BAA va sans doute devoir vendre des actifs

La commission britannique de la concurrence doit trancher sur la situation de position dominante du grand gestionnaire des aéroports outre-Manche.

Nigel Rudd qui dirige BAA, British Airport Authority, gestionnaire des grands aéroports britanniques (dont Heathrow, Gatwick et Stansted à Londres), privatisé en 1987 et détenu depuis 2006 par le groupe espagnol Ferrovial, a déclaré ce samedi sur la BBC qu'il s'attendait à devoir vendre une partie de ses actifs.

La semaine prochaine, la Commission britannique de la concurrence doit en effet rendre un rapport sur la situation de BAA. Dans un document préliminaire publiée en avril, elle avait déjà estimé que la structure "pouvait ne pas servir les intérêts des compagnies aériennes et des passagers".

BAA détient sept aéroports britanniques : les trois londoniens, celui de Southampton, sur la cote, et trois en Ecosse (Edimbourg, Glasgow et Aberdeen). Selon le Financial Times, il pourrait devoir en céder deux à Londres, notamment Gatwick dont la valeur est estimée à deux milliards de livres (2,6 milliards d'euros).

Les appétits s'aiguisent en tout cas autour du dossier. Paul Charles, directeur de la communication de la compagnie aérienne à bas prix Virgin Atlantic, a ainis déclaré qu'il était "temps" que le "monopole" de BAA soit cassé et que "Virgin Atlantic va regarder de très près (à la possibilité) pour un consortium de compagnies aériennes de détenir Gatwick". La société Manchester airports group (MAG), deuxième opérateur d'aéroports au Royaume-Uni, avait en mai indiqué qu'elle s'intéresserait à la vente de "tout actif" de BAA qui pourrait se présenter. Le patron de la compagnie aérienne irlandaise à bas prix Ryanair a dit "réellement espérer" que Stansted soit également mis en vente et regardera le dossier en cas de prix attractif.

BAA s'est retrouvé sur la sellette en mars dernier suite aux énormes problèmes causés lors de l'ouverture du nouveau terminal de Heathrow, le T5. Des centaines de vols ont du être alors annulés, notamment chez British Airways, et des dizaines de milliers de bagages ont été égarés. Le patron du groupe, Mark Bullock, en place depuis 2004, avait du démissionner.

BAA conclut un accord de refinancement de 16,9 milliards d'euros
L'opérateur aéroportuaire a annoncé ce lundi avoir conclu un accord de refinancement avec plusieurs banques. D'un montant de 13,3 milliards de livres (16,9 milliards d'euros), il permettra à la filiale de Ferrovial de sécuriser ses investissements à long terme. Cette opération "témoigne de la confiance des marchés financiers envers BAA", s'est réjoui le directeur général du groupe aéroportuaire Colin Matthews. Sur ce total, 12,1 milliards de livres serviront à rembourser la dette liée à l'acquisition de BAA par Ferrovial, réalisée en 2006 pour 10 milliards de livres, ainsi qu'à financer le développement des trois aéroports londoniens appartenant au groupe (Heathrow, Gatwick et Stansted). Le reste sera consacré à financer des investissements dans les quatre autres aéroports de BAA au Royaume-Uni (Edimbourg, Glasgow et Aberdeen et Southampton)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.