Mémoire vive

 |   |  397  mots
La compagnie de théâtre "Les Possédés" a mis en scène et joue "Le Pays lointain" de Jean-Luc Lagarce. Un retour en famille où les morts ont leurs mots à dire, comme les vivants. Une réussite.

Pour ceux qui ne connaîtraient pas l'oeuvre de Jean-Luc Lagarce (1957-1995), rappelons qu'il fut écrivain et à l'origine de la création de l'édition Les Solitaires Intempestifs, vidéaste, auteur de quelque 20 pièces de théâtre, comédien, metteur en scène et meneur de troupe jusqu'à sa mort, le Théâtre de la Roulotte. Son écriture peut paraître hésitante, pleine de retenue, de retours en arrière. Mais c'est pour mieux aller au plus près de l'intime, des blessures ou des joies, et aussi pour mieux faire vibrer l'humour qui enveloppe ses personnages, leurs situations.

"Le Pays lointain", une de ses dernières pièces écrites - il en avait fait une première mouture deux ans auparavant, en 1993 -, pourrait se résumer au retour de Louis (Rodolphe Dana dans le rôle) dans sa famille quelque part en province.

Mais ce retour reste dans le monde de l'imaginaire, celui d'une mémoire qui aurait aussi envie d'ajouter à ces retrouvailles des invités improbables. Comme si l'auteur recréait d'abord sur le papier, puis sur le plateau, une rencontre théorique entre la famille dont Louis est issu et celle qu'il s'est construit lui-même après plus de vingt années d'absence. Dans ce "Pays lointain" il y a donc la mère, le père même si déjà mort, le frère Antoine, la soeur Suzanne mais il y a aussi les ami(e)s de Louis et ses amants, morts ou non.

Il y a très peu de décor dans cette production - quelques chaises, un grand canapé, de furtives images vidéo qui s'impriment parfois en fond de scène, c'est tout. L'important tient dans les échanges, dans les tensions qui pointent et qui disparaissent pour en laisser d'autres surgir jusqu'à l'impudeur parfois. Même si le jeu des différents comédiens n'est pas toujours égal - certains sur-jouent un peu -, une belle sensibilité, une grande intelligence et beaucoup d'émotion émanent de la scène. Et même si les discussions de famille sont souvent d'une gentille banalité, ce "Pays lointain" est, lui, tout sauf banal.


"Le Pays lointain" du 4 au 10 décembre au Théâtre de la Bastille. Tél: 01 43 57 42 14. Puis en tournée à l'Agora d'Evry (12-13 décembre), au Théâtre Garonne de Toulouse (19-27 avril), etc.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :