Le CAC 40 termine à ses plus hauts avant la Fed

 |   |  830  mots
Avec l'ensemble des marchés européens, Paris termine en nette hausse à quelques heures de la décision de la Fed. A la clôture, le CAC 40 gagne 1,50% à 11.615,28 points, à ses plus hauts de la séance. Le repli des cours du pétrole et de bons résultats américains ont porté les marchés.

Un statu quo de la Fed étant largement intégré ce soir après Bourse, les marchés ont été encouragés par la poursuite du repli des cours du pétrole vers 60 dollars le baril et par de bons résultats d'entreprises américaines, en premier lieu Oracle et Morgan Stanley. Paris n'a cessé d'accroître ses gains tout au long de la séance, et termine ainsi à ses sommets du jour. Si le repli des cours du pétrole est de bon augure pour la suite des événements, les investisseurs n'en seront pas moins attentifs aux commentaires que fera la Réserve fédérale américaine sur la conjoncture, ce soir à 20 heures 15.

A la clôture, le CAC 40 gagne 1,50% à 11.615,28 points dans un volume d'affaires soutenu de presque 5 milliards d'euros traités sur les valeurs de l'indice. A Londres, le Footsie progresse de 0,60% à 5.866,60 points et, à Francfort, le Dax monte de 1,34% à 5.952,37 points. A New York, le Dow Jones monte de 0,64% à 11.615,28 points.

Le baril de brut léger américain recule de 76 cents à 60,90 dollars, affichant ainsi un recul de plus de 18% depuis le record atteint le 14 juillet à 74,80 dollars. Les stocks hebdomadaires de pétrole ont été publiés à 16 heures 30, marqués par une nette hausse des réserves de produits distillés et d'essence. La devise américaine se stabilise à 1,27 dollar pour 1 euro dans l'attente de l'issue de la réunion du conseil de la Fed, à 20h15, et de sa décision en matière de taux d'intérêt. Les économistes tablent sur un maintien du taux des Fed funds à 5,25%. En Europe, les huit membres du conseil de politique monétaire de la Banque d'Angleterre ont voté en faveur du maintien à 4,75% des taux d'intérêt lors de la réunion des 7 et 8 septembre derniers, selon les " minutes " publiées ce matin.

EADS gagne 0,35% à 22,80 euros. Airbus a qualifié de " spéculations " les informations des Echos selon lesquelles il envisageait un nouveau report de livraison pour l'A380. Le constructeur aéronautique précise que l'audit en cours n'est pas encore terminé. Par ailleurs, la compagnie aérienne russe Aeroflot a annoncé avoir finalement passé commande de 22 Airbus A 350 et de 22 Boeing 787 Dreamliner dans le cadre de la modernisation de sa flotte.

Les valeurs technologiques sont en revanche bien orientées à la faveur des résultats meilleurs que prévu d'Oracle. Le numéro deux mondial du logiciel a annoncé hier soir, après la clôture de Wall Street, une croissance de 29% de son bénéfice net à 670 millions de dollars au premier trimestre. Hors éléments exceptionnels, le résultat ressort à 18 cents par action, contre 16 cents attendus par les analystes. Alcatel gagne 2,19% à 9,34 euros, Capgemini 1,47% à 43,46 euros et STMicroelectronics 1,98% à 13,37 euros.

Peugeot avance de 1,35% à 42,66 euros, Renault de 1,02% à 88,90 euros et Michelin de 1,19% à 55,35 euros à l'image de l'ensemble du secteur en Europe. La spéculation continue notamment de soutenir l'allemand Continental et le fabricant de camion Man, qui a lancé une offre sur le suédois Scania. Selon le Handelsblatt, Volkswagen exigerait au moins 25% de l'entité issue du rapprochement de Man et Scania en cas de fusion.

ADP cède 1,14% à 52,10 euros. L'opérateur d'aéroports a dégagé un bénéfice net de 91,5 millions d'euros au premier semestre, en hausse de 4,9%. Le résultat opérationnel courant progresse de 2% de 181,9 millions d'euros. Le groupe précise que ses résultats ont été recalculés pour tenir compte de charges non récurrentes liées à son introduction en Bourse, le 16 juin dernier. Sur l'ensemble de l'exercice, Aéroports de Paris dit tabler sur une croissance du trafic comprise entre 4% et 4,5%, ainsi que sur une progression du chiffre d'affaires et de l'excédent brut d'exploitation " légèrement supérieure " à celle du trafic.

AGF prend 0,26% à 98,25 euros. L'assureur a confirmé ses résultats provisoires publiés le 10 août. L'assureur rappelle qu'il a dégagé un bénéfice net de 1,02 milliard d'euros, en hausse de 33%. Le résultat courant hors plus-values progresse de 29% à 967 millions d'euros, et le ratio combiné global s'apprécie de 0,9 point à 92,5%. Le groupe a annoncé ce matin qu'il visait une croissance de son chiffre d'affaires de 7% par an à l'horizon 2010.

GDF monte de 0,67% à 31,38 euros. Le parti socialiste et le parti communiste ont renoncé à leur stratégie d'obstruction par accumulation des amendements contre la privatisation de Gaz de France. Un vote solennel interviendra le 3 octobre à l'Assemblée nationale.

Enfin, Ipsos cède 1,68% à 28,99 euros. La société d'études et de sondages fait état d'une croissance de 35,7% de son bénéfice net à 14,2 millions d'euros au premier semestre. Le résultat opérationnel progresse de 36,2% à 32,7 millions d'euros et le chiffre d'affaires de 26,7% à 407,7 millions. Le groupe confirme ses objectifs de court terme, à savoir une hausse de son chiffre d'affaires 2006 d'au moins 20% et une amélioration du taux de marge opérationnelle. A plus long terme, Ipsos juge " possible de poursuivre une forte croissance de l'ordre de 15% par an, dont plus de la moitié de façon organique, dans la période 2007-2011 ".


Ambroise Ecorcheville
Copyright Investir

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :