Un temps nouveau pour la relation homme-machine

 |   |  437  mots
Du haut de son 1,40m, le robot Roméo, d’Aldebaran Robotics, est un des rares bipèdes du marché. / DR
Du haut de son 1,40m, le robot Roméo, d’Aldebaran Robotics, est un des rares bipèdes du marché. / DR (Crédits : DR)
La machine prend de plus en plus la place dans la vie de l'homme : des robots pour nos anciens, des drones, ... Et si le robotcène succédait à l'anthropocène !

Les armées de Napoléon se déplaçaient à la vitesse de celles d'Alexandre le Grand. Vingt et un siècles durant, la nature continua de dominer l'homme.

L'Holocène a débuté pour les géologues il y a 10.000 ans. La découverte de la machine à vapeur par James Watt (entre 1769 et 1784) a modifié fondamentalement ce rapport. Grâce à la machine à vapeur, l'homme se déplace plus vite que les animaux.

La locomotive, les automobiles, les machines industrielles, ont confirmé que l'on était dans l'Anthropocène. Avec la révolution industrielle, l'homme domine son environnement. La ville est une autre manifestation de cette révolution.

Les Lumières n'avaient pas connu la révolution industrielle qui était en avance au Royaume-Uni. L'impressionnisme en peinture, fruit du train, de l'appartement haussmannien et... du tube de gouache, en est un enfant.

L'énergie a marqué l'accélération de l'Anthropocène par le charbon, le pétrole, l'électricité. L'électricité a conduit à l'informatique, à la puce de plus en plus riche en informations.

Pour son centenaire en 2011, IBM a créé un supercalculateur -Watson, du nom de son fondateur - qui a été confronté aux deux meilleurs joueurs de « Jeopardy ! » et a gagné. Le supercalculateur s'était rapproché de l'intelligence humaine.

Ray Kurzweil est l'un des informaticiens les plus en pointe sur ce sujet, la singularité technologique : la Singularité. Ses travaux le conduisent à supposer que l'intelligence de la machine aura rattrapé celle de l'homme dans les années 2030.

Le « Human Brain Project » (HBP), est un projet mondial à 1 milliard de dollars, mené par les Américains. Il a pour objectif de modéliser le cerveau humain, soit 100 milliards de neurones ayant chacun 60.000 synapses le reliant à ses voisins... HBP, lancé en janvier, devrait aboutir dans dix ans.

À la fin de janvier, Google a acheté 400 millions de dollars DeepMind, une entreprise spécialisée dans l'intelligence artificielle. La course (ou la guerre) des cerveaux est lancée. Nous sommes entrés dans l'ère qui suit l'Anthropocène, le Robotcène. Que ce soient des ordinateurs ou des nanorobots qui circulent dans le corps, le robot supplée, accompagne ou anticipe les actions de l'homme.

Certes, à ce titre, il existe depuis longtemps. La nouveauté du Robotcène est dans la complémentarité intime de l'homme et du robot. Le robot apporte la connaissance, l'homme inspire l'intuition, l'émotion, l'imagination. Le robot lit la pensée de l'homme, anticipe. Le Robotcène est un temps nouveau de l'homme.

Je repars en plongée.

_______

L'ouvrage le plus récent de Philippe Cahen :
Les Secrets de la prospective par les signaux faibles, Éditions Kawa, 2013.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/03/2014 à 9:55 :
L'Human Brain Project est dirigé par des chercheurs européens sous la houlette de l'Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL). L'Obama brain est dirigé par des américains pour un budget de 40 millions de dollars.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :