Sanofi-Aventis relève son objectif de bénéfice pour 2005

 |   |  347  mots
Le troisième laboratoire pharmaceutique mondial a annoncé une hausse de 4,8% de son bénéfice au dernier trimestre 2004. Le recul des ventes de l'anti-histaminique (contre les allergies) Allegra a été plus que compensé par le succès des vaccins et des antithrombotique Plavix et Lovenox.

Sanofi-Aventis a relevé ce matin à 25% son objectif de progression du bénéfice net par action 2005, contre une prévision d'"au moins 20%" précédemment, parallèlement à la publication de son chiffre d'affaires annuel. Le laboratoire présentera ses résultats annuels ainsi que le détail de son portefeuille de produits en cours le 24 février prochain.

Sanofi-Aventis a réalisé l'an dernier un chiffre d'affaires de 27,3 milliards d'euros pour 2005, en hausse de 8,4% sur un an à données publiées et de 9,3% à données comparables. Au quatrième trimestre, le groupe a présenté un chiffre d'affaires de 7 milliards d'euros, en hausse de 7% sur un an à données publiées et de 4,8% à données comparables.

Concernant son activité Pharmacie, Sanofi-Aventis indique avoir souffert aux Etats-Unis de la concurrence des versions génériques de deux médicaments vedettes: Allegra (anti-histaminique, contre les allergies) et Amaryl (anti-diabétique). La croissance du chiffre d'affaires des 15 médicaments vedettes du groupe, de 14% l'an dernier, se serait élevé à 16,8% sans l'impact de ces concurrents génériques, a calculé le groupe pharmaceutique.

En revanche, dans son activité Vaccins humains, Sanofi-Aventis a vu son chiffre d'affaires progresser de 26,9% l'an dernier, et de 50,2% au seul quatrième trimestre grâce en particulier à trois lancements aux Etats-Unis. Le laboratoire travaille pour le compte du gouvernement français à l'élaboration d'un vaccin contre le virus H5N1 de la grippe aviaire.

A la Bourse de Paris, le titre Sanofi-Aventis cède 0,66% à 75,10 euros à l'ouverture.


Les discussions se poursuivent entre Serono et GlaxoSmithKline
Selon le Wall Street Journal Europe de ce matin, le groupe de biotechnologie suisse Serono est de nouveau en discussion avec un potentiel acquéreur, le Britannique GlaxoSmithKline, après avoir accepté de revoir en baisse le prix escompté pour la transaction. L'hebdomadaire britannique Independent on Sunday évoque un prix d'environ 12 milliards d'euros, contre les 15 milliards d'euros réclamés à l'origine par le laboratoire genevois. Un prix qui avait rebuté ses prédateurs potentiels. Spécialisé dans la lutte contre l'infertilité et dans les traitements hormonaux, ce dernier cherche un repreneur depuis novembre dernier.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :