La Bourse de Tokyo affiche un plongeon historique de 42% en 2008

 |   |  355  mots
Le marché japonais est le premier à dire adieu à 2008, une année désastreuse sur les places boursières. L'indice Nikkei affiche ainsi la plus forte baisse (42,1%) de son histoire sur un an. Pour la dernière séance de ce mardi, il a tout de même terminé en hausse de 1,28%.

Malgré la baisse enregistrée lundi soir à Wall Street, la Bourse de Tokyo a fini la dernière séance de 2008 en hausse de 1,28% à 8859,56. Le Topix, plus large, a pris 0,52%, à 859,24 points. Sur le front des valeurs, le regain affiché par le dollar a permis aux valeurs exportatrices d'inscrire une ultime hausse. Canon a pris 2,28%, Sony a avancé de 1,16% et Olympus a gagné 2,04%. Le marché rouvrira le 5 janvier.

Cette légère remontée au dernier jour d'échanges de 2008 n'empêche pas toutefois le Nikkei d'enregistrer sa plus mauvaise performance sur une année depuis sa création il y a 58 ans, puisque l'indice a perdu 42,1% depuis le 1er janvier. En 2008, le secteur le plus malmené par les investisseurs a été l'automobile, alors que tous les constructeurs japonais ont drastiquement sabré leurs prévisions de bénéfices pour cause de chute de la demande aux Etats-Unis et en Europe et d'appréciation galopante du yen face au dollar et à l'euro.

Le numéro un mondial Toyota a ainsi perdu la moitié (-51,92%) de sa valeur boursière au cours de l'année écoulée. Frappé de plein fouet par la chute du marché américain, le groupe prévoit de subir lors de l'exercice 2008-2009, qui se termine fin mars, la première perte d'exploitation de son histoire.

La débandade a été encore plus spectaculaire pour certains de ses concurrents, comme Nissan et Mazda qui ont perdu pratiquement les trois quarts de leur valeur de marché. Le géant de l'électronique Sony a vu son action fondre de 69,00%, la banque Mitsubishi UFJ Financial Group a dévissé de 47,56%.

2009 s'annonce également difficile mais les investisseurs japonais pourraient être rassurés par l'action du gouvernement. Selon la presse de ce mardi, le gouvernement japonais et la banque centrale envisageraient en effet de mettre en place un plan de 10.000 milliards de yens (environ 78 milliards d'euros) pour racheter les créances douteuses et d'autres actifs des banques afin d'éviter une crise de crédit qui est déjà parvenue à gripper toute l'économie. Ce plan pourrait intervenir dès la fin du mois de mars.

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :