Quand la Chine s'inquiète de l'Amérique...

 |   |  288  mots
Copyright Reuters

Il s'apppelle Jin Liqun et cet inconnu est le très puissant président du conseil de surveillance du China Investment Corporation, le fonds souverain chinois. CIC est bien connu des financiers du monde entier puisque c'est cette entité qui place sur les marchés une partie des immenses réserves de change chinoise. Dans un débat organisé vendredi après midi à Davos par Bloomberg TV intitulé "Low Growth & Easy Money, the new normal ?" (croissance faible et argent facile, la nouvelle norme ?), et auquel participait, outre Pierre Moscovici, le ministre de l'économie français, le président de Bank of America, la présentatrice américaine en vient à interroger le patron de CIC sur le dollar, qui s'affaiblit face à l'euro, notamment à cause du Fiscal Cliff (la falaise budgétaire) et de la politique quantitative de la Fed.

"Dollar... well..." . Visiblement déstabilisé, le chinois hésite à s'engager. Après un long silence qui en dit sans doute long sur l'inquiétude des dirigeants de l'empire du Milieu sur la valeur à long terme de leur bons du Trésor américain, dont ils sont le premier détenteur mondial, mais sur lesquels ils ont cessé d'être acheteurs depuis un an, Jin Linqun finit par se lancer. "J?ai une grande confiance dans l?économie américaine. Mais ce serait bien que la machine à imprimer des billets ralentisse si le gouvernement américain veut maintenir à long terme la confiance dans le dollar". Pour autant, notre investisseur chinois ne croit pas du tout dans une nouvelle guerre des monnaies. Ce thème "est très exagéré", selon lui. La preuve : le yuan, la devise chinoise est au bon niveau... Pas vraiment l'avis de l'Oncle Sam Incorporated...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/01/2013 à 10:19 :
tout le monde le sait que pour un Pays s?enrichir il faut exporter, évidemment que pour exporter il faut être compétitive et avoir une valeur de monnaie la plus faible possible c'est le cas de nos amis chinois, eux ce qu'ils veulent c'est simple continuer avec leur monnaie collée au dollar que les États Unis arrêtant la planche a billets et ainsi feront banqueroute comme la Grèce e par la suite ils viendront racheter en solde le Pays entier pour soutenir nos amis américains ...
Réponse de le 26/01/2013 à 17:17 :
le pb est que les Chinois sont ds une situation à terme pas brillante et leurs années fastes st derrière: dollar et yen baissent et le won ne continuera ps à monter très lgtps,et le marché intérieur chinois est incorporé ds les accords OMC à présent...
a écrit le 26/01/2013 à 8:32 :
Pas de commentaire. Cela peut avoir plus d influence sur l economie mondiale que les propos de cameron ou de je ne sais quel technocrate europeen. Alors qu en pensent les chantres du liberalisme qui s en donnent d habitude a coeur joie quand il s agit d hollande bashing. Manifestez vous... on est en plein dans l economie reelle.
Réponse de le 29/01/2013 à 13:57 :
Hollande bashing? Pas nécéssaire de tirer sur l'ambulance les chiffres s'en chargereont bientôt très bien. "On est en plein dans l'économie réelle" pas vraiment on parle de papier, de T-bonds, d'émission de dette à marche forcée donc côté "économie réelle" on repassera. en revanche de là à penser que la bulle obligataire sera le noeud de la prochaine crise mondiale il n'y a qu'un pas. Le signe annonciateur sera probablement une forte remontée de l'Euro car quoiqu'en disent les chantres du conservatisme la seule BC qui mène à ce jour une politique cohérente du point de vue monétaire, c'est la BCE.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :