Le gouvernement renonce pour 2008 à ne pas remplacer un départ à la retraite sur deux chez les fonctionnaires

François Fillon a posé les jalons du budget 2008. Deux fonctionnaires sur trois seront remplacés dans l'éducation nationale et au total, 22.700 postes de fonctionnaires seront supprimés. Le gouvernement vise un déficit budgétaire à 2,3% du produit intérieur brut (PIB) pour 2008 et un retour à l'équilibre avant 2012.

2 mn

C'est surtout le remplacement des fonctionnaires partant à la retraite, en particulier ceux, légions, de l'éducation nationale, qui faisait débat. Le président de la République, Nicolas Sarkozy, avant annoncé lors de la campagne des élections présidentielles vouloir ne pas remplacer un départ sur deux dans la fonction publique.

A l'issue du séminaire intergouvernemental sur les arbitrages budgétaires du projet de loi de finances pour 2008, le Premier ministre François Fillon a donc été très clair sur le sujet : deux fonctionnaires sur trois partant à la retraite seront remplacés dans l'Education nationale.

Au total, 22.700 postes de fonctionnaires seront supprimés l'an prochain. Selon le ministre du Budget et de la Fonction publique, Eric Woerth, les économies engendrées par les réductions de postes seront "de l'ordre de 700 à 800 millions d'euros en année pleine" dont "à peu près la moitié en 2008".

Par ailleurs, le budget du ministère de la Justice va progresser de 4,5% en 2008, et la justice bénéficierait de 1.600 créations d'emplois. Des dépenses "notamment destinées à la poursuite du programme de construction et d'augmentation des capacités d'accueil de nos moyens pénitentiaires", a déclaré François Fillon. Une somme de 1,8 milliard d'euros supplémentaires sera affectée en 2008 à l'Enseignement supérieur et la Recherche, beaucoup plus que le milliard d'euros par an pendant cinq ans promis par Nicolas Sarkozy pendant la campagne,

Le projet de budget 2008 est "solide et responsable" et bâti sur une prévision de croissance économique de 2,5% et une inflation de 1,6%, estime François Fillon. "L'objectif de croissance est optimiste, indique Dominique Barbet, économiste chez BNP Paribas. Autre objectif du gouvernement : après les bons chiffres de l'emploi publiées hier, avec un chômage au plus bas depuis 25 ans, le gouvernement souhaite parvenir à un taux de chômage à 5% d'ici 2012.

Globalement, François Fillon vise un déficit budgétaire à 2,3% du produit intérieur brut (PIB) pour 2008 et un retour à l'équilibre "au plus tard" en 2012, fin du quinquennat de Nicolas Sarkozy, a-t-il ajouté. "La réduction de nos déficits est donc l'une de nos priorités, nos engagements européens nous y invitent mais surtout et avant tout l'intérêt national l'exige", a souligné le chef du gouvernement, qui refuse de "sombrer dans une rigueur budgétaire aveugle".

2 mn

Replay I Nantes zéro carbone

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.