Manutan sur chariot élévateur

 |   |  274  mots
(Crédits : Tribune)
En hausse de 15% depuis le début de l'année, l'action est soutenue par la bonne santé des activités historiques du groupe. Reste maintenant à huiler la machine des acquisitions.

Manutan a tout d'une cyclique. Des fournitures de bureau au petit outillage en passant par les appareils de manutention, le groupe vend à distance tout ce dont les entreprises ont besoin. Et lorsque ces dernières rembauchent, redéploient leurs locaux ou encore améliorent l'utilisation de leurs capacités de production, Manutan redresse ses résultats. Ce qui est le cas aujourd'hui. La société est parvenue à stabiliser sa marge opérationnelle à plus de 7% pour un chiffre d'affaires en progression de 23,6% au premier semestre. Mais si l'on exclut l'impact du rachat, en mars 2009, de Camif Collectivités, la rentabilité d'exploitation des métiers historiques ressort à 9,4%. De quoi alimenter les caisses déjà bien remplies du groupe, qui affichait, fin mars, une trésorerie nette positive de 90 millions d'euros. Soit l'équivalent d'un quart de sa valeur en Bourse.

Pour autant, la direction ne crie pas victoire. Bizarrement, plus elle se montre prudente, plus les investisseurs aiment ça. Déjà en avril, Manutan avait fait preuve d'une certaine retenue, ce qui n'avait pas empêché au marché de manifester son enthousiasme. Comme à l'époque, les opérateurs s'attendent à être agréablement surpris au cours des prochains mois. Les tendances plaident pour le moment en leur faveur. La croissance organique des ventes se maintient depuis le début du second semestre. Mais ce n'est pas tout. La montée en puissance de Camif Collectivités dans les comptes est également de bon augure à moyen terme. Sans compter la capacité du groupe à valoriser ses abondantes réserves en saisissant de nouvelles opportunités de croissance externe. Dans ce contexte, il serait dommage de s'interdire de rêver.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :