Alstom porté en Bourse par les rumeurs et les bonnes nouvelles

 |   |  605  mots
Le titre a bondi jeudi en Bourse, alors qu'une rumeur de marché laisse entendre qu'Alstom pourrait acquérir les actifs d'équipements de centrales nucléaires d'Areva. Une hypothèse toutefois démentie qui permettrait au groupe de devenir numéro du secteur dans le monde. Le titre profite également des excellents résultats affichés par Siemens au premier trimestre.

Alstom a des ailes. Alors que le groupe est préssenti pour gagner un marché auprès de la Deutsche Bahn et qu'il profite des bons résultats de Siemens au premier trimestre, le marché s'enflamme.

Le titre a ainsi bondi de plus de 9%, jeudi en séance. Une des causes de cette flambée est due à une rumeur laissant entendre qu'Alstom pourrait entrer sur le marché du nucléaire. Cette rumeur de marché, qui a permis au titre Alstom de bondir de plus de 9% en Bourse aujourd'hui, concerne l'acquisition par le groupe des activités d'équipements de centrales d'énergies et notamment de centrales nucléaires d'Areva. Ces rumeurs ont toutefois été démenties par Alstom et l'Etat. Une source interne chez Areva a également confié à La Tribune qu'il n'y avait pas de projet de cessions d'activités à Alstom. Il n'empêche que le marché semble y croire.

"Une telle hypothèse permettrait à Alstom de devenir le premier équipementier mondial pour les centrales nucléaires et le deuxième équipementier pour les centrales d'énergies hors nucléaire, derrière General Electric", explique à latribune.fr André Chassagnol, analyste chez HPC Paresco.

La rumeur, qui est prise au sérieux par le marché, permettrait à l'Etat français de céder une partie d'Areva, tout en gardant la main mise sur la filière de l'uranium, contrôlée par Areva. "C'est la crainte de voir cette activité sensible être privatisée qui empêche l'Etat de coter Areva en Bourse", souligne André Chassagnol. Une manière détournée de coter Areva en Bourse sans pour autant abandonner le contrôle du géant français du nucléaire, en somme.

En tout état de cause, si cette rumeur se confirmait, Alstom verrait son statut boursier changer, alors que le groupe est déjà présent dans les centrales nucléaires mais uniquement à travers les turbines. Dans ce cas, Alstom construirait aussi des chaudières pour ce type de centrale, dont l'avenir semble assuré. En effet, bon nombre de pays ont relancé - ou songent à le faire - leur programme nucléaire afin de contrer la montée en flèche des prix des hydrocarbures. Avec, parmi eux, les Etats-Unis...

Côté calendrier, une telle opération pourrait éventuellement se faire à la fin du mandat de l'actuelle présidente d'Areva, Anne Lauvergeon, qui a toujours plaidé pour une entrée en Bourse de son groupe. Alors que cette option n'est plus d'actualité depuis plusieurs mois, une cession à un groupe privé d'une partie seulement des activités du groupe pourrait intervenir entre mai et juin, selon André Chassagnol.

Toutefois, elle est loin d'être la seule cause à la hausse du titre Alstom, selon Naomie Hazan, analyste chez Groupama AM. En effet, pour l'analyste, il faut chercher la raison fondamentale de la hausse du cours du côté des excellents résultats de Siemens dans l'énergie, publiés aujourd'hui.

"Les résultats du premier trimestre de Siemens ont beaucoup joué dans la hausse du titre Alstom, car le groupe allemand a vu ses commandes bondir de 44% dans l'énergie", souligne l'analyste. "En outre les fondamentaux d'Alstom sont de plus en plus sains, en témoignent les chiffres publiés par le groupe au premier semestre de son exercice 2005-2006", ajoute la spécialiste. En effet, Alstom, qui est bien redressé grâce à un bon management s'est offert le luxe de revoir ses objectifs annuels à la hausse après avoir enregistré une marge opérationnelle de 5% sur les six premiers mois de son exercice.

En Bourse, le titre progresse encore de 5,73 % vendredi à 63,70 euros à la clôture.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :