TCW, filiale de la Société Générale, réclame 680 millions de dollars à la République dominicaine

 |   |  331  mots
Le fonds américain, détenu par Société Générale Asset Management, réclame des dommages et intérêts à la République dominicaine. Il l'accuse d'avoir provoqué des manques à gagner liées à ses investissements dans le secteur de l'électricité local.

Le grand fonds de gestion d'actifs américain TCW, filiale de SGAM, Société Générale Asset Management, la grande branche de gestion d'actifs de la banque française, réclame 680 millions de dollars (environ 510 millions d'euros) de dommages et intérêts à la République dominicaine pour compenser le manque à gagner subi par ses clients lié à des investissements dans le secteur de l'électricité local.

La plainte a été déposée vendredi suivant les modalités d'un traité d'investissement bilatéral entre la France et la République dominicaine et la banque française réclame un arbitrage suivant les dispositions de la Commission des Nations unies sur le droit du commerce international (Cnudci).

TCW Group avait acheté en 2004 la moitié d'EDE Este, société de production d'électricité qui dessert en particulier des quartiers entiers de la capitale. La banque dresse une longue liste de motifs qui ont gâté son investissement, en particulier une rupture de contrat présumée de la part du gouvernement, des accords de hausse des tarifs qui n'ont pas été mis en vigueur et l'absence de toute mesure pour lutter contre les vols répétés d'électricité.

Selon Blair Thomas, chef des activités de TCW dans les infrastructures et l'électricité, le gouvernement a également refusé de laisser EDE Este couper le courant aux personnes qui volaient de l'électricité. Radhames Segura, vice-président de l'organisme coiffant les compagnies d'électricité publiques, a déclaré être au courant de la plainte avant d'ajouter:"je ne comprends pas les raisons pour lesquelles Société Générale poursuit l'Etat dominicain parce qu'elle a reçu des paiements totalisant 193 millions de dollars l'an passé". Blair Thomas ne conteste pas ce chiffre mais il explique qu'il s'agit d'argent versé à EDE Este sous la forme de subventions, appuyées par la Banque mondiale et le Fonds monétaire international, pour empêcher les compagnies de distribution d'électricité dominicaines de devenir insolvables

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :