"L’investissement est la clé de la reprise économique" (Michel Didier, Coe-Rexecode)

 |   |  1574  mots
Tant que les compétences économiques exactes des nouveaux territoires n'auront pas été précisées, le risque d'inertie est très élevé, avançait jeudi Michel Didier, le président de l'institut COE-Rexecode, invité des Matinales des travaux publics organisée à la Fédération nationale des travaux publics (FNTP).
"Tant que les compétences économiques exactes des nouveaux territoires n'auront pas été précisées, le risque d'inertie est très élevé", avançait jeudi Michel Didier, le président de l'institut COE-Rexecode, invité des Matinales des travaux publics organisée à la Fédération nationale des travaux publics (FNTP). (Crédits : DR)
Alors que la zone euro pourrait enfin retrouver le chemin d’une faible croissance en 2015, l’économiste et président de Coe-Rexocode, Michel Didier, décode pour "La Tribune" la politique économique impulsée par la BCE de Jean-Claude Juncker et s’affirme comme un fervent partisan de la relance par l’investissement.

La Tribune. En ce début d'année 2015, comment analysez-vous la situation économique de la France, de la zone euro et du reste du monde ?

Michel Didier. Globalement, l'économie mondiale apparaît en meilleure forme qu'il y a un an. Premièrement, les Etats-Unis vivent une reprise solide. La croissance américaine a dépassé les 3% en rythme annuel sur deux trimestres consécutifs.

Deuxièmement, on remarque que la croissance des pays émergents ralentit, notamment en Chine et au Brésil. Mais, bien qu'elle soit moins dynamique, elle reste forte. Le seul véritable point noir demeure la zone euro, qui apparaît franchement à la traîne.

Les indicateurs économiques sont médiocres, la croissance stagne à un niveau quasi nul. Malgré tout, un certain optimisme semble permis. Une fois n'est pas coutume, tous les analystes sont d'accord : le FMI, la Banque mondiale et la BCE prévoient tous environ 1% de croissance dans la zone euro en 2015.

Entre l'effondrement du prix du pétrole et les tensions sur le marché des changes, 2014 a été une année très agitée. 2015 s'annonce-t-elle sous les même auspices ?

Effectivement, nous avons vécu quelques phénomènes qui sont de véritables game changers, c'est-à-dire des évolutions qui bouleversent la donne et ont un impact sur la croissance. Le yen s'est effondré, plusieurs monnaies asiatiques sont parties dans tous les sens, en Russie le rouble a dégringolé.

Mais le plus important de ces game changers est, bien sûr, l'effondrement des prix du pétrole, qui ont chuté de moitié. C'est très positif pour les entreprises, qui paieront moins cher une partie de leur énergie et qui vont donc connaître une augmentation de leurs résultats d'exploitation. Dans un deuxième temps, cette baisse va aussi se répercuter sur le pouvoir d'achat des ménages. A lui seul, l'impact de la baisse du coût du pétrole pourrait redonner 1,5 point de croissance à l'ensemble des pays consommateurs.

L'autre phénomène très positif pour l'économie européenne est la baisse du cours de l'euro par rapport au dollar. Ce rééquilibrage pourrait détendre un peu la zone euro et favoriser les exportations. Si la situation reste la même, l'ensemble de ces facteurs pourraient donner un coup de fouet à la croissance européenne et mondiale en 2015.

Pensez-vous que les cours du pétrole vont rester à leurs niveaux actuels ?

Nous avions déjà connu une baisse importante du prix du pétrole en 2008-2009, au moment de la crise, mais le marché était reparti de plus belle. Depuis 2010, les cours plafonnaient autour de 110 dollars le baril. L'an dernier, l'offre a fortement augmenté alors que la demande a peu bougé. L'arrivée sur le marché du pétrole de schiste américain a contribué à ce phénomène. Tant que l'offre reste au-dessus de la demande, il n'y a aucune raison que les prix remontent.

Y a-t-il aussi des effets négatifs à la baisse du prix de l'or noir ?

Globalement, l'impact est positif. En revanche, l'abondance de l'offre ne va pas encourager les investisseurs à injecter de l'argent pour la recherche et l'exploitation pétrolière.

Que pensez-vous de l'action du président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker ?

Juncker, que personne n'imaginait si actif, a secoué le cocotier depuis quelques mois. Je pense que la nouvelle politique européenne va dans le bon sens. Tout le monde se focalise sur le "plan Jucker", qui consiste à injecter 315 milliards d'euros pour relancer les investissements, mais ce n'est pas son seul fait d'armes.

C'est moins connu, mais Juncker a aussi impulsé un changement profond des règles d'appréciation budgétaires des Etats. Pour faire simple, on peut dire que le Pacte de stabilité et de croissance (PSC), qui impose aux Etats de la zone euro de ne pas dépasser un déficit équivalent à 3% du PIB, est quasi-mort.

Dans sa nouvelle feuille de route, la Commission européenne explique que les investissements dans le cadre du plan Juncker seront sortis du calcul du déficit public : ils ne rentreront donc pas dans les 3%. Les conséquences budgétaires des réformes structurelles ne seront pas non plus comptées dans le déficit. Autre chose : la Commission estime désormais qu'on ne peut pas juger de la même manière le déficit budgétaire d'un pays en pleine récession et celui d'un pays en croissance.

Bref, l'interprétation de la "règle des 3%" est en train de complètement changer, ceci pour donner aux Etats davantage de marge de manœuvre et relancer les investissements dans l'espoir de faire repartir la croissance. Cette politique pourrait être une très bonne chose, du moins à court terme.

Et à moyen et long terme ?

Je pense que relâcher la pression budgétaire sur les Etats comprend quelques risques. Rien ne garantit que les Etats utiliseront cette bouffée d'oxygène pour effectuer les réformes structurelles indispensables. Sans contrainte forte, le personnel politique, notamment en France, pourrait être tenté de céder à la tentation de la redistribution, pour faire plaisir à l'électorat et favoriser la consommation. Il faut donc s'assurer que ces marges de manœuvres seront utilisées pour l'investissement, qui est la clé d'une reprise économique durable.

Le plan Juncker est-il une solution satisfaisante pour relancer l'investissement en Europe ?

Contrairement à ce qui se dit, je ne pense pas qu'il arrive trop tard. Il fallait que les perspectives économiques s'améliorent un peu pour lancer ce genre de plan. Son efficacité est difficile à anticiper. La Commission européenne croit aux effets de levier.  Elle part du principe qu'en injectant de l'argent dans de grands projets d'investissement, cela va encourager les investisseurs à mettre la main à la poche, dans un cercle vertueux.

Voilà comment, à partir de 21 milliards d'euros, qui étaient déjà dans les caisses de la Commission européenne et de la Banque européenne d'investissement (BEI), le plan Juncker table sur 315 milliards d'euros d'investissements au total. Mais encore faut-il que ces leviers se mettent en route.

De quel genre d'investissements la France a-t-elle besoin ?

Le plan Juncker est une opportunité formidable pour la France. Sans surprise, les projets qui seront sélectionnés seront ceux qui apporteront le plus à la croissance européenne. La France a déjà un réseau d'infrastructures important, mais il peut être amélioré. Cela entre complètement dans la politique de l'offre à laquelle semblent s'être convertis, à raison, nos dirigeants nationaux.

Pour peser sur ces futurs projets, le Medef vient de lancer un Comité d'infrastructures. Coe-Rexecode y participe, tout comme la Fédération nationale des travaux publics (FNTP). Le Grand Paris, de nouvelles lignes de TGV, certains projets comme le Canal Seine-Nord me paraissent indispensables. Et je pense qu'il faudra veiller à l'entretien du réseau existant. C'est primordial. On l'a vu avec l'accident de Bretigny : le réseau SNCF a besoin de sérieux investissements car une infrastructure mal entretenue ne peut plus avoir les effets économiques escomptés. Mais il faudra se méfier de "l'effet d'inauguration"- en effet, les hommes politiques préfèrent inaugurer plutôt qu'entretenir l'existant...

Le 14 janvier dernier, la Cour de justice européenne a établi que le programme OMT de rachat de dette n'était pas contraire aux traités européens. La BCE a-t-elle raison d'utiliser ce levier ?

La BCE veut racheter de la dette depuis 2012, lorsqu'elle a lancé le programme OMT. Mais l'opposition des Allemands a bloqué le processus. Désormais, la voie est libre. Il s'agit du troisième volet de la nouvelle politique européenne, après le plan Juncker et l'assouplissement de la règle des 3% de déficit.

Le 22 janvier, la BCE a annoncé vouloir racheter 60 milliards d'euros de dette par mois. Je pense que cette initiative est globalement positive car elle pourrait relancer la croissance et l'investissement, mais aussi favoriser le retour de l'inflation aux alentours de 2% par an.

En revanche, elle n'est pas sans risque. L'Europe n'a pas vraiment besoin de liquidités supplémentaires, donc cet afflux de liquidités pourrait engendrer de la spéculation. Cela tend aussi à faire baisser les taux d'intérêts, alors qu'ils sont déjà à zéro. Je crains que la baisse continue des taux n'ait l'effet pervers de décourager l'investissement productif.

La victoire du parti d'extrême-gauche Syriza en Grèce, qui veut en finir avec l'austérité imposée par l'Europe, peut-elle avoir une influence sur la politique européenne ?

Il y a une différence entre ce qu'on dit avant les élections, et ce qu'on fait après. Malgré des discours assez inquiétants, le nouveau gouvernement grec va quand même devoir respecter les engagements du pays. Car la BCE et le FMI, qui font partie des créanciers de la Grèce, veulent être remboursés. Il va falloir discuter. Aujourd'hui, on semble se diriger vers un rééchelonnement de la dette grecque.

Mais il faudra se rendre à l'évidence: quelles que soient les projections à dix, quinze ou vingt ans, la Grèce ne pourra jamais rembourser la totalité de sa dette. Il faudra en effacer une partie. Pour l'heure, la perspective d'un rééchelonnement permet de mettre un écran de fumée sur le problème. C'est une manière polie de repousser la question du remboursement à plus tard.

______

>>> Trois questions à Michel Didier, propos recueillis par Laurent Lequien

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/05/2015 à 0:19 :
L'investissement n'est plus de l'argent car l'argent c'est le financement; l'investissement c'est l’intelligence .Autrement dit être intelligent et avoir de l'argent vous pouvez produire la quantité et la qualité durables avec le minium d'argent possible et vous pouvez épargner .Alors le cycle Épargner Financer Produire Renouveler est maîtrisé par l’intelligence pour fonder des capitaux productifs durables et maintenir les stocks des ressources nécessaires pour la durabilité .Si vous avez les trésors pétroles or ect.........et vous n y arriver pas de fabriquer un petit ordinateur ca veut dire tout simplement que vous êtes stupide . Donc Financer l'intelligence pour y maîtriser le cycle de l'investissement autrement dit la fonction d'investissement est comme suit
I = Intelligence + Ressources naturelles + Capital financier + Capital commercial = a * Production avec a un constant compris entre 0 et 1
I est une fonction des variable qualitatif et quantitatifs mesurables et non mesurables mais il peut être modéliser par des indicateurs c'est pourquoi un jour que j'ai dis INVESTISSEMENT MIROIR DES NATION Intelligents savent gérer les ressources gagnent de l'argent épargnent se renouvellent et satisfaites .La production est la valeur des nations . Investissement = a * Production plus cette constante a est proche de 1 plus la nation est intelligente et a un valeur .Mais ce n'est pas toujours vrai car il faiut définir quelle Production pétrole non or non agricole oui industriel oui technologie oui armée non il ne faut jamais comptabiliser les nuisibles pou les dons de la nature dans la production
La il faut bien réfléchir pour les deux fonctions investissements et Production
Une nouvelle vision des économistes qui donne une place pour l’intelligence qu'on peut mesurer avec un ratio relatif au comportement vis a vis l'investissement et la production
Un simple petit récitation d'un agronome qui saut la nature et la nourriture
ALIBI THABET Tunisie
a écrit le 03/02/2015 à 9:51 :
L’investissement est la clé de la reprise économique!!!
Je préfère "Un quart d'heure avant sa mort, il vivait encore".
Mais je n'ai pas fait l'ENA
Réponse de le 03/02/2015 à 18:07 :
et bien vous êtes pas enarque et ça se foit. dans certains pays ce n'est pas l'investissemetn qui en berne mais la consommation privée. L'investissement des entrpreises n'est qu'une des composantes de la croissance de la demande.
N'est pas la Palisse qui veut.
a écrit le 03/02/2015 à 9:13 :
Et pour vendre à qui???? les populations sont ruinés par quelques uns....
a écrit le 03/02/2015 à 8:37 :
La transition énergétique doit être liée à la réforme de la fiscalité: basculer la fiscalité du travail sur la fiscalité énergétique.
a écrit le 03/02/2015 à 8:25 :
Le retour de la croissance passe par une harmonisation des politiques fiscales dans la zone Euro.
a écrit le 03/02/2015 à 8:20 :
Il faudrait lire le document sur la réforme fiscale de Coe-Rexecode. Une réforme fiscale basée sur la taxation de la consommation d'énergie.
a écrit le 03/02/2015 à 0:31 :
Pour être clair la situation s'arrangera lorsque :
- Les états, la société civile et les entreprises investiront sur la formation des citoyens et salariés.
- Les états taxerons les produits d'épargne très fortement (>50% de taxe sur les plus valus) tout en défiscalisant presque totalement la R&D, l'investissement au sein de l'entreprise et la redistribution de richesse au sein de l'entreprise au travers de primes et bonus pour les salaries à revenus faibles et modérés.
- Les marchés actions seront fortement taxés et que lors des périodes de fortes volatilités les cours seront suspendus pour 24h afin de modérer la spéculation destructrice et le parasitage des secteurs primaires et secondaires.
- Les états Interdirons le financement des campagnes politiques par qui que ce soit en particulier par les lobbies.
- Les états Interdirons les collusions entres lobbies et politiques.
- L'école et l'université seront 100% gratuite (Pas de frais d'inscription mais en contrepartie une participation d’intérêt général à l'entretien des université) avec des procédures administratives réduites et dont le financement serait assuré par une participation fiscale globale dont 1/3 serait assuré par les entreprises, 1/ par les collectivités locale et 1/3 par une contribution sur l'impôt local afin que les revenus générés profitent à l'enseignement local.
- La refonte totale du pole emploi afin de le mettre en concurrence avec les agences privés et les moteurs de recherche d'emploi. Création d'un moteur de recherche d'emploi national.
- Mettre en place un financement plus aisé pour al création d'entreprise nécessitant un capital < à 10K
Et il y a de nombreuses autres mesures qui favoriseraient l'emploi. Mais aujourd'hui l'Allemagne ne veut pas que l'euro baisse et que l'emploi reparte car cela impacterait directement les revenus des retraites par capitalisation placés en fonds monétaires utiles à la gestion de son papy-boom.
Réponse de le 03/02/2015 à 8:17 :
Pas un mot sur l'énergie!!!
a écrit le 02/02/2015 à 17:29 :
Ne révons pas! L'investissement fait peur, a cause de l'inflation qu'elle peut engendrer, a ceux qui on cumuler toute cette masse monétaire et, du coup, préfère jouer sur d'autre tableau hors du réel!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :