Django, l'essentiel en 140 titres

 |   |  320  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Un coffret de huit albums offre l'intégralité de l'œuvre de Django Reinhardt pour le label Vogue. Essentiel pour (re)découvrir le génie du guitariste manouche. Une mise en bouche avant l'expo de la Cité de la Musique ouvrant le 6 Octobre.

Il fait l'actualité de cet automne, Django Reinhardt : une grande exposition organisée à la Cité de la Musique (6 octobre au 23 janvier 2013) de nombreux concerts et un film « Les fils du vent »(sortie le 10 octobre)sur ses disciples (Ninine Garcia, Tchavolo Schmitt, Angelo Debarre, Moreno) .En attendant, place à « sa »musique avec l'intégrale de ses enregistrements pour Vogue, de 1934-la création du quintette du Hot-Club de France avec Stéphane Grappelli au violon- à 1952, au Club Saint-Germain,l'année précédant sa disparition fulgurante à 43 ans.

Dans ce coffret de huit albums et 140 titres, l'amateur saisit tout le génie d'interprète -virtuose de la guitare qui a surmonté le handicap de la perte de deux doigts de la main gauche- et de compositeur- Nuages, Place de Brouckere, Manoir de mes rêves, Minor Swing...- entré vivant dans la légende du jazz. On retrouve ainsi les trois premières interprétations de Django en 1934 sur un disque acétate destiné à la promotion, financé par un fan, alors élève de l'Ecole Centrale et secrétaire général du jeune Hot-Club de France, Pierre Nourry.
Les deux formats de quintette du Hot-Club de France -trois guitares, violon et basse ; deux guitares, clarinette, basse et batterie-occupent naturellement l'essentiel des enregistrements présentés. L'intérêt du coffret réside aussi dans ces concerts donnés par Django en 1945-46 avec une grande formation de l'armée américaine, The Air Transport Command Band, résidant alors sur la Côte d'Azur, et le big band de Duke Ellington capté à l'Opéra de Chicago en 1948.
Un livret de 32 pages, donnant une discographie précise, apporte un éclairage documentaire de première classe avec un texte inédit signé Henri Renaud (1925-2002), directeur artistique de Sony Music, et pianiste qui eut le bonheur de jouer avec Stéphane Grappelli .

Django Reinhardt on Vogue. Complete Edition (1934-1951).
Coffret 8 CD Vogue-Sony Music. (Septembre 2012).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/11/2012 à 18:52 :
allez voir l'expo django ! une mine d'infos et de témoignages rares.... et donnez-nous plus de news sur cette musique vraie... le jazz.....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :