Le moral des Français se dégrade pour la première fois en sept mois

L'indicateur du moral des ménages a reculé de 3 points à -15 en juillet. Les perspectives d'évolution de l'inflation et du niveau de vie en France se dégradent nettement. Heureusement, les Français continuent de penser qu'il est opportun de consommer.

Après l'amélioration post-électorale, les Français ont le moral qui flanche. L'indicateur de l'Insee qui calcule leur humeur a reculé de trois points en juillet, à -15, un premier recul depuis sept mois. Les 28 économistes interrogés par Reuters s'attendaient en moyenne à une stabilisation, tablant sur un indicateur résumé à -12. Le moral des ménages n'avait pas baissé depuis le mois de décembre, et s'était amélioré fortement depuis, en particulier entre avril et mai, mois du dernier scrutin présidentiel, où l'indicateur avait bondi de sept points à -14.

La baisse la plus forte concerne les perspectives d'évolution du niveau de vie en France, qui recule de -3 à -9, tandis que la variable sur l'évolution passée de la situation financière des ménages baisse elle aussi (-11 à -14). "Preuve que les efforts du gouvernement pour convaincre du bien fondé des réformes restent insuffisants, dans la mesure où ils peinent à convaincre"; indique Nicolas Bouzou, économiste chez Asterès. Les ménages se montrent aussi plus pessimistes sur leur situation financière future, qui passe de 1 à -3, et sont de ce fait moins nombreux que le mois dernier à penser qu'il est opportun d'épargner.

En juillet, l'opinion des ménages concernant l'évolution du chômage reste stable, de même que les variables mesurant la situation financière actuelle des ménages et leur capacité future à épargner. Le taux de chômage au sens du BIT est revenu à 8,0% en juin, au plus bas depuis le début des années 80.

Enfin, leur sentiment concernant l'inflation passée et future se détériore. "Hausse du pétrole, tensions sur les marchés de matières premières agricoles (l'exemple de la flambée des prix du blé a été largement médiatisée), les inquiétudes concernant l'inflation (certainement un peu exagérées) refont surface", constate Nicolas Bouzou. Seule l'opinion des ménages concernant l'opportunité de faire des achats importants s'améliore en juillet, passant de -6 à -4. Donc malgré cette baisse d'humeur, les Français devraient continuer de consommer et de soutenir la croissance.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.