La Bundesbank pointe des risques accrus pour l'Allemagne

 |   |  336  mots
Dans un rapport consacré à la stabilité financière, la Buba écarte le scénario d'une récession outre-Rhin, tout en jugeant que les risques ont augmenté. En revanche, elle est moins optimiste pour l'économie américaine.

L'économie allemande devrait résister aux conséquences des turbulences en cours sur les marchés financiers, mais les risques qui pèsent sur le système financier du pays se sont accrus, estime un rapport de la Bundesbank (Buba) publié ce jeudi. La banque estime que l'assèchement du crédit s'est ajouté à la liste des principaux facteurs de risque pesant sur l'économie allemande, aux côtés du niveau élevé des cours du pétrole, du ralentissement du marché immobilier américain ou encore du mouvement de correction des déséquilibres économiques mondiaux.

"Les risques macroéconomiques pesant sur le système financier allemand sont à présent, dans l'ensemble, significativement plus élevés", commente le rapport, consacré à la stabilité financière. "Si plusieurs des facteurs de risques cités plus haut devaient se matérialiser simultanément, les perspectives économiques s'assombriraient de façon perceptible, mais cela n'entraînerait pas de récession en Allemagne", précise la Buba.

L'institution monétaire se montre moins optimiste quant aux perspectives de l'économie américaine, en raison de la poursuite de la dégradation du marché immobilier, qui freine la demande des ménages. "Le risque d'un ralentissement marqué aux Etats-Unis s'est accru de manière significative", écrit la Bundesbank. Ce ralentissement pourrait inciter les investisseurs à se détourner un peu plus des actifs américains, ce qui exercerait de nouvelles pressions baissières sur le dollar.

"Malgré la réduction progressive des déséquilibres mondiaux au cours des derniers mois, les risques de mouvements brutaux sur le marché des changes n'ont pas diminué", note la Buba. "Il est possible que les investisseurs étrangers procèdent à un rééquiibrage de leurs portefeuilles, au détriment du dollar américain, notamment si le ralentissement de l'économie américaine se révèle plus marqué qu'attendu, ou encore si des tensions apparaissent dans le système financier américain. Cela pourrait entraîner une dépréciation désordonnée du dollar."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :