Fin de séance décevante

 |   |  848  mots
Hésitant tout au long de la journée, le marché parisien a cédé du terrain en fin de séance sur fond de montée des taux longs américains. A la clôture, le CAC 40 perd 0,91% à 5.174 points. Star du jour, Legrand bondit de 17,57% pour son retour en Bourse.

Hésitant tout au long de la journée, le marché parisien est resté insensible aux statistiques européennes et américaines mais il a brutalement décroché vers 16h30, venant toucher 5.175 points avant de se reprendre quelque peu en fin de séance. Ce repli aussi rapide que violent, pourrait trouver son explication dans la remontée des taux longs américains. Le taux à 30 ans a, pour la première fois depuis deux ans, atteint la barre des 5%. De quoi faire resurgir le spectre d'un krach obligataire et d'inciter les plus prudents à s'alléger.

Au final, le CAC 40 cède 0,91% à 5.174,96 points au plus bas du jour, dans un volume d'affaires de 5,2 milliards d'euros échangés sur les valeurs de l'euro. A Londres, le Footsie perd 0,32% et, à Francfort, le Dax perd 1,22%. Côté devise, l'euro cède quelques fractions à 1,2126 dollar.

L'échéance mai sur le brut WTI s'inscrit en baisse de 54 cents à 67,40 dollars sur fond d'anticipations d'une amélioration de la situation au Nigeria. Le responsable de la division exploration et production de Royal Dutch Shell a en effet annoncé que le groupe comptait reprendre la production dans ses petites unités au Nigeria, près de deux mois après des attaques de la part de rebelles.

Du côté des statistiques, l'OCDE a annoncé une progression de son indice précurseur à 109,3 en février, contre 108,8 en janvier. Le département du Travail a annoncé que l'économie américaine avait créé 211.000 emplois non agricoles en mars. Ce chiffre est supérieur aux 190.000 postes attendus par le marché, mais les données de février et de janvier ont été révisées à la baisse, apaisant ainsi les craintes d'un tour de vis monétaire de la part de la Fed. Le taux de chômage a diminué de 0,1 point à 4,7% de la population active, tandis que le salaire horaire moyen n'a augmenté que de 0,2%, contre une hausse de 0,3% anticipée.

Les stocks des grossistes américains ont augmenté de 0,8% à 365,49 milliards de dollars en février, après une hausse de 0,2% (révisée de +0,1%) le mois précédent. Sur un an, ils progressent de 6,2%. Les économistes interrogés par Reuters tablaient sur une hausse mensuelle de 0,5%.

Plus forte hausse du CAC 40, Carrefour s'adjuge 0,95% à 43,60 euros après la montée au capital du holding Halley qui annoncé avoir acheté 4 millions de titres. Deuxième, sur le podium, Total progresse de 0,87% à 220,90 euros. CA Cheuvreux a intégré le titre à sa liste de valeurs françaises recommandées, tandis qu'UBS a relevé son opinion sur l'industrie pétrolière européenne de " neutre " à " surpondérer ". L'intermédiaire justifie ce changement par des niveaux de valorisation attractifs et estime que les cours du brut devraient se maintenir au-dessus des 60 dollars.

Legrand, qui fait son retour en Bourse ce vendredi après cinq ans d'absence, bondit de 17,57% à 23,22 euros. Standard & Poor's a relevé la note de crédit du groupe de " BBB-/A-3 ", contre " BB+/B ", après le succès de l'opération. Dans son sillage, Schneider avance de 0,17% à 89,20 euros. L'équipementier électrique réagit à l'envolée de Legrand, sur lequel il avait lancé une OPA en janvier 2001, invalidée par la Commission européenne en octobre de la même année.

EADS perd désormais 0,93% à 31,88 euros. Le britannique BAE Systems a confirmé être en discussions avec le groupe d'aéoronautique et de défense en vue de céder sa participation de 20% dans Airbus. Par ailleurs, fustigeant son exclusion de l'alliance entre Thales et Alcatel, Noël Forgeard, co-président d'EADS, a déclaré au Figaro économie que son offre de rapprochement avec le groupe d'électronique de défense est " désormais caduque ". Il indique néanmoins qu'il réfléchira, avec l'autre co-président d'EADS, Thomas Enders, aux propositions qu'ils feront à leur conseil d'administration, précisant que " toutes les options restent ouvertes ".

Thales concède 1,10% à 35,96 euros, Alcatel perd 3,33% à 13,05 euros et Lagardère s'apprécie de 0,53% à 66,70 euros. Merrill Lynch est passé de neutre à achat sur le titre, tandis que Deutsche Bank a relevé son objectif de cours de 4,2% à 75 euros.

Nexans cède 1,17% à 67,80 euros. Le fabricant de câbles a annoncé l'annulation de la totalité des 2,2 millions d'actions auto-détenues, soit 9,4% du capital.

CS (Communications et Systèmes) bondit de 3,08% à 38,10 euros. La SSII a mandaté la banque Lazard en vue de son éventuelle cession, écrit La Tribune. Plusieurs groupes, dont EADS, Thales et Safran ont été approchés, ajoute le quotidien.

Iliad engrange 0,94% à 69,65 euros. Oddo Securities a relevé son objectif de cours sur le titre de 67 à 76 euros. La maison-mère de Free a annoncé le prochain lancement d'un service Wimax. Ce procédé, qui concerne les connexions internet à haut débit sans fil à longue distance, permet de couvrir les zones rurales ou isolées.

Enfin, Vilmorin Clause trébuche de 6,27%à 61,30 euros. L'annonce de l'acquisition d'une branche d'activité de sa maison-mère Limagrain, lui permettant de porter son chiffre d'affaires à plus de 900 millions d'euros est diversement appréciée des investisseurs qui regrettent l'absence de données chiffrées du coût de l'acquisition.


Johan Deschamps
Copyright Investir

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :