La capitalisation d'EDF repasse la barre des 100 milliards d'euros

L'action EDF est en hausse de 7% à mi-séance. Cette nouvelle flambée s'explique par le fait que le groupe pourrait bénéficier à long terme de l'offensive de la Commission européenne contre la persistance de tarifs réglementés dans le secteur de l'énergie. La capitalisation de l'entreprise est ainsi repassée au dessus du cap symbolique des 100 milliards d'euros.

2 mn

L'action EDF s'envolait à de nouveaux records historiques mercredi. Après avoir touché 55,30 euros dans les premiers échanges, l'action progressait de plus de 7% en millieu de séance. La capitalisation de l'entreprise est ainsi repassée au dessus du cap symbolique des 100 milliards d'euros.

Cette nouvelle flambée s'explique par le fait que le groupe pourrait bénéficier à long terme de l'offensive de la Commission européenne contre la persistance de tarifs réglementés dans le secteur de l'énergie. Déterminée à insuffler plus de concurrence sur les marchés énergétiques européens, la Commission a dès mardi commencé à épingler tant des Etats membres de l'Union européenne que des entreprises individuelles, et a lancé notamment à 16 pays dont la France un "avis motivé", ultime étape avant une éventuelle saisine de la Cour européenne de Justice.

Selon la Commission, les problèmes qui reviennent le plus souvent dans les différents Etats épinglés par ses services sont la persistance de prix réglementés, la préférence accordée aux anciens monopoles au détriment des nouveaux entrants et surtout une indépendance insuffisante entre les réseaux de transport et la fourniture ou la distribution.

Dans une note à leurs clients, les analystes de BNP Paribas ont jugé ces mises en demeure de la Commission "très positives pour EDF", dans la mesure où un changement de la législation française, qui prévoit actuellement le maintien de tarifs réglementés inférieurs aux tarifs du marché libéralisé, pour certaines catégories de clients, leur paraît désormais "inévitable".Or "la suppression des tarifs réglementés ou au moins leur relèvement à des niveaux qui ne constituent plus une entorse à la concurrence, permettra à EDF de vendre son électricité aux tarifs du marché" de manière progressive, expliquent-ils.

De son côté la maison de courtage Raymond James a confirmé sa recommandation "achat" sur la société, en estimant que "la suppression des tarifs régulés en 20 ans et leur convergence vers les tarifs libres" serait de nature à augmenter de 15 euros la valeur de l'action EDF, ce qui les a amenés à fixer un objectif de cours de 60 euros pour le groupe public d'électricité.

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.