Nette correction à la baisse du dollar en Asie

 |  | 403 mots
Le dollar perd un large terrain ce lundi dans les échanges asiatiques, plombé par des craintes grandissantes concernant l'état du système financier américain. L'euro vaut 1,4401 dollar, contre 1,4229 dollar vendredi soir.

Le dollar enregistre une sévère correction à la baisse ce lundi dans les échanges asiatiques, plombé par des craintes grandissantes concernant l'état du système financier américain alors que la banque Lehman Brothers a annoncé sa mise en faillite. Vers 06H00 GMT (8 heures à Paris), l'euro valait 1,4401 dollar, contre 1,4229 dollar vendredi soir. L'euro baissait face au yen, à 152,09 yen contre 153,55 yen vendredi soir. Le dollar chutait également face au yen, à 105,61 yen contre 107,92 yen vendredi soir.

Les mesures de soutien aux marchés annoncés dimanche par la Réserve fédérale américaine (Fed) et un consortium de dix banques semblent n'avoir que peu contribué à calmer la nervosité des investisseurs, d'autant que Lehman Brothers a annoncé qu'elle allait se déclarer en faillite lundi "afin de protéger ses actifs".

"La semaine va être très volatile (...). Une semaine où les spéculateurs penseront à gérer les risques plutôt qu'à prendre des risques", ont estimé des analystes de la banque DBS de Singapour, cités par l'Agence France Presse (AFP). John Horner, cambiste à la Deutsche Bank, a indiqué à l'agence Dow Jones Newswires que le dollar devrait rester sous pression aussi longtemps que persisteraient les doutes sur la survie de Lehman Brothers.

Lehman Brothers a annoncé qu'elle allait se mettre en faillite lundi alors qu'aucun repreneur ne s'est manifesté pour la banque laminée par la crise des "subprime". Certains craignent un effet domino qui pourrait ravager le système financier mondial. Par ailleurs, Merril Lynch, une autre grande banque de Wall Street, a passé un accord pour se vendre pour 50 milliards de dollars à Bank of America. Enfin, AIG (American International Group), un des plus grands assureurs mondiaux, chercherait à lever plus de 40 milliards de dollars d'argent frais dans un délai très rapproché, et aurait demandé à la Fed de lui consentir un prêt relais d'un même montant, pour éviter de courir le risque d'un abaissement de ses notes par les agences de notation, selon des informations de presse.

Pendant ce temps, la Fed a indiqué dimanche qu'elle acceptait de recevoir des banques des titres risqués et difficilement vendables en échange d'argent sonnant et trébuchant, afin d'atténuer le choc de Lehman Brothers. Ces mesures, de nature très technique, consistent essentiellement en une amplification et une plus grande fréquence des opérations déjà en place de refinancement des banques commerciales et des banques d'affaires.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :