Rosa retrouve Momo

Xavier Jaillard a adapté pour le théâtre "La Vie devant soi", l'un des best-sellers du romancier Ajar/Gary. Une réussite.

2007/1975... 33 ans après la sortie du best seller d'Emile Ajar, alias Romain Gary de son vrai nom, qui a permis au même écrivain d'obtenir un deuxième prix Goncourt, cette "Vie devant soi" adaptée pour la scène par Xavier Jaillard, et actuellement au Théâtre Marigny, délivre sans avoir rien perdu de sa force un efficace message oecuménique.

Pourtant sur le plateau, les chocs ne cessent de se multiplier. Les personnages s'affrontent. Rosa, celle qui va mourir - puissante Myriam Boyer qui parvient à faire oublier la Simone Signoret du film réalisé par Moshé Mizrahi en 1977 -, et Momo - prometteur Aymen Saïdi -, celui qui n'est pas encore vraiment né. Sans papier, sans âge vraiment défini avec des parents imaginaires que leur tardive découverte achève de détruire Le vice de la prostitution et la pureté de l'enfance. La religion juive face à l'islam. Et sans doute la meilleure trouvaille de la mise en scène de Didier Long: l'antagonisme entre le sixième étage que rejoint à bout de souffle madame Rosa et son "trou juif" où elle va s'éteindre paisiblement.

Pas de happy end mais plein d'espoir pour Momo qui va retrouver la chaleur d'un foyer au sein d'une famille. Opposition encore entre le théâtre établi qu'est le Marigny et un jeune producteur franc-tireur, François de Carsalade. Résultat: une pièce qui offre un des meilleurs spectacles familiaux de la saison.

Au Théâtre Marigny-Popesco à Paris. Tél: 01 53 96 70 20.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.