Jacques Chirac n'assistera pas à son procès

 |   |  957  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Vendredi, les avocats de l'ancien président de la République ont présenté un dossier médical justifiant son absence. Lundi, le tribunal correctionnel de Paris ainsi que le parquet ont annoncé qu'ils acceptaient l'excuse médicale.

Jacques Chirac sera jugé "en son absence". Le tribunal correctionnel de Paris, après le parquet, a déclaré lundi accepter l'excuse médicale de l'ancien président de la République à son procès pour détournement de fonds publics.

"Il me semble que la demande présentée par ses conseils peut être acceptée", a déclaré le procureur, Michel Maes, lors du premier jour d'audience au tribunal correctionnel de Paris.

Ses avocats ont confirmé à l'ouverture de l'audience qu'ils souhaitaient représenter l'ancien président de la République à ce procès qui doit durer jusqu'au 23 septembre. Ils ont transmis vendredi au tribunal un rapport médical privé concluant que Jacques Chirac n'était pas apte à comparaître.

Le président du tribunal Dominique Pauthe a expliqué à l'audience qu'il statuerait plus tard sur la tenue éventuelle du procès en l'absence de l'ancien chef de l'Etat.

Agé de 78 ans, l'ancien président de la République est poursuivi pour détournement de fonds publics à la mairie de Paris entre 1992 et 1995, la dernière d'une longue série d'affaires de corruption dans lesquelles plusieurs de ses proches ont été condamnés ces quinze dernières années.

Après douze années d'immunité pénale à l'Elysée et quatre années d'atermoiements judiciaires sur ce dossier d'emplois fictifs présumés, avec deux renvois pour raisons de procédure, c'est maintenant la santé du prévenu qui est avancée pour épargner la comparution à Jacques Chirac.

Après avoir affirmé aux médias toute la semaine que Jacques Chirac viendrait au procès, sa défense a transmis au tribunal vendredi le dossier médical de l'ancien chef d'Etat avec un rapport du professeur Olivier Lyon-Caen, chef du service de neurologie à l'hôpital parisien de la Pitié- Salpêtrière.

"M. Chirac est dans un état de vulnérabilité qui ne lui permet pas de répondre aux questions sur son passé", dit ce rapport. Il parle selon le Journal du dimanche d'un trouble neuropsychique appelé "anosognosie", caractérisé lorsque le patient n'est pas conscient des problèmes dont il souffre.

Le tribunal, présidé par Dominique Pauthe, n'est pas lié par cette expertise privée réalisée à la demande de la famille de Jacques Chirac. Il peut ordonner une contre-expertise médicale judiciaire, ce qui le contraindrait à un nouveau renvoi. Il peut aussi accepter directement l'absence de Jacques Chirac.

DEUX OPTIONS, PROCÈS SANS LUI OU PAS DE PROCÈS

Si un problème de santé est retenu pour le dispenser de comparaître, deux options seront alors possibles.

Les juges peuvent tenir jusqu'au 23 septembre comme prévu un procès contradictoire, qui ne serait pas techniquement un "défaut", où Jacques Chirac serait représenté par ses avocats. C'est, officiellement, la voie proposée par les avocats de la défense Jean Veil et Georges Kiejman dans un communiqué.

La défense devrait cependant suggérer une autre voie, un "sursis à statuer" en attendant une hypothétique guérison, c'est-à-dire que Jacques Chirac ne serait sans doute jamais jugé. Cette demande peut être tranchée dans le jugement final après une audience normale.

Le dossier, dans lequel seront aussi jugés neuf proches de l'ancien président, vise 28 emplois présumés fictifs à l'Hôtel de Ville entre 1992 et 1995, des faits considérés par l'instruction comme emblématiques de l'utilisation des fonds publics parisiens pour la carrière politique de son maire.

Une partie civile, l'association anti-corruption Anticor, a envoyé samedi un courrier au tribunal pour fustiger l'orchestration médiatique de l'excuse médicale de Jacques Chirac et exiger sa présence au procès.

"On est dans le chiraquisme pur, faire de la stratégie politicienne de bas étage à un procès", a dit son avocat, Jérôme Karsenti.

Le parquet n'a pas fait connaître sa position, mais il est plus que probable qu'il accepte l'absence de Jacques Chirac, le procureur Jean-Claude Marin ayant déjà annoncé qu'il ne demanderait pas de condamnation, les charges étant selon lui "insuffisamment caractérisées".

La victime présumée de l'infraction, la Ville de Paris, ne sera pas représentée, le maire PS Bertrand Delanoë ayant retiré sa constitution de partie civile après le remboursement de 500.000 euros par Jacques Chirac et de 1,7 million par l'UMP.

L'audience de lundi sera aussi occupée par les ultimes demandes d'annulation des poursuites pour prescription et violation du droit à un délai raisonnable, transmises au tribunal vendredi par Me Jean-Yves Leborgne, avocat de Rémy Chardon, ex-directeur de cabinet de Jacques Chirac.

Poursuivi pour "détournement de fonds publics, abus de confiance et prise illégale d'intérêt", Jacques Chirac encourt en théorie jusqu'à dix ans de prison, mais les juges ne prononcent en pratique, dans ces dossiers anciens, que des peines avec sursis, en cas de déclaration de culpabilité.

ANOSOGNOSIE

Qu'est-ce que l'Anasognosie ? L'étymologie provient grec nosos signifiant maladie et gnosis qui porte la signification de connaissance. Le préfixe a- privatif donne à l'ensemble la signification d'absence de conscience de la maladie.

Il s'agit de la méconnaissance par un malade de la maladie dont il est atteint alors que celle-ci apparaît de façon évidente.

Plus précisément ce terme employé en neuropsychologie et en psychiatrie dénote une attitude d'un patient qui ne peut absolument pas reconnaître les troubles dont il est atteint.

Cette pathologie se rencontre essentiellement quand il existe des lésions de l'hémisphère mineurs c'est-à-dire de l'hémisphère droit chez le droitier essentiellement à la suite d'un accident ischémique cérébrale (attaque cérébrale) due à une interruption de l'irrigation sanguine.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/09/2011 à 18:21 :
La question de sa participation aux séances du Conseil Constitutionnel n'est toujours pas réglée : il n'a visiblement demandé sa suspension que pour les trois semaines du procès. Parce qu'il compte y siéger encore ensuite, après s'être fait reconnaître "vulnérable", donc incapable de se défendre, et avoir échappé à son procès ? Et dire que personne ne réagit encore dans la classe politique...
Réponse de le 05/09/2011 à 18:41 :
Je corrige immédiatement mon erreur : Rachida DATI vient de dire que la question de cette démission va nécessairement se poser. Là, elle leur donne une leçon à tous !
a écrit le 05/09/2011 à 16:46 :
Quand à l'anosognosie de Chirac, au moins 80% des Francais doivent l'avoir...Parce qu'il y a un paquet de malade en FRANCE!!!!!!!!
a écrit le 05/09/2011 à 16:06 :
Ce n'est pas un ancien "Président de la République" qui est jugé mais un ancien "maire", les faits reprochés étant relatifs à son mandat de maire de Paris. Il a peut-être aussi été enfant de coeur dans sa jeunesse, mais cela ne conduit pas pour autant à dire qu'on juge un enfant de choeur...
a écrit le 05/09/2011 à 16:03 :
encore une belle mascarade...
a écrit le 05/09/2011 à 15:44 :
Selon que vous serez puissant ou misérable, les jugements de cour vous rendront blanc ou noir.
Rien de nouveau depuis plusieurs siècles.
Le cerveau de beaucoup de nos hommes politiques ignorent la signification de mots simples comme : integrité, probité, amour propre, dignité.
Sont-ils sujet à anosognosie ?
a écrit le 05/09/2011 à 15:01 :
Malade pour le procès et pas malade pour le conseil constitutionnel.etc... Moi, je suis je ne supporte plus nos hommes politiques de droite comme de gauche. la loi est toujours bonne pour eux...et puis j'en ai assez de tous ces cumuls excessifs de mandats.
a écrit le 05/09/2011 à 14:12 :
N'oublions pas ce que Mr Chirac en tant qu'homme d'état, a servi la France de toute son énergie,et ce pendant des années, voire des décennies comme président, premier ministre,député,élu local...etc, de plus il a déjà remboursé une certaine somme d'argent.
Il faudrait maintenant le laisser tranquille pour la dernière partie de sa vie vivre en dignité. Il faut juger les responsables de ce retard. A signaler que je suis un électeur de gauche depuis toujours.
Réponse de le 06/09/2011 à 11:37 :
oui, mr chirax a bien servi les français en ne faisant aucune réforme ni aucune économie. pauvre homme, va, maintenant qu'il est vieux, autant laisser courir. La justice en france étant lente et délibérément plus lente pour nos hommes politiques, qu'il scontinuent de bafouer la loi. certains fraçais n'y trouvent encore rien à redire. Continuez à votre guise!
a écrit le 05/09/2011 à 13:53 :
Bravo Monsieur le Professeur une bien belle médecine que vous pratiquez la, je ne doute pas que vos honoraires doivent être à la hauteur de votre "diagnostic".
a écrit le 05/09/2011 à 13:47 :
mort de rire, quelle farce
a écrit le 05/09/2011 à 12:48 :
Pinochet, Moubarak, Chirac... : On peut pas m'juger, vous voyez bien, j'suis gaga !
a écrit le 05/09/2011 à 12:01 :
C'est vrai qu'on ne tire pas sur une ambulance, par contre cela vaudrait la peine de condamner les différents ministres de la justice qui ont permis un tel retard dans le jugement, et au passage de dépoussiérer la soi disant justice française qui condamne les papys qui se défendent quand on les agresse chez eux ou qui fait la part belle aux agresseurs au lieu des victimes....
Réponse de le 06/09/2011 à 11:40 :
ben oui, mais pay, il avait qu'à se laisser dépouiller, ou il avait qu'à être membre du gouvernement.. la justice en france est à deux vitesses, faut pas l'oublier. Et on se dit en démocratie.. ça devient à vomir. Mais restons content, c'ést tellemnt pire ailleurs.. comme il est de coutume ce dernier siècle de vouloir niveler par le bas.. profil bas, profil bas..
a écrit le 05/09/2011 à 11:47 :
Alors, si le Procureur a déjà annoncé qu"il ne demanderait pas de condamnation, "les charges étant insuffisamment caractérisées"...Encore un non lieu en perspective...Match Ministères de la Justice USA/France : 1 partout !
a écrit le 05/09/2011 à 11:38 :
Comme d'habitude médiatisé et à la sortie peau de bananes, comme le sang contaminé,résultat rien,je pense qu'un simple citoyen ou un patron de société ferais la même chose peu importe l'état de celle-ci le jugement et la condamnation serais faite belle démocratie les bai... le peuple!!...
a écrit le 05/09/2011 à 8:45 :
Cette farce montre bien que la France n'est pas autre chose qu'un république bananière !!!
a écrit le 05/09/2011 à 8:02 :
"M. Chirac est dans un état de vulnérabilité qui ne lui permet pas de répondre aux questions sur son passé",dans cette hypothèse qu'il abandonne IMMEDIATEMENT toutes ces fonctions politiques et les émoluments qui vont avec .....car les décisions qu'il pourrait prendre seraient catastrophiques......pour les français....CQFD
Réponse de le 05/09/2011 à 9:48 :
La seule responsabilité qui lui restait était celle de membre du Conseil Constitutionnel, à qui il a remis sa démission. Plus d'autre mandat en cours à ma connaissance.
a écrit le 05/09/2011 à 7:47 :
Ce procès a été repoussé, sans pouvoir être annulé, depuis des années, il doit avoir lieu, sinon, encore une fois, la justice va se ranger dans la cour des "grands".
a écrit le 05/09/2011 à 7:32 :
Je cite
"C'est le cas entre autres des patients présentant une hémiplégie gauche massive qui refuse d'admettre l'existence celle-ci alors qu'il a constate débit du."

C'est du français ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :