Le taux de chômage allemand recule à 9% en juin

Le nombre de chômeur a diminué plus que prévu en juin. L'activité et la consommation domestique prennent le relais en Allemagne des exportations et de l'investissement comme moteur de croissance. Le pays resistera mieux au ralentissement américain et à la hausse des taux.

Dix-huitième mois consécutif de baisse du chômage en Allemagne. Le nombre de demandeurs d'emploi a diminué davantage que prévu en juillet par rapport à juin, de 45.000 en données CVS. La prévision moyenne des économistes interrogés par l'agence Bloomberg donnait un recul de 28.000 chômeurs seulement sur le mois. Le taux de chômage a reculé à 9%, son plus bas depuis 14 ans contre 9,1% en juin.

"La croissance continue d'avoir des effets positifs sur le marché de l'emploi", constate Matthias Rubisch, économiste chez Commerzbank interrogé par l'agence Bloomberg à Francfort. "Nous restons au-dessus du potentiel de croissance" qui permet la création d'emplois, ajoute-t-il. Le 5 juillet au Parlement, le ministre de l'Economie Michael Glos en était même venu à déplorer le manque de main d'oeuvre qualifiée en Allemagne.

En données brutes, moins suivies pas les économistes mais qui font référence dans le débat public, le chômage en Allemagne a très légèrement augmenté en juillet, avec un taux brut de 8,9% contre 8,8% en juin. En juillet, 3,715 millions de personnes étaient inscrites au chômage, soit 28.000 de plus que le mois précédent, mais 671.000 de moins qu'en juillet 2006.

"L'amélioration de la confiance du secteur des services et de l'emploi permet d'envisager une croissance davantage portée par la consommation et l'activité domestique, et moins par les exportations et l'investissement", indique Dominic Bryant, économiste chez BNP Paribas. Ce qui permet de penser que l'Allemagne est le pays de la zone euro le mieux placé pour faire face au ralentissement américain et à la hausse des taux d'intérêt de la BCE prévue en septembre.

Publié hier, le taux de chômage français a reculé à 8 % le mois dernier tandis que le nombre de demandeur d'emploi s'est inscrit en baisse de 24.500 personnes. De son côté, l'Espagne a ramené son taux de chômage en juin au niveau de 1978, à 7,95% de la population active. Mais la part d'emplois temporaires y reste très élevée.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.