Wall Street finit en forte hausse après le maintien des taux bas

 |   |  835  mots
Les places américaines ont nettement progressé ce mercredi alors que la Fed a maintenu ses taux dans une fourchette historiquement basse de 0% à 0,25%. Le Dow Jones a gagné 2,46% à 8.375,45 points, le Nasdaq a progressé de 3,55% à 1.558,34 points et le S&P 500 a pris 3,36% à 874,09 points.

Les valeurs bancaires ont porté Wall Street ce mercredi. Les investisseurs ont réagi à des rumeurs de marché, relayées par l'agence Bloomberg, selon lesquelles la Federal Deposit Insurance Income (FDIC) pourrait mettre en place une structure de défaisance. Cette dernière permettrait à l'Agence fédérale américaine de garantie des dépôts bancaires d'isoler les actifs toxiques des banques. Une telle structure avait été évoquée par la précédente administration lors des discussions sur le plan Paulson avant d'être abandonnée au profit d'une recapitalisation des banques.

Du coup, le Dow Jones a gagné 2,46% à 8.375,45 points, le Nasdaq a progressé de 3,55% à 1.558,34 points et le S&P 500 a pris 3,36% à 874,09 points.

Les marchés ont aussi bien réagi à la décision de la Réserve fédérale à l'issue de son Comité de politique monétaire de maintenir une marge de fluctuation allant de 0% à 0,25%. Un niveau historiquement faible.

Par ailleurs, la Chambre des représentants doit voter le plan de relance présenté par Barack Obama. Son montant atteint 825 milliards d'euros, dont 275 milliards de dollars de baisses d'impôts et 550 milliards de dollars dans des "investissements prioritaires". Ce scrutin devrait être une simple formalité alors que les démocrates sont largement majoritaires au sein de la chambre basse du Parlement américain. L'issue du vote semble en revanche beaucoup plus indécise au Sénat. Or, les démocrates ont prévenu qu'ils ne feraient pas de concession sur ce plan que les sénateurs républicains veulent amender.

Ce plan doit permettre à l'économie américaine de limiter les dégâts. Le Fonds monétaire international (FMI) s'attend désormais à une contraction de 1,6% du produit intérieur brut (PIB) américain cette année, contre un repli de 0,7% attendu précédemment. Le chiffre de la croissance américaine au quatrième trimestre sera en outre publié ce vendredi. Les marchés anticipent une chute de 5,4% de l'activité sur un an, le plus fort recul depuis le premier trimestre 1982.

Du côté des valeurs, les banques sont donc en forte hausse ce mercredi. Y compris Wells Fargo, qui prend 30,88% à 21,19 dollars. L'établissement de San Francisco a pourtant affiché une perte de 2,55 milliards de dollars sur les trois derniers mois de 2008, sa première perte trimestrielle depuis 2001. Par action, la perte ressort à 79 cents alors que les analystes escomptaient un bénéfice de 33 cents. Et Wachovia, dont les résultats ne sont pas encore inclus, a perdu 11,2 milliards sur la période. Wells Fargo a finalisé le 31 décembre le rachat de sa concurrente basée en Caroline du Nord.

Les autres bancaires ont également été bien orientées. Bank of America a bondi de 13,69% à 7,39 dollars, Citigroup a grimpé de 18,59% à 4,21 dollars et JPMorgan a gagné 10,38% à 27,66 dollars. Du côté des banques d'affaires, Goldman Sachs et Morgan Stanley s'adjugent respectivement 12,06% à 87,70 dollars et 17,83% à 23 dollars.

Boeing est quasiment stable (+0,05%) à 43,24 dollars. L'avionneur américain a perdu 56 millions de dollars au quatrième trimestre, contre un bénéfice de 1,03 milliard un an plus tôt. Le groupe a été pénalisé par la grève de ses ouvriers mécaniciens et par les charges liées au nouveau retard de son gros porteur 747. Hors exceptionnels, Boeing a dégagé un bénéfice par action de 62 cents. Les marchés attendaient 78 cents de profits par titre.

ConocoPhillips prend 1,31% à  50,16 dollars. La troisième compagnie pétrolière américaine a fait état d'une perte record sur les trois derniers mois de 2008, à 32 milliards de dollars. Le groupe a été touché par d'importantes dépréciations d'actifs et la forte chute des cours du pétrole depuis les records atteints début juillet à plus de 147 dollars le baril. Hors exceptionnels, le résultat net demeure positif avec un bénéfice par action de 1,28 dollar, 4 cents de mieux que le consensus du marché.

Yahoo grimpe de 7,94% à 12,24 dollars. Le portail Internet a fait mieux que prévu au quatrième trimestre. La perte nette du groupe désormais dirigé par Carol Bartz s'est élevée à 303 millions de dollars sur la période, à cause d'importants amortissements. Rapporté au nombre d'actions, son bénéfice courant s'est établi à 17 cents, alors que les analystes n'en attendaient que 13 cents.

Sun Microsystems s'envole de 21,8% à 4,86 dollars. Le groupe informatique américain a enregistré une perte de 209 millions de dollars au titre de son deuxième trimestre 2008/09. En excluant les charges de restructuration et d'autres éléments exceptionnels, Sun accuse une perte d'un cent par action, contre 9 cents attendus par les investisseurs.

Enfin, AT&T progresse de 0,41% à 25,37 dollars. Le deuxième opérateur américain en télécoms a vu son bénéfice baisser de 23% au quatrième trimestre à 2,4 milliards de dollars. Hors charges exceptionnelles (liées notamment à des fusions et des réductions d'effectifs), le bénéfice par action s'établit à 64 cents, un chiffre conforme aux attentes. Mais le groupe a enregistré plus de résilations qu'attendu par les marchés, notamment dans la téléphonie fixe.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :