Le CAC 40 se reprend, PPR et Veolia en vue

 |   |  637  mots
Bien orienté dès le début de la journée, le marché parisien est parvenu à rester en territoire positif tout au long de la séance, en dépit de la faiblesse des marchés américains. A la clôture, le CAC 40 gagne 0,73% à 4.729 points. PPR gagne près de 2% sur une rumeur de cession du Printemps pour plus de 1,1 milliard d'euros.

Début de semaine encourageant à la Bourse de Paris. Après une hausse initiale de 0,59%, le CAC 40 a accru ses gains tout au long de la matinée avant d'en concéder une partie dans le courant de l'après-midi dans le sillage de la baisse des marchés américains.
A la clôture, le CAC 40 gagne 0,73% à 4.729,02 points dans un volume d'affaires limité de 4,5 milliards d'euros échangés sur les valeurs de l'indice. A Londres, le Footsie prend 0,59% et, à Francfort, le Dax s'adjuge 1,19%.

Le dollar se reprend à 1,2560 pour 1 euro, soutenu par des indicateurs américains meilleurs que prévu, ainsi que par le sentiment que la Fed devrait poursuivre son cycle de hausse des taux. Le baril de WTI livrable en juillet cède 78 cents à 69,10 dollars, l'Iran ayant qualifié de positif le climat des discussions concernant son activité nucléaire. L'Opep a pour sa part indiqué que le niveau élevé des cours commençait à peser sur la demande de pétrole.

Sur le plan macro-économique, la balance commerciale de la zone euro a été déficitaire de 2 milliards d'euros en avril, contre un excédent de 600 millions en mars. Sur les quatre premiers mois de l'année, le déficit s'établit à 14,1 milliards d'euros, à comparer à un excédent de 7,4 milliards sur la même période de 2005.

Selon le site Internet Lesechos.fr, PPR aurait vendu Le Printemps pour une somme supérieure à 1,1 milliard d'euros à la présidente du Printemps, Laurence Danon, avec l'appui de Deutsche Bank. Un montant qui dépasse les prévisions des analystes. Fort de cette annonce, l'action PPR termine la journée sur un gain de 1,82% à 97,75 euros.

Pour sa part, Veolia Environnement progresse de 2,12% à 37,60 euros. Le groupe de services aux collectivités a annoncé samedi qu'il renonçait à son projet d'alliance avec Vinci, estimant que les conditions d'un rapprochement amical entre les deux groupes n'étaient pas réunies. Vinci recule de 0,51% à 78,30 euros.

Les valeurs technologiques se distinguent après l'annonce de la fusion des divisions équipements de réseaux du finlandais Nokia et de l'allemand Siemens. Alcatel, qui doit fusionner avec l'américain Lucent, gagne 1,65% à 9,83 euros. STMicroelectronics monte de 1,88% à 12,49 euros alors que Morgan Stanley a intégré le titre à sa liste de valeurs européennes.

" Massacré " la semaine dernière, EADS reprend 1,26% à 20,15 euros. Le groupe tenait une réunion informelle ce lundi à Munich afin de discuter notamment du sort de son co-président Noël Forgeard. Par ailleurs, les co-présidents du conseil de surveillance d'EADS, Arnaud Lagardère et Manfred Bischof, vont se réunir cette semaine pour discuter de l'avenir de Noël Forgeard, écrit le Financial Times.

Suez avance de 0,34% à 29,50 euros. Face aux hésitations du gouvernement et des parlementaires, son PDG, Gérard Mestrallet, a déclaré au Journal du Dimanche que si le projet de fusion avec GDF n'est pas engagé de " manière irréversible " avant l'été, il recommandera à son conseil d'administration de rechercher d'autres options pour " protéger l'avenir " des salariés du groupe. Il ajoute exclure toute autre solution. GDF cède 1,61% à 25,70 euros. Le gazier et le holding transalpin Camfin ont annoncé ce lundi la création d'une coentreprise de distribution de gaz naturel en Italie.

Arcelor gagne 0,58% à 34,70 euros. Les actionnaires opposés au programme de rachat d'actions que le groupe doit présenter à l'assemblée générale de mercredi auraient eu gain de cause ! Selon une source proche du dossier, Arcelor aurait décidé de reporter son assemblée générale. Le groupe réunirait un conseil d'administration mercredi.

Enfin, Alstom s'octroie 4,18% à 68,60 euros. Le groupe a annoncé avoir remporté une commande pour la livraison clé en main d'une centrale à gaz en Australie, assortie d'un contrat de service d'une durée de douze ans. Le montant total des deux contrats atteint environ 250 millions d'euros.


Johan Deschamps
Copyright Investir

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :