La droite suisse confirme sa première place aux législatives

 |   |  337  mots
Avec près de 29% des suffrages, la droite nationaliste UDC, hostile à l'adhésion du pays à l'Union européenne, consolide sa place de premier parti de la Confédération helvétique. Le parti socialiste est le grand perdant des élections, tandis que les Verts progressent.

L'Union démocratique du centre (UDC, droite) s'est affirmée dimanche en tant que première formation du Conseil national (chambre basse du parlement suisse), remportant près de 29% des voix selon des résultats partiels des élections fédérales helvétiques. Portés par les craintes liées à l'immigration et au maintien du niveau de vie, les populistes de l'UDC de l'homme d'affaires Christoph Blocher ont poursuivi leur ascension entamée il y a dix ans après avoir fait campagne sur des thèmes comme le rejet des "moutons noirs" étrangers.

Des estimations nationales montrent que l'UDC a renforcé son assise de six sièges (28,8% des voix) et les Verts de quatre (9,5%), tandis que le parti démocrate-chrétien (PDC) gagne trois sièges (14,6%). Le parti socialiste perd neuf sièges (19,1%) et le parti radical-démocratique (PRD) six (15,9%). Le second tour, qui donnera son visage définitif aux deux chambres, est prévu le 11 novembre.

L'UDC a affirmé ne pas avoir l'intention de bouleverser la composition du Conseil fédéral, organe exécutif du pays composé de sept ministres issus des quatre principaux partis. Source d'une effervescence inhabituelle sur la scène confédérale, les propositions du parti de Christoph Blocher en faveur de l'expulsion des criminels étrangers, jugées xénophobes par beaucoup, ont donné lieu à des affrontements, il y a deux semaines, à Berne, entre forces de l'ordre et militants d'extrême gauche.

Le président de l'UDC, Üli Maurer, a déclaré que le résultat de sa formation était le meilleur enregistré par un parti suisse depuis 1919 et s'est engagé à mener à bien les initiatives proposées par le parti, notamment la suppression de tout projet d'adhésion à l'UE. "La question de l'adhésion à l'Union européenne devrait disparaître de tous les esprits désormais, a-t-il déclaré. Nous allons baisser les taxes. Nous allons apporter la sécurité."

Le nouveau parlement doit désigner en décembre les sept membres d'un nouvel exécutif (Conseil fédéral).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :