L'ajustement des différentiels de compétitivité au sein de la zone euro

 |   |  308  mots
François Bourguignon
François Bourguignon
L'Europe s'est lancée dans un ajustement budgétaire courageux mais aussi porteur de graves menaces de récession. Assurément, les déficits publics étaient excessifs dans certains pays et la dette de l'Etat y croissait trop vite. Mais ce n'était pas le seul problème.

Les écarts de compétitivité par rapport à certains partenaires européens ou au reste du monde avaient aussi creusé le déficit des comptes extérieurs de l'Europe du Sud et plus récemment la France, et alourdi le passif net de ces pays vis-à-vis du reste de l'Europe et du monde. Si l'on peut espérer, en croisant les doigts, que les politiques budgétaires corrigent les comptes publics, il est peu probable qu'elles aient beaucoup d'effet sur les déficits de compétitivité.
Diminuer le coût du travail dans un contexte de change fixe et de faible inflation est difficile. Le coût social et politique d'une baisse nominale généralisée des salaires, quand elle est possible, est gigantesque; réduire les charges pesant sur le travail n'est pas beaucoup moins coûteux lorsqu'il faut financer une telle mesure par une hausse d'impôt pesant ouvertement sur le pouvoir d'achat des salariés. Quant à la productivité, l'autre composante de la compétitivité, elle a tendance à faiblir en période de ralentissement économique, les entreprises ayant alors tendance à retenir leur personnel et étant peu enclines à investir.
Dans le futur, prévenir l'apparition d'écarts de compétitivité exigera au sein de la zone euro une plus grande harmonisation des politiques sociales et salariales (coût du travail), des politiques fiscales (coût de l'investissement) et, idéalement, une plus grande mobilité de la main d'?uvre pour égaliser les salaires. A court-terme, l'ajustement des écarts existants reste un défi. Il faut souhaiter qu'il ne s'effectue pas exclusivement à travers une récession européenne, ni une déflation salariale dans les pays les moins compétitifs et les plus endettés, mais aussi par des mesures adéquates prises dans les pays les plus concurrentiels ou au niveau de l'ensemble de la zone.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :