Le CAC 40 se maintient au-dessus des 5.500 points

 |   |  1172  mots
Malgré les prises de bénéfices et les résultats décevants de BNP Paribas et Dexia, Paris finit au-dessus des 5.500 points. A la clôture, le CAC 40 recule de 0,11% mais termine à 5.505,72 points, après avoir clôturé au-dessus des 5.500 points hier, pour la première fois depuis juin 2001.

Paris sauve l'honneur en clôturant au-dessus des 5.500 points. Après avoir terminé au-dessus de ce seuil hier soir, pour la première fois depuis juin 2001, l'indice a pourtant été la proie de prises de bénéfices. Elles ont été particulièrement prononcées sur les valeurs bancaires après les résultats décevants de BNP Paribas et de Dexia, qui finissent en queue de peloton de l'indice. La publication des chiffres de l'inflation américaine pour le mois d'octobre a cependant soutenu la tendance. Surtout, la spéculation liée à la récente multiplication des opérations de fusions et acquisitions a encore soutenu le marché, notamment le secteur automobile. Au terme de la séance, plus de la moitié des valeurs du CAC 40 terminent en terrain positif.

A la clôture, le CAC 40 perd 0,11% à 5.505,72 points dans un volume d'affaires de 4,7 milliards d'euros échangés sur les valeurs de l'indice. A Londres, le Footsie prend 0,32% à 6.249,80 points et, à Francfort, le Dax gagne 0,18% à 6.442,38 points. A New York, le Dow Jones s'inscrit en hausse de 0,25% à 12.281,88 points.

Le baril de brut de qualité WTI est presque stable, en recul limité de 2 cents à 58,74 dollars, après la diminution plus forte que prévu des réserves de produits distillés aux Etats-Unis la semaine dernière, mais également l'annonce d'une progression des stocks hebdomadaires américains de gaz pour la première fois depuis la mi-octobre.

Sur le front statistique, l'essentiel des publications ont été américaines. Le Département du Travail a annoncé une baisse de 0,5% des prix à la consommation en octobre, qui affichent ainsi un deuxième repli consécutif pour la première fois depuis la période novembre-décembre 2005. Le marché tablait sur un repli de 0,3%. Hors alimentation et énergie, composante la plus surveillée, les prix ont augmenté de 0,1%, soit deux fois moins que prévu. De son côté, le Département du Travail a fait état d'une baisse de 2.000 à 308.000 des inscriptions au chômage la semaine dernière, contre 310.000 attendues. Enfin, les entrées nettes de capitaux ont diminué à 53,7 milliards de dollars en septembre, ne parvenant pas à combler le déficit commercial, qui a atteint 64,3 milliards de dollars sur la période. La production industrielle des Etats-Unis a rebondi de 0,2% le mois dernier, après une baisse de 0,6% en septembre, selon les chiffres publiés par la Réserve fédérale. Les analystes tablaient sur une hausse de 0,3% en octobre. Sur un an, la production a augmenté de 4,9%. Enfin, l'indice de la Fed de Philadelphie est attendu à 18h00.


BNP Paribas perd 2,03% à 84,45 euros. La banque a enregistré une croissance de 24,9% de son bénéfice net à 1,67 milliard d'euros au troisième trimestre. Le résultat d'exploitation progresse de 15,7% à 2,3 milliards d'euros et le produit net bancaire de 25,1% à 6,8 milliards. Sur les neuf premiers mois de l'année, le bénéfice net progresse de 23,7% à 5,58 milliards d'euros. Les comptes intègrent la banque italienne BNL, consolidée depuis fin avril 2006.

Les résultats trimestriels de Dexia sont globalement supérieurs aux attentes, mais en ralentissement général par rapport à la performance du premier semestre. Pour le troisième trimestre, la banque franco-belge des collectivités annonce des revenus en hausse de 10,1% à 1,66 milliard d'euros, une progression de 18% à 813 millions d'euros du résultat brut d'exploitation, et un bond de 21,7% de son bénéfice net part du groupe à 612 millions d'euros. Hors éléments non récurrents, ce dernier poste serait ressorti à 470 millions d'euros. Le titre perd 1,56% à 21,51 euros.

Carrefour lâche 1,61% à 48,85 euros alors que Morgan Stanley a dégradé le titre du distributeur de " surpondérer " à " pondération en ligne ".

Renault prend encore 0,88% à 97,85 euros et Peugeot 3,36% à 49,77 euros, toujours soutenus par le rebond de 3,6% des immatriculations en Europe de l'ouest le mois dernier. Le secteur est par ailleurs animé par une série d'opérations, supposées ou avérées. L'allemand MAN a lancé une offre d'achat de 10,3 milliards d'euros sur le constructeur suédois de camions Scania, tandis que des rumeurs prêtent à Porsche un intérêt pour Volkswagen. Enfin, Wolfgang Bernhard, le " M. Restructuration " de VW, pourrait revenir chez DaimlerChrylser.

Technip avance de 3,33% à 51,20 euros. Le groupe de services pétroliers a fait état d'une hausse de 63% de son résultat net à 60,3 millions d'euros au troisième trimestre. Le résultat opérationnel progresse de 28,4% à 107,8 millions d'euros. Le chiffre d'affaires s'établit à 1,78 milliard d'euros, contre 1,45 milliard un an plus tôt. Technip confirme ses objectifs pour l'ensemble de l'exercice, à savoir un chiffre d'affaires d'environ 6,8 milliards d'euros et un résultat opérationnel d'au moins 340 millions.

Vivendi prend 0,13% à 29,88 euros. Le groupe de médias et de télécommunications a annoncé une progression de 28,2% de son bénéfice net ajusté à 731 millions d'euros au troisième trimestre. Le résultat opérationnel ajusté progresse à 1,3 milliard d'euros, contre 1,07 milliard un an plus tôt. Vivendi confirme tabler sur un résultat net ajusté de 2,6 milliards d'euros sur l'ensemble de l'exercice, soit une croissance de 16%.

Euronext gagne 1,12% à 85,95 euros. Le groupe a dégagé un résultat net de 77,4 millions d'euros au troisième trimestre, en hausse de 8,7%. Le chiffre d'affaires progresse de 11,9% à 262,2 millions. Oddo Securities est passé de " achat " à " alléger " sur le titre et a ramené son objectif de cours de 77 à 75 euros.

Sodexho avance de 0,80% à 44,09 euros. Le numéro deux mondial de la restauration collective a fait état d'une hausse de 51,8% de son bénéfice net à 323 millions d'euros au cours de son exercice 2005-2006, clos le 31 août. Le résultat d'exploitation augmente de 34,4% à 605 millions d'euros et le chiffre d'affaires de 9,4% à 12,79 milliards. Pour l'exercice 2006-2007, le groupe table sur une croissance organique de son chiffre d'affaires comprise entre 6% et 7% et sur une hausse de l'ordre de 10%, hors effet de changes et à périmètre constant, du résultat d'exploitation courant à environ 635 millions d'euros.

EADS grappille 1,16% à 22,61 euros. Le groupe d'aéronautique et de défense a démenti les informations des Echos selon lesquelles il chercherait à accueillir de nouveaux investisseurs au capital d'Airbus d'ici la fin de l'année.

Rodriguez Group abandonne 3,21% à 39,50 euros. Le constructeur de yachts de luxe a publié un chiffre d'affaires de 474,7 millions d'euros au titre de l'exercice 2005-2006, clos le 30 septembre, stable par rapport à celui enregistré un an plus tôt. Le groupe a notamment été pénalisé par le recul des ventes de bateaux d'occasion et table sur " une baisse sensible " de son résultat annuel. Un nouveau plan stratégique sera présenté le 13 décembre, à l'occasion de la publication des comptes annuels.

Enfin, Ipsos recule de 8,23% à 27,99 euros. La société d'études et de sondages a enregistré une progression de près de 25% de son chiffre d'affaires à 613,2 millions d'euros sur les neuf premiers mois de 2006. La croissance organique des ventes a été de 8%. Mais Ipsos indique que la lenteur de la reprise de septembre risque " d'affecter légèrement l'ensemble de la performance annuelle " et ajoute que la marge opérationnelle pourrait être stable par rapport à l'an dernier, alors que le groupe tablait en septembre sur une légère hausse.


Ambroise Ecorcheville
Copyright Investir

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :