Les Bourses du Golfe dans la tourmente

 |   |  288  mots
e Kuwaiti Stock Market (KST) est tombé en-dessous de 12.000 points pour la première fois cette année.

 Le marché boursier saoudien, le premier en termes de capitalisation dans le monde arabe, a ouvert lundi en forte baisse après une fermeture d'une semaine, perdant plus de 9%, alors que les Bourses des autres monarchies pétrolières du Golfe continuaient le recul enregistré dimanche. La Bourse saoudienne était restée fermée pendant une semaine en raison de l'Aïd el-Fitr, fête qui marque la fin du mois de jeûne du ramadan.


Les autres Bourses du Golfe, qui avaient repris leurs activités dès dimanche, continuaient de baisser lundi, Dubaï perdant ainsi 4,5% à mi-séance, Abou Dhabi et Doha 4% chacune, tandis que la Bourse du Koweït reculait de 3,5% et que celle d'Oman cédait 6%. Pour sa part, le Kuwaiti Stock Market (KST), le second du monde arabe en terme de capitalisation, est tombé en-dessous de 12.000 points pour la première fois cette année. Quelques minutes après le début des transactions, le Saudi Tadawul All-Shares Index (Tasi) perdait 9,7% à 6.735,50 point, son niveau le plus bas depuis plus d'un an. Il s'agit des pertes les plus élevées en une seule journée depuis plusieurs années. Avant l'Aïd, le Tasi avait fini le troisième trimestre à 7.458,50 points.

Outre la crise financière internationale, la chute du marché saoudien semble s'expliquer par les résultats modestes annoncés par certaines grandes banques du royaume pour les neuf premiers mois de l'année. Al-Rajhi Banking Corp., banque la plus présente sur le marché boursier, a ainsi annoncé une augmentation de seulement 5% de ses profits, tandis que Samba (banque saoudo-américaine) a fait état d'un recul de 6,3% de ses profits nets par rapport à la même période de l'année dernière.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 6:13 :
En Europe nous sommes capables, si ce n'est plus que les américains, d'élaborer des produits financiers structurés à capital garanti et à rendement attractif.
Alors, qu'attendent nos banques pour submerger notre marché de nouveaux produits ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :