Graham Watson candidat à la présidence du parlement européen

 |   |  718  mots
Le dirigeant de l'Alliance des démocrates et libéraux pour l'Europe (ALDE) a annoncé le 7 janvier son intention de se présenter en tant que candidat à la présidence du parlement européen. Une décision unique et sans précédent avec les méthodes en cours à Bruxelles où les candidatures sont rarement dévoilées publiquement.

"Les présidents du parlement ont depuis trop longtemps été choisi après des discussions à huis clos". C'est ce qu'a indiqué le président du groupe ALDE au parlement européen, Graham Watson, en se portant candidat à la présidence du parlement de Strasbourg, le 7 janvier 2008. "Ma campagne sera la toute première campagne publique pour la présidence", a-t-il fait remarquer, soulignant qu'il espérait ainsi créer un précédent.

Libéral démocrate britannique, élu au parlement en 1994, Graham Watson est le plus ancien chef de groupe de l'histoire du parlement. Le nombre de députés ALDE a doublé au cours de son mandat, faisant du parti le troisième groupe politique du parlement. Un analyste, qui préfère rester anonyme, a confié à EurActiv.com que "la campagne de Graham Watson peut avoir des répercussions sur la manière dont sont conduites les politiques à Bruxelles avant les élections européennes de juin prochain ".

Afin de justifier sa décision, Graham Watson a indiqué que le parlement européen avait besoin d'un véritable débat sur le rôle et les priorités de son futur président. "C'est de cela dont il devrait être question quand il s'agit de démocratie européenne", a-t-il déclaré. "J'espère qu'en rendant ma campagne publique, je stimulerai le débat sur les candidats et les problèmes, et déclencherai une compétition qui se gagnera au mérite, pas par commodité", a poursuivi le chef de l'ALDE.

Traditionnellement, le groupe de centre-droit PPE-DE et les socialistes, les deux plus importantes familles politiques au parlement, concluent un accord pour se succéder à la présidence de l'assemblée. Selon certains rapports, les allégations commencent déjà à circuler à Bruxelles et à Strasbourg. Dans un récent entretien à EurActiv.com, Graham Watson a déclaré que le parlement avait besoin d'une "coalition idéologique" après les élections européennes afin de faire passer un paquet substantiel sur l'économie (EurActiv.com 06/11/08).

Graham Watson croit qu'une coalition idéologique entre les Libéraux et l'un des deux autres principaux groupes politiques, à savoir le parti de centre-droit du PPE-DE ou le Parti socialiste européen du centre-gauche (PSE), fonctionnerait mieux que le système actuel. Ce dernier repose en effet sur des arrangements techniques entre les deux plus grands groupes, qui pour l'instant sont seulement parvenus à trouver un consensus sur le partage des postes les plus hauts placés.

Dans un contexte où la confiance en l'Union européenne décline, le leader libéral pense que les dirigeants politiques ont besoin de convaincre leurs citoyens que l'Europe fonctionne. "Les cinq dernières années, la plupart du temps, (?) l'image donnée à nos citoyens était celle de responsables politiques et de dirigeants nationaux hésitant sur des questions qui sont souvent éloignées des citoyens et difficiles à comprendre. Si nos citoyens peuvent voir que c'est grâce à l'Union européenne que les tanks ne sont pas entrés dans Tbilissi, que c'est elle qui a maintenu à flot les banques et que c'est elle qui est capable de se mettre d'accord sur la législation nécessaire visant à répondre au changement climatique, alors je pense qu'ils seraient mieux préparés à voter (?) Ils sentiraient qu'ils font partie du processus démocratique de construction de l'Union européenne et qu'ils sont des acteurs de ce processus", a-t-il indiqué à EurActiv.com.

Graham Watson, qui a écrit à chaque eurodéputé pour les informer de ses intentions, présentera la semaine prochaine les priorités qui marqueront sa présidence.

Revenant sur la campagne dans son pays, Graham Watson a déjà indiqué qu'il essaierait "d'éviter de mentionner le traité de Lisbonne. Car ce que ce je souhaite démontrer aux citoyens, c'est la manière dont l'action au niveau européen nous permet de mieux traduire les criminels en justice, comment les mesures ont amélioré leur vie grâce à la croissance économique, comment l'UE permet de surmonter des difficultés auxquelles font face les citoyens quand ils se rendent à l'étranger, quand ils se marient ou qu'ils achètent une propriété à l'étranger. En d'autres termes, les actions individuelles au niveau européen qui ont amélioré le niveau de vie des citoyens", a-t-il ajouté.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :

ENFIN NOUS POURRIONS SORTIR D UN NOMBRILISME SCHLEROSANT TENDANT A VOULOIR FAIRE CROIRE QUE LA MAJORITE DES CITUYENS SERAIENT SEMBLABLE A LA MINORITEE EN RECHERCHE D IDENTITEE DONC MINEURS ET DONT PN PARLE CAR NOUS DECRIONS QUE CE QUI N EST PAS NORMAL ALORS S ATTAQUANT AUX CAUSES L HUMANITEE ET DONC L EUROPE S AFFRANCHIRAIT LENTEMENT MAIS SUREMENT DE CE QUI NE VA PAS...
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Superdeflation im Europa

Protzent deflations grose.2010 bezahlt auto BMW vie Moskvits
aber butter,fleisch und eier sehr teuer in 2010.
Gaz und bensin in 2011 sehr teuer
Am heutigen Dienstag gab es die erste offizielle Schätzung für die harmonisierte Verbraucherpreisinflation in Euroland im Dezember: im Vorjahresvergleich sind wir jetzt bei +1,6 Prozent angekommen.
Die 300 teuersten Unternehmen der Welt waren am 31.12.2008 zusammen 10,8 Billionen Euro wert - um 8,34 Billionen oder 43,47 Prozent weniger als am 31.12.2007.
Das ergab eine Analyse des Beratungsunternehmens Ernst&Young
Unter Marktkapitalisierung versteht man den Wert aller Aktien an einem bestimmten Tag. Sie gibt also den theoretischen Kaufpreis für das Unternehmen an.
Hier nun die zehn teuersten Unternehmen der Welt und die Veränderung ihrer Marktkapitalisierung.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Les instances européennes ont toutes besoin de compétences pointues dotées de fortes personnalités dotées de réelles motivations. Graham Watson fait partie de ces gens là: ancien interprête à la Commission européenne, député européen, travailleur infatigable, il est (était) avec Jean-Louis Bourlanges deux des techniciens budgétaires et financiers avec lesquels les discussions étaient toujours enrichissantes et fructueuses. Francophile, européen, il devrait être soutenu par les eurodéputés français afin de sortir des 'petites magouilles entre partis' pour s'approprier les postes 'valorisants'.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :