La Bourse de Dubaï et le Qatar deviennent les premiers actionnaires de la Bourse de Londres

 |   |  430  mots
Le Nasdaq, la Bourse électronique américaine, va pouvoir fusionner avec la place scandinave OMX, donnant naissance au deuxième opérateur boursier mondial. Parallèlement, Borse Dubai reprend l'essentiel des parts du Nasdaq dans le London Stock Exchange. Mais le Qatar annonce détenir également 20% du LSE et près de 10% d'OMX.

Le feuilleton estival des OPA sur OMX, l'opérateur boursier scandinave, semblait fini ce jeudi mais c'était sans compter sur le Qatar qui semble venir jouer les trouble-fête. Les deux candidats concurrents à la reprise, le Nasdaq d'un côté et Borse Dubai de l'autre, se sont finalement mis d'accord pour la reprise de la bourse scandinavo-balte. Cette offre commune est avant tout un meccano capitalistique qui repose sur une série de participations croisées impliquant aussi le LSE (London Stock Exchange), dont le principal actionnaire sera désormais Borse Dubai.

Concrètement, au terme de l'offre des deux opérateurs, les titres d'OMX acquis cet été par Borse Dubai seront cédés au Nasdaq. En échange, l'opérateur des pays du Golfe prendra une participation de 19,99% dans la bourse électronique new-yorkaise. Mais il ne disposera que de 5% des droits de vote. Last but not least, la place américaine cède aussi l'essentiel de sa participation dans la Bourse de Londres: en effet, le Nasdaq avait accumulé 31% des actions de la société britannique, au terme de deux OPA manquées l'an dernier, et souhaitait s'en défaire. Cette cession de 28% du LSE à Borse Dubai lui permet de dégager du cash pour l'acquisition d'OMX.

Moins de deux heures après la publications des bans du mariage, le Qatar demandait aux actionnaires de ne pas se précipiter et de ne pas se prononcer sur la nouvelle offre du Nasdaq et de Borse Dubaï. Au même moment le fonds du Qatar annoncait avoir acquis 20% du LSE avec l'intention d'être "un investisseur de long terme" sans pour autant vouloir faire une offre sur la totalité du capital dans l'immédiat. Il s'agit d'une part différente de celle acquise par Borse Dubaï. Au final, le LSE serait désormais possédé à 48% par ces pays du Golfe. Le LSE a immédiatement salué l'arrivée du Qatar dans son capital. Il se murmure que les achats de titres pour le Qatar auraient été opérés par la banque américaine Citigroup.

Nouveau rebondissement plus tard dans la journée: le Qatar a annoncé avoir acheté 9,98% d'OMX, apparemment dans le but de contrarier les projets communs du Nasdaq et de Borse Dubaï...

La fusion entre Nasdaq et OMX donnera naissance à un marché de 4.000 entreprises cotées représentant 5.300 milliards de dollars de capitalisation. Ce qui propulsera le nouvel ensemble à la deuxième place mondiale derrière Nyse Euronext (20.000 milliards de dollars de capitalisation totale pour également 4.000 entreprises). A 10h30, le titre OMX s'inscrivait en baisse de 7%.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :