Pékin s'indigne de la visite du dalaï-lama à la Maison blanche

 |   |  738  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le "soutien appuyé" de Barack Obama au peuple tibétain suscite l'ire de Pékin, qui dénonce une "ingérence grossière dans les affaires intérieures de la Chine", à quelques jours d'une visite de la secrétaire d'Etat Hillary Clinton.

La Chine n'apprécie toujours pas les leçons de démocratie de la part des occidentaux. Et encore moins lorsque Barack Obama apporte son "soutien appuyé" en faveur des Tibétains, lors d'une rencontre entre le président américain et le dalaï-lama, samedi à Washington. "Le président a réitéré son soutien appuyé à la protection de la culture, de la religion et des traditions tibétaines au Tibet et dans le reste du monde", a indiqué le porte-parole de la Maison Blanche. Selon le communiqué de la présidence américaine, Barack Obama a encouragé "le dialogue direct pour résoudre les vieilles divergences" entre la Chine et les Tibétains.

Suite à ces propos, le pouvoir chinois a vu rouge et s'est livré à une avalanche de critiques. Robert Wang, le chargé d'affaires à l'ambassade américaine de Pékin, a été convoqué d'urgence par le vice-ministre chinois des Affaires étrangères Cui Tiankai, pour recevoir les protestations officielles du régime, qui interprête les paroles de soutien du président américain comme une ingérence dans ses affaires intérieures. "La Chine exprime sa vive indignation et son opposition résolue. Le Tibet fait partie intégrante de la Chine et les questions tibétaines sont purement une affaire intérieure", a souligné sur son site internet le ministère des Affaires étrangères chinois. "Entretenir le développement stable et continu des relations sino-américaines demande beaucoup de travail de la part des deux parties", a-t-il taclé.

Le ministre chinois des Affaires Etrangères, Ma Zhaoxu, s'est également exprimé via l'agence de presse Chine Nouvelle. "Une telle action constitue une ingérence grossière dans les affaires intérieures de la Chine, blesse les sentiments du peuple chinois et nuit aux relations sino-américaines". En guise de réponse aux conseils d'Obama sur la crise tibétaine, le ministre chinois a lui aussi prodigué quelques conseils à l'égard du président américain. "Nous demandons aux Etats-Unis de considérer sérieusement la position de la Chine, d'adopter des mesures immédiates pour effacer ce malheureux impact, de cesser de s'ingérer dans les affaires intérieures de la Chine et d'arrêter de soutenir les forces séparatistes antichinoises favorables à l'indépendance du Tibet".

La presse chinoise a également relayé l'indignation du gouvernement.  "Les déclarations de certains aux Etats-Unis montrent l'ignorance et l'hypocrisie et illustrent la profonde hostilité de certains au développement et du progrès chinois", écrit un éditorialiste du Quotidien du Peuple, organe du parti communiste chinois.

Hillary Clinton en Chine le 25 juillet

Ce n'est pas la première fois que la Chine réagit vivement aux propos des démocraties occidentales sur le Tibet, puisque chaque visite du dalaï-lama à l'étranger provoque les mêmes indignations du pouvoir chinois. Barack Obama avait d'ailleurs déjà reçu le dalaï-lama à la Maison Blanche en février 2010, ce qui avait également donné lieu à des déclarations lapidaires des autorités chinoises.

Pour limiter le courroux de la Chine suite à cette nouvelle rencontre, la présidence américaine avait pourtant multiplié les précautions, annonçant l'entrevue vendredi soir, au dernier moment, et interdisant la présence des journalistes et photographes. Le porte-parole de l'administration Obama a également rappelé que "les Etats-Unis ne soutiennent pas l'indépendance du Tibet". Détail révélateur : le dalaï-lama n'a pas été reçu dans le bureau Ovale, où sont conviés habituellement les chefs d'Etat, mais dans la Salle des cartes de la résidence.

Ce nouvel épisode de tension autour des droits de l'homme et de la question tibétaine, bien que plus marqué que les précédents, fait donc presque office de routine dans le jeu diplomatique entre la Chine et les pays occidentaux.  Il révèle aussi que le pouvoir chinois veille scrupuleusement à ne pas faire preuve de fléchissement dans ses positions sur le Tibet, à l'heure où les critiques sur l'absence de respect des droits de l'homme en Chine s'accumulent dans le monde.

Dans ce contexte, la visite d'Hillary Clinton le 25 juillet à Shenzhen, dans le sud de la Chine, s'annonce tendue. La secrétaire d'Etat américaine doit assister en compagnie de son homologue chinois à une conférence régionale en Indonésie, puis rejoindre la Chine le 25 juillet pour rencontrer Dai Bingguo, le conseiller d'Etat chinois chargé des Affaires étrangères.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/07/2011 à 7:17 :
Nous n'avons pas beaucoup de moyens d'influer dans le comportement dictatorial de la chine; si ce n'est la liberté d'expression. Il est donc du devoir de toutes les nations de rappeler sans cesse aux chinois, que chaque peuple à le droit de disposer de son identité. Tant que les tibétains en feront la demande, ils mériteront d'être soutenus.
a écrit le 19/07/2011 à 6:11 :
Les mots Amour et Tolérance est dans le dictionnaire Chinois?
a écrit le 18/07/2011 à 9:34 :
Quand un gouvernement invitera un représentant d'un pays ,ils devront demander l'autorisation aux chinois! ces gens là! ils font ce qu'ils veulent chez eux! ils ne sont pas les maîtres du monde!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
a écrit le 18/07/2011 à 9:27 :
Il faut arrêter d'acheter les produits chinois. Dites-moi la Chine est un pays capitalistes ou communiste? Je me pose toujours cette question.Je sias que les argentiers ne pensent pas aux peuples, mais a son capital.
Réponse de le 19/07/2011 à 5:45 :
@KIKI, le communisme: donne moi ta montre , je te donne l'heure!
a écrit le 18/07/2011 à 7:05 :
le dalaï-lama n'est pas n'importe quel pequin .
a écrit le 17/07/2011 à 23:27 :
Faut il rappeler que le Tibet fait partie de la Chine ?
Que dirait-on si un homme, tel le Dalai-Lama, demandait l'indépendance de la Bretagne sous couvert de principes religieux ?
Le laisserait on faire ?
Réponse de le 18/07/2011 à 12:18 :
@Bedon,
Non, le Tibet était un état indépendant jusqu'à ce que la Chine l'envahisse et l'annexe dans les années 50 si ma mémoire est bonne, en massacrant pas mal de monde.
a écrit le 17/07/2011 à 14:41 :
La Chine doit avoir conscience de la richesse culturelle et spirituelle du Tibet et du peuple Tibétain. Elle protégerait elle-même ce peuple et lui offrirait une autonomie indispensable pour son développement. Comment un seul homme si sage sans aucune richesse, ni armes, tel que le Dalai-Lama, peut faire trembler une puissance telle la Chine?
Réponse de le 18/07/2011 à 4:57 :
@Soso, ils tremblent car ils sont faibles, mental des tibetains = du béton! l'homme ont peut lui empêcher de parler, mais pas de penser! gouvernement autoritaire !, regardons l'histoire, la liberté fini toujours par l'emporter!
a écrit le 17/07/2011 à 12:33 :
L'invasion du Tibet par la Chine a fait 1 million de morts sur une population de 5 millions... Un tel massacre, voilà ce qui m'indigne, messieurs les dirigeants chinois.
Réponse de le 18/07/2011 à 14:31 :
Vive le TIBET Libre!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!Je peux le dire? cela ne va pas choquer les Chinois, à notre époque ont se demandent,se que l'ont peux dire! de moins en moins de liberté, même en FRANCE! CELA EST BIEN TRISTE!!!!!!!!!!!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :