DoubleClick édite une charte de bonne conduite publicitaire

La conférence de presse qu'a tenu hier à New York DoubleClick, suite à l'accusation d'un Internaute estimant que la société n'avait pas respecté sa liberté individuelle, cherche de toute évidence à éteindre le feu qui s'allume outre-Atlantique. En effet, la société a décidé de créer l'"Internet Privacy Education Campaign" pour éviter que se reproduisent par la suite de telles manifestations. Ce nouvel organisme aura pour but d'aider les Internautes à défendre leur liberté individuelle sur Internet. Un site Web (https://www.privacychoices.org) a même été créé pour l'occasion, présentant aux Internautes des informations sur le marché de la publicité en ligne, son modèle économique et sa structure. Il met aussi en avant quels sont, d'un point de vue juridique, les points sur lesquels peuvent s'appuyer les Internautes pour faire respecter leur liberté individuelle. Il recense également un certain nombre d'adresses de sites Web d'associations de défense des consommateurs ou d'organismes étatiques, vers lesquels peuvent se tourner les Internautes s'ils ont des problèmes avec la publicité en ligne. Une autre partie du site concerne la notion d'"opt out", qui permet aux Internautes de signaler explicitement qu'ils ne souhaitent plus recevoir de messages publicitaires, la méthodologie à suivre pour réaliser cette opération étant expliqué de manière très précise sur le site, tout comme la procédure à suivre pour supprimer les cookies.Pour présenter largement cette initiative, DoubleClick a déclaré qu'il mettrait en ligne 50 millions de bannières comportant des liens renvoyant vers ce site, doublés d'encarts dans les principaux titres de la presse américaine, comme le New York Times. "Nous voulons ainsi éduquer les Internautes sur la publicité en ligne et leur expliquer leur droit dans le domaine du respect de la vie privée, afin de travailler sur le Web dans un environnement qui sera plus sécurisé pour tout le monde", explique Kevin Ryan, président de DoubleClick.Ce dernier a également annoncé que sa société avait érigé une charte en cinq points qu'elle s'engageait dorénavant à respecter pour garantir la sécurité des Internautes. Ainsi, DoubleClick ne travaillera plus qu'avec des sites qui s'engagent à respecter la liberté individuelle des Internautes et le cabinet PriceWaterhouseCoopers LLP réalisera des études périodiques auprès des Internautes pour savoir s'ils jugent que leur liberté est respectée. En outre, la société a aussi créé le Consumer Privacy Advisory Board, composé d'avocats, de professionnels de la publicité et de représentants de l'État, pour promouvoir les principes affichés par la régie américaine auprès des professionnels de la publicité. Enfin, un nouveau poste de Chief Privacy Officer a été créé dans l'organigramme de DoubleClick pour assurer la bonne application de ces principes de défense des libertés individuelles. Reste à savoir si ces annonces, qui n'astreignent en rien l'entreprise, suffiront à calmer le jeu en convaiquant les Internautes américains que la bonne volonté un peu tardive de l'entreprise peut se substituer à une action juridique pouvant faire jurisprudence, voire à une décision du législateur concernant la question du respect de la vie privée sur Internet.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.