Annonces Sarkozy : méfiance des syndicats

 |   |  392  mots
François Chérèque refuse que les 35 heures soient détricotées au détriment de l'emploi. De son côté, le leader de la CFTC dénonce un calendrier précipité tandis que Bernard Thibault se déclare hors course jusqu'au 15 décembre. Selon l'UMP, toutes les mesures annoncées débloquent 30,7 milliards pour le pouvoir d'achat.

François Chérèque est le premier responsable syndical à s'exprimer après que Nicolas Sarkozy ait annoncé, jeudi 29 novembre, que les salariés pourraient obtenir paiement des jours RTT non utilisés et que les entreprises pourraient passer outre un accord de branche sur les 35 heures à condition d'accorder des augmentations de salaires. Et le leader de la CFDT exprime toute sa méfiance envers ces annonces en affirmant, ce lundi 3 décembre, sur France Inter qu'il n'était "pas question de détricoter les 35 heures au détriment de l'emploi".

Sur la première annonce, celle concernant le paiement des jours de RTT, François Chérèque estime qu'à travers "cette remise en cause des 35 heures, on veut faire croire aux salariés qu'on réglera leurs problèmes de salaires, alors qu'on leur ment". Elle "ne concernera pas la totalité des salariés", a-t-il dit. Il ajoute: "on oublie les chômeurs, les retraités, les salariés de petites entreprises, ceux en temps partiel, les ouvriers en annualisation du temps de travail, la plupart des fonctionnaires".

Sur la seconde annonce, concernant la possible dérogation aux accords de branche, François Chérèque est aussi net: "la proposition du président de la République de renégocier les accords dans les entreprises devra prendre en compte le temps de travail, les salaires mais aussi l'emploi". Il prévient: "le gouvernement est en train de tourner le dos au problème de l'emploi, il prend des risques graves, augmenter le temps de travail, ce sera aussi supprimer des emplois en certains endroits".

Sans s'exprimer aussi longuement, deux autres leaders syndicaux ont, à leur manière, exprimé leur méfiance: Jacques Voisin (CFTC) a jugé "un peu précipité" le calendrier des réformes. Le Premier ministre a expliqué qu'un texte devrait être présenté "dans les tout prochains jours". Bernard Thibault, lui, a fait savoir vendredi qu'il était en déplacement à l'étranger jusqu'au 15 décembre.

30,7 milliards pour le pouvoir d'achat
Les mesures annoncées par Nicolas Sarkozy, ajoutées à celles déjà mises en oeuvre, notamment la défiscalisation des heures supplémentaires, porteraient à 30,7 milliards le pouvoir d'achat supplémentaire débloqué par la politique économique de Nicolas Sarkozy depuis son élection, a affirmé dimanche l'un de ses proches, le député UMP Frédéric Lefebvre.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :