iMédiation a levé 52,5 millions de dollars à l'issue de son troisième tour de table

 |  | 589 mots
Etablissant un nouveau record en matière de levée de fonds, iMediation, start-up française spécialisée dans les solutions de commerce électronique, a bouclé un troisième tour de table de 52,5 millions de dollars. L'opération a notamment permis l'entrée au capital de nouveaux investisseurs : Deutsche Bank eVentures, GIC Special Investments (filiale de prises de participations privées de la Government of Singapore Investment Corporation) et la Compagnie Financière Saint-Honoré. Ces trois sociétés ont représenté plus de 50% de l'ensemble du tour de table. Depuis sa création en mai 1998, iMediation a levé au total 88,5 millions de dollars. Parmi les principaux actionnaires de l'entreprise - qui ont participé au troisième tour de table - figurent notamment Apax Partners (actionnaire numéro un), Bridgemont, Europ@Web, GE Equity, Intel Capital, Morgan Stanley Dean Witter, Reuters Venture Capital et Viventures. Trois d'entre eux (Apax, Morgan Stanley et Reuters) ont profité de l'opération pour renforcer leur participation."Le montant de cette opération reflète la très grande confiance que nous accordent les investisseurs, mais aussi le potentiel de croissance d'iMediation", explique Didier Benchimol. "Entre le tour précédent, boulé en décembre 1999, et aujourd'hui, nous avons également engrangé un certain nombre de réalisation concrètes : le chiffre d'affaires s'est élevé à 7,3 millions d'euros au premier semestre 2000, contre 1,2 millions pour l'ensemble de 1999. Et nous comptons aujourd'hui 80 grands clients, contre une vingtaine à peine en décembre". Principal acteur français de la conception de plateformes de commerce électronique, iMédiation est devenu en deux ans un acteur de taille mondiale des solutions de vente en ligne. Son principal produit iChannel, qu'elle présente comme un outil de développement de " places de marché dynamiques ", permet notamment de regrouper des contenus et d'intégrer des catalogues de produits, de suivre les activités des partenaires commerciaux et des utilisateurs finaux et d'accéder en temps réel à des données détaillées sur l'activité de la place de marché. Elle permet ainsi, par exemple, de segmenter l'offre en fonction des différents partenaires visés. Visant les " Global 1 000 ", les mille plus importantes entreprises mondiales, iMediation possède un siège à Paris et un autre à Palo Alto, en Californie, ainsi que des bureaux dans six villes nord-américaines dont New York, Boston et Atlanta, ainsi qu'à Londres et à Munich. iMediation a également des agences commerciales et d'assistance dans le monde entier. L'entreprise emploie aujourd'hui 200 personnes. À ce jour, iMediation a des contrats de licence pour ses logiciels avec plus de 60 clients en Europe et aux Etats-Unis, dont L'Oréal, Philips Consumer Electronics, Deutsche Telekom, la chaîne de grands magasins américaine Montgomery-Wards, le distributeur allemand Conrad Electronic ou encore Cegetel. Le chiffre d'affaires est réalisé à 50% aux Etats-Unis et 50% en Europe. "Nous n'étions pas encore présents en Asie-Pacifique. Mais cette nouvelle levée de fonds va nous permettre de nous développer dans cette zone, soit par l'ouverture de bureaux commerciaux, soit par le biais de partenariats", explique Didier Benchimol. Le Japon et la Corée sont les pays prioritaires, mais iMediation étudie également une implantation à Singapour et en Australie.La société reste également à l'affut d'opportunités de croissance externe : "nous restons vigilants et actifs en matière d'acquisition de technologies capables de nous faire gagner du temps et de renforcer notre plateforme", explique Didier Benchimol.Enfin, iMediation étudie toujours la possibilité d'entrer en bourse dans les douze mois. Mais les fonds levés lui permettent de prendre son temps.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :