Un tiers des Européens redoutent l'effondrement de l'économie mondiale

 |   |  524  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Catastrophe ! Sur fond d'apocalypse annoncée pour décembre 2012, les peuples d'Europe se préparent au pire. Une étude menée à travers 16 pays européens, par l'Institut GFK pour National Geographic Channel, en vue d'une série sur les familles américaines redoutant la fin du monde, s'est attachée à déterminer les peurs des Européens. La crise économique reste le principal sujet d'inquiétude.

Au palmarès des sujets d'épouvante parmi les Européens, la montée du chômage arrive en tête : 37% des personnes interrogées s'inquiètent de la montée du chômage (20% en France). 29% pensent que l'économie mondiale pourrait s'effondrer, 26% craignent la faillite de plusieurs pays, 27% pensent que l'Etat providence risque de disparaître, 23% ne sont pas sûr de pouvoir financer leur retraite et 22% sont préoccupés par d'éventuelles attaques terroristes. Quant à la perspective du prétendu fatidique mois de décembre 2012, deux tiers des Européens estiment important de se préparer à un éventuel effondrement économique, un taux qui grimpe à 86% dès lors qu'il s'agit d'une catastrophe naturelle. Le pays qui donne le plus d'importance à l'éventualité d'une catastrophe naturelle est le Portugal (83%) alors qu'il est assez faible en France (9%). L'étude réalisée auprès d'un échantillon de 18 à 49 ans dans 16 pays (France, Espagne, Portugal, Italie, Pays-Bas, Danemark, Norvège, Royaume-Uni, Allemagne, Finlande, Estonie, Pologne, Russie, Grèce, Turquie et Bulgarie) met la crise économique au centre des préoccupations. Principalement au Sud de l'Europe...évidemment. En Espagne, elle domine largement les craintes (64%) ainsi qu'en Grèce (57%), Italie (55%) et Portugal (49%). Le Royaume Uni et la France avec respectivement 55% et 50% rejoignent également l'Europe du Sud.

Au Nord de l'Europe, en revanche, la santé apparaît plus comme sujet d'inquiétude que la crise économique. Comme en Allemagne, Finlande, Norvège, Bulgarie et Estonie où ces questions sont mentionnées avant l'économie. Seulement 30% des Allemands redoutent une récession économique, 24% des Norvégiens et des Danois, et...23% des Russes.

L'Allemagne et la France, pays les plus sûrs en cas d'effondrement

Mais que feraient ces Européens s'ils savaient que la fin du monde arrivait ? La moitié d'entre eux affirment qu'ils feraient les choses différemment et qu'ils se prépareraient à cette éventualité en allant vivre à la campagne pour cultiver leur propre nourriture. 25,9% déclarent que, face à une catastrophe, ils mangeraient tout ce qu'ils veulent, et 24,9% admettent qu'ils auraient plus de relations sexuelles (25,8% pour les Français) et arrêteraient de travailler. Seulement 25% disent qu'ils ne changeraient rien. Un pourcentage qui grimpe à 42% chez les Français sondés qui, pour leur part, privilégieraient les voyages et resteraient avec leur famille (69%).
Où faut-il alors mieux se mettre «à l'abri» ? Les pays considérés comme les plus sûrs en cas d'effondrement économique ou de catastrophe naturelle sont, pour la moitié des Européens, en premier lieu l'Allemagne suivie par la Norvège et le Royaume-Uni. A l'inverse, la Bulgarie, avec à peine 1%, n'inspire absolument pas confiance. Les Français considèrent leur pays comme étant sûr pour 23,4% en cas d'effondrement économique et 33,7% en cas de catastrophe naturelle, et se place avec ces bons scores juste derrière...l'Allemagne.
Quant à savoir quels sauveurs pourraient aider la population en cas d'effondrement économique ou de catastrophe naturelle, seulement 3% des personnes interrogées font confiance à leurs politiciens et 13% à l'église. 24% comptent plutôt sur les organisations non gouvernementales et 36% sur la police ou l'armée (28% en France). Dans un sauve-qui-peut généralisé, 61% disent surtout avoir uniquement confiance en eux-mêmes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/09/2012 à 17:54 :
Ben pour que la France soit sure, il faudrait d'abord enfouir les déchets nucléaires comme le fait la Finlande. Parce qu'en cas de catastrophe naturelle et/ou écologique, nous n'aurons plus les moyens de gérer correctement les déchets actuellement entreposés et entretenus en surface... et cette pollution ne s'arrêtera pas aux riverains...
Réponse de le 05/09/2012 à 18:10 :
Je voulais dire catastrophe naturelle et/ou écoNomique...
a écrit le 05/09/2012 à 17:23 :
Redouter l'effondrement de la société, de l'économie, de la sécurité sociale, de la retraite etc...c'est toujours un argument pour ne rien faire (qui pourrait provoquer l'effondrement) et continuer plus avant dans le chaos.
Notre société humaine, est bien assez forte pour reconstruire rapidement ce qui s'effondre, en mieux et sans la foule de profiteurs inutiles et couteux qui s'accrochent à profiter des autres, c'est pourquoi aucune de ces structures ne risque de s'effondrer avant longtemps mais les profiteurs joueront toujours sur la peur pour se maintenir.
Réponse de le 05/09/2012 à 18:08 :
Bah oui, l'humanité s'en sortira. Mais il faut aussi penser au bonheur des individus qui la compose et qui n'ont qu'une vie. La vie réussie des uns ne compense pas le mauvais sort des autres. Il faut donc faire attention.
a écrit le 05/09/2012 à 17:20 :
Voilà de quoi se préparer à diminuer sa consommation effrénée pour rompre avec cette société du toujours +++. Serons nous perdant au bout du compte ?
a écrit le 05/09/2012 à 17:02 :
Article super sérieux .. Ou comment mélanger catastrophe naturelle, effondrement économique et terrorisme à partir de sondages sortis de nulle part. Pour noter la pertinence des chiffres, on peut se demander comment 86% des européens peuvent redouter une catastrophe naturelle si le pays qui le redoute le plus (le portugal) compte 83% de gens redoutant un tel phénomène ..?
Réponse de le 20/11/2012 à 3:00 :
en effet l'article est bidon se tromper à ce point c'est grossier mais sa ne choque personne. Comme le disait un general anglais: seul les petit mnsonge ont besoin d'tre bien garder. les gros mensonge sont garder par l'incredulité publique.
a écrit le 05/09/2012 à 16:42 :
"La moitié d'entre eux affirment qu'ils feraient les choses différemment et qu'ils se prépareraient à cette éventualité en allant vivre à la campagne pour cultiver leur propre nourriture. 25,9% déclarent que, face à une catastrophe, ils mangeraient tout ce qu'ils veulent, et 24,9% admettent qu'ils auraient plus de relations sexuelles (25,8% pour les Français) et arrêteraient de travailler." cool, vivement la fin alors !
Réponse de le 05/09/2012 à 17:15 :
Autrefois c'était tous les millénaires, maintenant ça revient tous les ans, bientot pour demain ou peut être la prochaine heure. Que ferez vous la prochaine heure censée être la dernière. Malgré l'éventail des possibilités alléguées, je parie que les findumondistes la passeront à ... trembler et prophetiser .(comme d'habitude)
a écrit le 05/09/2012 à 16:42 :
Bof, l'Histoire n'est qu'une suite de crises qui ne servent même pas de leçon puisqu'on recommence périodiquement les mêmes erreurs.
a écrit le 05/09/2012 à 16:35 :
Je ne redoute que l'effondrement de la France maintenant que la huitieme plaie est au pouvoir
a écrit le 05/09/2012 à 14:44 :
la date c'est le 21/12/12... verifiez vos sources avant de publier avec des erreurs aussi grossiere
Réponse de le 05/09/2012 à 15:30 :
c'est vrai que c'est hyper grossier comme erreur d'inverser un chiffre dans une date fictive rattachée à une croyance populaire inepte... là plus grosse erreur ce n'est pas d'avoir inversé les chiffres, c'est plutôt d'y attacher une importance aussi grossière
Réponse de le 05/09/2012 à 16:40 :
Et en plus avec une faute de grammaire et sans ponctuation!
Réponse de le 05/09/2012 à 16:49 :
même raisonnement pour votre com
Réponse de le 05/09/2012 à 16:58 :
Certes le chiffre dans ce cas precis n'as que peu d'importance... Ce qui est grave est de constater que sur La Tribune ce genre d'erreur est assez frequent... Cela n'enleve en rien l'interet que je porte a ce journal. Neanmoins, les journalistes sont censés donner des informations exactes a leurs lecteurs. Disons que ce n'est pas vraiment pour le chiffre, mais plutot pour le principe...
Réponse de le 05/09/2012 à 17:27 :
Ben pour que la France soit sure, il faudrait d'abord enfouir les déchets nucléaires comme le fait la Finlande. Parce qu'en cas de catastrophe naturelle et/ou écologique, nous n'aurons plus les moyens de gérer correctement les déchets actuellement entreposés et entretenus en surface... et cette pollution ne s'arrêtera pas aux riverains...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :