Deuxième plan en vue pour les services à la personne

 |   |  564  mots
Le secrétaire d'Etat à l'Emploi Laurent Wauquiez a annoncé ce jeudi le lancement début 2009 du deuxième volet du plan pour le développement des emplois à la personne en France.

 Le deuxième plan de services à la personne, après celui lancé par Jean-Louis Borloo en 2005, devrait être opérationnel au premier trimestre 2009, car "en période de crise, tous les gisements d'emplois sont précieux", a annoncé jeudi le secrétaire d'Etat à l'Emploi Laurent Wauquiez.
Ce secteur (garde d'enfants, aide aux personnes dépendantes, etc) est "extrêmement pourvoyeur d'emplois", avec 103.000 créations en 2006 et 130.000 en 2007, a souligné M. Wauquiez, qui s'exprimait lors du deuxième Salon des services à la personne à Paris.
Pour 2008, les créations d'emplois seront "dans la tendance de 2007", et pour les années 2009 et 2010, la tendance serait d'environ 100.000 par an.
Selon M. Wauquiez, deux secteurs sont actuellement des "moteurs" de l'économie: "les emplois verts et les services à la personne". Dans Le Parisien/Aujourd'hui en France publié jeudi, il a souhaité que "davantage de demandeurs d'emploi" soient orientés vers les emplois verts dès 2009.
Pour les services à la personne, M. Wauquiez a expliqué que le "plan II", sur lequel il travaille actuellement pour l'annoncer dans les prochaines semaines, devait "être opérationnel pour le premier trimestre" 2009.
Ce plan devra "poursuivre la démocratisation de l'accès au secteur" notamment par la mise en place d'une avance au crédit d'impôt, afin que les "classes moyennes modestes" n'aient pas à attendre un an avant d'être remboursées de 50% des dépenses engagées dans l'achat de services à la personne.
Actuellement, les particuliers qui veulent bénéficier de services à la personne doivent payer l'intégralité la première année, avant d'être remboursés en partie par un crédit d'impôt l'année suivante. Nicolas Sarkozy avait déjà souhaité fin octobre que soit mise en place une avance.
Le plan II a également pour objectif d'améliorer "la professionnalisation et la qualité de l'emploi" des salariés, en "renforçant la formation et le nombre d'heures travaillées", a expliqué M. Wauquiez.
Il portera aussi sur "la simplification" des règles administratives, notamment concernant le Cesu préfinancé, les règles juridiques et le périmètre des services éligibles au crédit d'impôt (actuellement 21 métiers sont concernés, ndlr).
Enfin, "il faut arriver à stabiliser ce secteur sur la durée", a-t-il affirmé, en "stabilisant le dispositif" des aides fiscales (exonérations de charges, crédit d'impôts), mis en place pour développer le secteur.
De même, Bruno Arbouet, directeur de l'Agence nationale des services à la personne (ANSP), a considéré la stabilité du cadre financier et fiscal comme un "préalable" à la "pérennité du secteur".
Marie-Béatrice Levaux, présidente de la fédération des particuliers-employeurs (Fepem) et Jacques Manardo, président de la Fédération des entreprises de service à la personne (FESP) ont tous deux regretté que le Parlement soit tenté, à chaque discussion budgétaire, de "rabioter des aides qui perdurent depuis 15 ans".
Ainsi, cette année, des députés avaient proposé de réduire l'exonération de charges des employeurs et le plafond de réduction d'impôt. Mais, finalement, l'exonération a été maintenue, et le plafond relevé, de 12.000 à 15.000 euros.
Pour Stéphane Fustec (CGT), "des chose avancent mais aucun miracle n'est attendu dans le plan II". Emettant "des doutes" sur la qualité des emplois créés, il craint que "les services à la personne ne viennent peu à peu se substituer aux services publics".

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
c'est une bonne avancée mais la lacune reste le non proféssionnalisme, donc a mettre en place des formations proféssionnelles ( d'urgence)
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Entant que gérant d'une entreprise de service à la personne spécialisé dans la musique, je trouve ces mesures excellentes, notamment pour l'avance sur le crédit d'impôt !
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
il existe de nombreuses entreprises qui sont dans une démarche de professionnalisation et certification et qui mettent en place des formations pour leurs salariés.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Arrêtons de nous garagriser avec les emplois créés par le service à la personne. La plupart de ces emplois ne sont qu'un pis aller ou un cache misère qui ne tiennent que par les aides fiscales. le jour où il n'y a plus d'aide il n'y a plus d'emploi. Quant au leurre de la professionnalisation qui dit formation dit logiquement prix plus élevés or ce que recherche la plupart des clients c'est la plupart du temps les prix les plus bas. Et que sera le plus de foramtion pour la livraison de courses ou le repassage?!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Surtout ,messieurs, ne pensait pas trop aux retraités, c'est vrai eu n'ont besoin de rien, sauf payer
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Tout à fait d'accord avec "zeus".Les services à la personne connaîtraient un développement considérable si l'on pouvait trouver facilement dans son environnement des personnes véritablement qualifiées dans les domaines relevant de cette sorte d'emplois.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :