Women Entrepreneur Network (DWEN) avec Féminin Pluriel et Wondermeufs

Expert/es de bonne volonté, réseaux engagés sur les femmes et /ou l'innovation et la RSE, l'ISR, venez aider « nos filles à sauver le monde » ! Une Charte de Bienveillance cadre votre engagement et vous laisse libre de choisir vos projets et les modalités de votre apport.

[1] https://voyagir.org/fr/

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :