40 millions d'Européens risquent d'abandonner leur téléphone portable

Pour l'opérateur britannique de téléphonie mobile Vodafone, à cause du plan de la Commission Européenne, 10% des utilisateurs de téléphones portables dans l'Union Européenne n'auront plus les moyens de payer.

Le bras de fer continue entre la Commission européenne et les opérateurs de téléphonie mobile. D'après le Financial Times de ce lundi 1er septembre, Vodafone accuse le plan de Bruxelles de risquer d'exclure certains Européens de la téléphonie mobile.

Selon le groupe britannique, 40 millions d'Européens pourraient abandonner leur téléphone portable suite aux plans de la Commission, soit 10% de tous les utilisateurs de portables dans l'Union Européenne (UE).

En effet, Bruxelles veut réduire d'environ 70% d'ici trois ans "les frais de terminaison d'appel", facturés pour chaque conversation téléphonique par l'opérateur de la personne appelée à l'opérateur de celle qui appelle. Aujourd'hui dans l'UE, ils sont en moyenne de 9 centimes d'euros par minute. Ils devraient atteindre 1 à 2 centimes d'euros d'ici 2012. En contrepartie, les opérateurs pourraient désormais faire payer leurs abonnés pour chaque appel reçu. La Commission a déjà dit qu'elle ne s'opposerait pas à l'extension de ce système.

Mais de nombreux Européens n'auraient alors plus les moyens d'avoir un portable, affirme Vodafone. Les plus touchés seraient les plus modestes, ceux qui ont recours au pré-payé plutôt qu'à l'abonnement, et reçoivent plus d'appels qu'ils n'en passent.

Pour Martin Selmayr, porte-parole de la Commission, ce raisonnement est "probablement un peu simplifié". "Ils ont mesuré ce qui se passerait si l'entreprise changeait de système et faisait payer les appels reçus", a souligné Martin Selmayr, rappelant que "La Commission ne l'encourage pas mais qu'il n'y a pas de règle l'interdisant".

Vodafone veut baisser les tarifs de gros autour de 5 à 6 centimes par minute. En mars, Morgan Stanley avait calculé que le groupe verrait son excédent brut d'exploitation amputé de 900 millions de livres (1,125 milliard d'euros) d'ici à 2012 si les charges de terminaison étaient abaissées à 2,5 centimes par minute.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.