Le record de ventes d'armes américaines aux pays du Golfe suscite l'inquiétude

 |   |  360  mots
Les Etats-Unis s'apprêteraient à annoncer la signature d'une série de contrats d'armement d'au moins 20 milliards de dollars avec l'Arabie Saoudite et cinq autres pays du Golfe dans le but de contrer l'influence croissante de l'Iran dans la région. Téhéran critique cette mesure alors que Berlin craint que ces ventes ne déstabilisent la région.

Selon le Washington Post et le New York Times datés de samedi, le gouvernement américain s'apprête à annoncer une série de contrats d'environ 20 milliards de dollars avec l'Arabie Saoudite et les cinq autres monarchies du Conseil de coopération du Golfe (CCG) à savoir Bahreïn, les Emirats arabes unis, le Koweït, le sultanat d'Oman et le Qatar. Ces contrats d'armement seraient les plus importants négociés sous l'administration du président G.W. Bush.

Les Etats-Unis vont porter également à plus de 30 milliards sur dix ans leur aide militaire à Israël, soit une augmentation de 25% par rapport à la précédente aide. Washington vient également d'annoncer officiellement le début de discussions avec l'Egypte pour le renouvellement d'un accord d'assistance militaire d'une valeur de 13 milliards de dollars et d'une durée de dix ans. Cela constitue une nette augmentation de l'aide américaine envers ces deux pays.

Comment expliquer que les montants exprimés atteignent des sommets ? Ils sont à la mesure de la peur de Washington envers la menace que représente Téhéran. Les contrats d'armement et les aides militaires ont pour but affiché de contrer l'influence croissante de l'Iran dans la région. "Nous sommes attentifs aux besoins de nos alliés et à ce que chacun dans la région considère être une démonstration de force d'un Iran plus agressif. L'un des moyens de faire face à ça, c'est de renforcer nos alliés et amis", a déclaré un haut responsable cité par le Washington Post.

Sans surprises, Téhéran a critiqué ce lundi l'annonce de ces contrats d'armement. En Europe, c'est l'Allemagne qui s'est élevé contre ces ventes d'armes américaines aux pays du Golfe. "Lorsqu'on ajoute des explosifs à une poudrière, on augmente le risque et on n'améliore pas la sécurité de la région" a affirmé le président de la commission des Affaires étrangères du parlement Ruprecht Polenz dans une interview publiée par le quotidien Frankfurter Rundschau de lundi. Il considère que ces ventes d'armes pourraient au contraire inciter l'Iran à accélérer son propre programme d'acquisition de matériel militaire.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :