La deuxième mort du mark

 |   |  719  mots
1000 deutsche mark
1000 deutsche mark (Crédits : DR)
La lente mue du mark vient de se terminer avec l'annonce, le 22 janvier, par la BCE de l'achat massif de la dette publique.

Entre la forme et la substance, les liens sont subtils. En 1992, 12 pays européens décidaient de partager une seule monnaie.

Dix en réalité, car le Danemark et le Royaume-Uni annonçaient dès l'origine qu'ils feraient bande à part (« opt-out »). Trois ans plus tard, ils lui donnèrent le nom d'« euro », sur l'idée d'un espérantiste belge, qui réussit à convaincre un prédécesseur de Jean-Claude Juncker, Jacques Santer. Les « Dix » voulaient sortir de l'enfer de la concurrence monétaire qui soumettait chaque entreprise et chaque foyer aux aléas des dévaluations et de l'inflation.

La première mort du mark

C'était la première mort du D-mark que l'Allemagne accepta à condition que le Continent embrasse sa politique monétaire : indépendance de la Banque centrale et interdiction d'imprimer de la monnaie pour financer les déficits.

Pendant ce temps, au Royaume-Uni et aux États-Unis, dont les devises avaient fourni successivement l'étalon monétaire mondial, les banquiers centraux travaillaient en lien étroit avec leur gouvernement et s'autorisaient à monétiser les dettes. Sur le Continent, le problème de la gestion des déséquilibres des comptes nationaux persistait, bien sûr, mais il était censé être résolu par l'acceptation par tous de la culture de la stabilité allemande, héritée du souvenir de la grande inflation d'entre-deux-guerres et gravée dans le marbre de la loi.

Le mark disparaissait dans la forme, il survivait en substance.

Pour que cela fonctionnât, pour que cette singularité continentale soit durable, il eût fallu que l'Europe devienne l'Allemagne. Or, elle ne l'est pas, y compris dans son rapport à la monnaie. Quand, en 1968, le général de Gaulle a compris qu'il n'avait pas les moyens de soutenir le cours du franc et qu'il était pris au piège de sa propre déclaration de foi selon laquelle « l'or est la mesure éternelle et vraie » de la monnaie, il accusa la « fuite vers le mark ». S'en suivirent des décennies de politique de dévaluation et de guerre monétaire latente entre Paris et Berlin. Pendant ce temps, l'Allemagne, qui n'a jamais goûté le laxisme monétaire pratiqué par les Américains, gageait prudemment son mark chéri contre l'or non moins chéri enfermé dans les coffres de la Bundesbank. Elle réussissait ce que de Gaulle avait échoué à faire.

Puis il y eut l'euro

Mais un changement de nom ne fait pas un changement de culture.

Il devait donc se passer quelque chose. Ce quelque chose fut la lente mue du mark européen en une devise « normale » dotée de son identité propre et converti aux règles monétaires qui prévalent dans les grandes économies libérales depuis la fin de la dernière guerre.

Cette mue prit plus de deux décennies. Elle vient de se terminer, en quelques jours, en ce début d'année. Le 22 janvier, la BCE annonçait qu'elle allait acheter massivement de la dette publique.

Les cris d'orfraie poussés à Berlin n'avaient rien à envier à ceux qui, quarante-trois ans plus tôt, avaient accueilli la fin de la convertibilité en or du dollar et avaient motivé les premiers projets d'union monétaire européenne. Une semaine plus tôt, la juridiction suprême européenne annonçait qu'elle validait un précédent programme annoncé en 2012. La nouvelle doctrine européenne est tranquillement en train de s'inscrire non seulement dans les faits, mais aussi dans le droit.

Et ce qui est en train de se passer avec la Grèce montre à quel point la doctrine allemande était devenue dépassée et engendrait de plus en plus de curiosité dans une économie mondialisée. Un ministre des Finances d'extrême gauche, Yanis Varouflakis, reçoit le soutien implicite de Washington (« On ne peut pas continuer à pressurer des pays qui sont en pleine dépression », a déclaré le président Obama), plaisante avec David Cameron et va finir par obtenir un profond réaménagement de sa dette... que les assouplissements monétaires successifs de ces dernières années et les entorses à la doctrine de la Bundesbank rendent possibles.

C'est ainsi qu'après vingt-trois ans d'un changement de nom est venu un changement de nature.

Le mark est mort. Vive l'euro !

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/02/2015 à 14:48 :
Mme AUTRET nous annoncerait-elle la mue de l'Euro surévalué,lequel a détruit les économies de la zone Euro depuis 25 ans,en une monnaie sous-évaluée,avec le plein accord de l'Allemagne ?
De qui se moque-t-on ?
a écrit le 12/02/2015 à 6:34 :
Il ne faut pas être grand clerc pour voir la disparition du dollar et de l'euro, car les pays du club n'ont rien à faire dans la zone euro, cette erreur politique sera corrigée par les marchés qui ne donnent pas grande valeur aux pays du club méditerranéen.
a écrit le 11/02/2015 à 14:31 :
dans les coffres de la bundesbank ? sur les 3996 tonnes d' or allemand , il s' en est perdu 1500 aux usa.. enfoui sous 26 mètres.. ou 1000... ou 10.000...
a écrit le 11/02/2015 à 14:20 :
c'est le chant du cygne de Mme Autret? Le mark est toujours en cours les billets sont toujour là. Pour les amnésies 1 euro= 2 DM! Vive les marks de l'Allemagne. Supprimons les euros des faignasses de l'Europe du sud. Ya ya mein kolonel
a écrit le 11/02/2015 à 14:18 :
Un peu rapide comme analyse.. la BCE, par ses status, ne peut accepter de faire des cadeaux à la Grèce (elle l'a bien rappelé), le FMI ne l'entend pas ainsi (Christine Lagarde a bien dit que la situation des grecs n'était pas la pire du monde), et le Fond de stabilité est limité en volume.. Les grecs sont tout simplement en train de prendre un risque énorme sur le futur de leurs banques.. rendez-vous dans dix jours..mais que vivent la Grèce, dans le respect des engagements, et des Lois européennes!
a écrit le 11/02/2015 à 13:41 :
Vive l'euro? Pas gagné ! Les germaniques ferment les yeux car l'inflation est morte mais gare au retour de bâton !
a écrit le 11/02/2015 à 13:09 :
L'Allemagne a été créée en 1873. C'est sous cette forme un état jeune. Pour accepter cette réunion de petites principautés, les anglais qui mènaient le bal financier de l'époque grâce déjà aux paradis fiscaux exigèrent l'adossement du mark à naître à l'or, pratique qui était tombée en désuétude ou en passe de l'être même si des pièces circulaient de façon réduite. Leur intérêt est très pratique puisque ce sont eux qui tenaient les mines d'or d'Afrique du Sud. Cette liaison or sans cause hormis ce motif devient alors une mode à laquelle se trouvèrent obligées toutes les autres nations. Les anglais échappaient ainsi par cette fausse garantie à une réglementation des changes pourtant devenue nécessaire sur cette zone rapprochée. Ce vide couvrait leurs pratiques en réalité anti-nationales dirigées contres leurs voisins. Rapidement l'adossement allemand déborde. On émet plus de billet qu'il y a d'or. Elle provoquera la crise monétaire qui amènera l'Allemagne à la super faillite puis portera Hitler au pouvoir pour restaurer la fierté teutonne. De ces désordres, organisés, par provocation, programmés, sortira la notion d'Europe. On lui donne la forme la plus absurde "à l'américaine" d'une fédération de nations visant à la constitution d'un pays pseudo commun. notion poussée à l'hystérie comme on peut le lire plus haut. Oubliant au passage que les USA n'ont put accepter les inégalités flagrantes qui en résulteraient obligatoirement que parce qu'il s'agissait d'un pays jeune en création. Rien d'identique possible avec la vieille Europe formés d'états constitués et de langues différentes. L'union monétaire est un chaos qui se veut anti-anglais pour certains et le début d'une intégration monétaire caucasienne pour d'autres. Elle engloberait le bloc caucasien de l'ouest : les Amériques nord et sud et le bloc caucasien de l'est : L'Europe complète, Russie et Angleterre comprises. Cet ensemble caucasien prenant comme racine nos fondements ethniques communs disposera d'une seule monnaie, issue de la convergence à laquelle nous assistons : celle du dollar et de l'euro. En ce sens l'euro n'existe pas, il est une sous division brève et provisoire du dollar qui est lui même une notion qui va disparaître. On ne prononcera plus le nom de la devise car l'unité en vigueur sera celle valable sur la zone de transaction, le transfert ou conversion sera fait automatiquement par les machines. Faire semblant de croire et de faire croire à une entité monétaire européenne durable comme il est pratiqué ici est soit un mensonge soit une incompétence.
a écrit le 11/02/2015 à 12:47 :
Donc pour résumer l'article : l'Allemagne économiquement saine et bien portante avec une monnaie bien gérée est jugée "dépassée" pour des motifs futiles ou pseudo-consensuels, pendant que les autres économies au bord de la ruine ou en stagnation depuis des décennies à force de pratiquer la planche à billets et/ou le déficit chronique pour financer leur électorat asservi devraient être maintenant considérés comme la nouvelle 'norme'.

Keynes doit se retourner dans sa tombe, et l'auteur devrait réviser la définition opérationnelle du mot 'causalité'.
Réponse de le 12/02/2015 à 10:36 :
C'est clair, la crise a pour origine le faite que les états ont privatisé la monnaie. Ni plus ni moins... La BCE en rachetant ces dette reprend la main sur sa monnaie. Mais bon peut on prétendre la BCE comme entreprise publique?
a écrit le 11/02/2015 à 12:27 :
Le mark est mort. Vive l'euro et vive la dette ! Jusque le jours on nous imposera le compte a payer.
Réponse de le 12/02/2015 à 10:39 :
Les dettes ont toujours existé. Et peut ont étés remboursés. Du temps des rois pour annuler leurs dettes ils réduisait de 30cm les préteurs... Aujourd'hui les préteurs sont des grands groupes qui s'enrichissent sur notre pauvreté, annuler leur prêt ne les ruineront pas pour autant et pire ils nous prêteront à nouveau s'en sourciller... Alors la question est qu'attend on nous pour décider de ne plus rembourser toutes les dettes de tous les pays européens?
a écrit le 11/02/2015 à 12:27 :
Le mark est mort. Vive l'euro et vive la dette ! Jusque le jours on nous imposera le compte a payer.
a écrit le 11/02/2015 à 12:22 :
On veut le retour du Mark pour que l'Allemagne retourne a sa monnaie locale et qu'elle ne nous l'impose pas en changeant le nom!
Réponse de le 13/02/2015 à 14:58 :
C'est ce qui s'est passé avec l'Euro !
CA SUFFIT !
Le Mark aux Teutons,le Franc (français,hélas,pas suisse) aux Français et l'Euro aux Chinois,s'ils en veulent !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :