Adieu France Telecom. Vive Orange !

 |   |  497  mots
Le 1er Juin, la marque France Telecom aura vécu. Le nom sentait encore l'opérateur historique. En passant sous la bannière Orange, il prend la couleur gaie du nouveau siècle de la convergence.

L'abonné au téléphone fixe qui n'a pas encore succombé aux sirènes du dégroupage ne devrait pas tout de suite recevoir une facture aux couleurs d'Orange. Mais l'unification sous une même bannière des marques de France Télécom pour la téléphonie fixe, l'accès Internet (Wanadoo), la télévision par Adsl (Ma Ligne TV) et le téléphone mobile est un pas décisif. Pour le rajeunissement de l'image, bien sûr, mais surtout, vers la mise en place d'offres convergentes, qui seront dévoilées le 8 juin.

Proposer de la téléphonie traditionnelle ou sur IP, de l'Internet et de la télévision à domicile, et à l'extérieur, sur un même terminal, c'est l'arme fatale de France Télécom-Orange, pour lutter contre ses concurrents, les Free, Neuf, et autres opérateurs alternatifs, fixes, mobiles ou Internet. Après des années de contrôle des marchés, pour faire exister des concurrents à France Télécom, le régulateur des télécommunications, l'Arcep, laissera-t-il se mettre en place, sans rien y redire, ces offres de services "tout en un" ? Nul doute qu'il gardera un oeil vigilant, pour que les autres opérateurs puissent développer des offres comparables, mais il ne devrait pas empêcher ce que la technologie autorise.

Car il n'est pas impossible, voire plus que probable, que le consommateur, lassé de voir se multiplier les factures, les appels à des hot lines débordées, les complications d'installation, les boîtiers et les terminaux , se laisse séduire et revienne dans le giron rassurant de l'opérateur historique recolorié en Orange. Avoir un interlocuteur unique, une seule facture par foyer ... n'est-ce pas le repos retrouvé ? A condition bien sûr que les offres tarifaires et les services à la clientèle soient à la hauteur, la force de la proposition unique est incontestable. (A cette réserve près que le téléphone mobile, devenu objet personnel par excellence, pourrait échapper à cette aspiration à la simplification).

Aux Etats-Unis, l'opérateur de téléphonie sur IP Vonage en sait quelque chose. Après des débuts fulgurants, il compte 1,6 millions d'abonnés aux Etats-Unis, au Canada et en Grande Bretagne, mais est désormais pris en étau par des câblo-opérateurs qui proposent le triple-play (TV, Télévision, Internet) et y ajoutent de plus en plus souvent une solution de téléphonie mobile, à des prix qui ne permettent plus au produit unique Vonage de soutenir la comparaison. D'où l'accueil frais que lui a réservé la Bourse cette semaine.

A l'ère de la convergence, l'intérêt de l'ouverture à la concurrence pourrait être d'offrir enfin à l'usager le meilleur service au meilleur coût, et non plus de lui interdire toute visibilité sur ce qu'il achète en segmentant à l'infini produits et marchés. Tant mieux pour lui si tel est, au final, l'aboutissement de cette révolution Orange.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :