Nouveau lundi noir à la Bourse de Paris

 |   |  496  mots
La tempête qui ravage la finance européenne depuis une semaine ne semble pas prête de se calmer.
A l'ouverture, le CAC perd 4,56% à 3.895 points. Ailleurs, les places européennes sont également dans la tourmente. La tempête qui ravage la finance européenne depuis une semaine ne semble pas prête de se calmer et les valeurs bancaires sont particulièrement attaquées.

Le ton avait été donné dès la nuit avec des très mauvaises séances sur la plupart des Bourses asiatiques. Dans la foulée, les marchés européens ont emboité le pas. Le Dax à Francfort est en baisse de 5,50 % et  le Footsie à Londres de 5,52%. La Bourse de Bruxelles, où la cotation du groupe bancaire Fortis était suspendue, perd 5,44%, entraînée par la chute des bancaires Dexia et KBC. Ailleurs en Europe, la Bourse de Milan accuse une baisse de 5,77%, Oslo de 8,0% et Madrid de 4,45%. A Moscou les échanges ont été encore interrompus pour une heure sur les deux Bourses, le RTS et le Micex, qui enregistrent des baisses respectives de 7,60% et 9,60% au bout d'une vingtaine de minutes d'échanges. En Allemagne, le ministre des Finances Peer Steinbrück a reconnu lundi que l'entrée en Bourse de la société de chemins de fer Deutsche Bahn, prévue le 27 octobre, était compromise en raison de la crise financière.

 

 Sans surprise, il n'y a aucune valeur dans le vert à l'ouverture, ni sur le CAC, ni sur le SRD. Dexia signe le plus fort repli du CAC dans les premiers échanges: le titre perd 10,98% à 7,60 euros. A noter que le conseil d'administration du groupe a annoncé hier être en mesure de faire face à la détérioration des conditions de marché. Très nette baisse également pour Crédit Agricole: le titre laisse 7,73% à 14,70 euros. Mauvaise journée également pour  Axa ( -7,33%)  à 21,44 euros. Société Générale subit un repli de 5,90% à 64,56 euros. Sur le SRD, Natixis plonge de 8,58% à 2,45 euros.


Même BNP Paribas n'est pas épargnée par le plongeon des bancaires. Le titre cède 5,15% à 68,11euros. L'établissement devient la première banque de détail de la zone euro avec la reprise des activités de Fortis en Belgique. Très mauvais début de journée également pour Alstom: le titre abandonne 6,44% à 46,30 euros, malgré l'annonce du rachat de 25% du capital du groupe russe de matériel ferroviaire, TMH.

Le net recul des cours du brut a un impact négatif sur le secteur pétrolier et parapétrolier: Vallourec chute de 7,40% à 124,11 euros et Total perd 4,44% à 40,78 euros. Sur le SRD, Technip recule de 4,25% à 35,36 euros, Maurel et Prom cède 4,29% à 10,26 euros  et CGG Veritas chute de 7,83% à 18,30 euros.

Sur le CAC, ArcelorMittal perd 6,57% à 30,85 euros. Le titre est victime de la chute des cours des matières première qui sont, je vous le rappelle, liés à ceux du pétrole.

Cela ne va pas mieux pour le secteur de la construction: Saint Gobain est dans le rouge de 5,58% à 34,25 euros, Bouygues recule de 5,13% à 28,81 euros, Vinci de 4,92% à 30,91 euros. Enfin,  Lafarge abandonne 4,74% à 66,90 euros.


Sur le marché du pétrole, les cours du brut continuent leur dégringolade. Le baril de WTI s'échange contre 90,71 dollars et celui de Brent contre 87,25 dollars. Même scénario du côté des changes. L'euro est en fort repli face au billet vert: 1 euro vaut 1,3570 dollar.

(également disponible en vidéo)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :