Daimler roule des mécaniques en Chine

 |   |  255  mots
(Crédits : Tribune)
Les amateurs de belle carrosserie de l'Empire du Milieu ont jeté leur dévolu sur les berlines griffées Mercedès

Les chiffres auraient presque pu passer totalement inaperçus. Quoi de plus banal, en effet, qu?un constructeur automobile se réjouissant d?une envolée de ses ventes en novembre, mouvement dû pour l?essentiel à un effet de base extrêmement favorable et aux retombées de la prime à la casse ?

En y regardant d?un peu plus près, Daimler dispose tout de même d?un atout de taille par rapport à ses concurrents gaulois : son pouvoir d?attraction sur les consommateurs chinois.

Les amateurs de belle carrosserie de l?Empire du Milieu ont jeté leur dévolu sur les berlines griffées Mercedès. Si bien qu?au cours du mois dernier, 8.900 véhicules de la marque étoilée ont été écoulés dans la zone. Soit plus du double des volumes enregistrés l?an passé. Une performance proche de celle de son compatriote Audi mais largement supérieure à la progression de 39,7% communiquée par BMW pour la même période.

Les investisseurs ne s?y sont pas trompés. L?action Daimler affiche lundi sa cinquième séance consécutive de hausse et totalise un gain voisin de 8% sur la semaine. Portant ainsi à 109% son ascension depuis les plus bas de mars contre un bond de 58% pour l?indice DAX. Mais contrairement à bon nombre de ses homologues, notamment français, cette reprise boursière est moins justifiée par des anticipations de redressement financier que par la force d?une marque solidement ancrée dans l?univers du luxe.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :