La Bourse de Paris plonge après la nationalisation partielle de Citigroup et la chute du PIB américain

 |   |  408  mots
A la mi-séance, la Bourse de Paris évoluait toujours nettement dans le rouge, en recul de 1,64%, à 2.699 points. Mais passé 14h30, elle a accentué ses pertes au delà des 3% après l'annonce de l'entrée de l'Etat américain à 36% dans le capital de Citigroup et le recul nettement supérieur à la première prévision du PIB américain.

A la mi-séance ce vendredi, la Bourse de Paris évoluait toujours nettement dans le rouge. Le CAC 40 a reculé de 1,64% à 2.699 points. Le marché attend plusieurs statistiques américaines, dont la confirmation du PIB américain pour le quatrième trimestre.

Du côté des valeurs, Sanofi-Aventis a signé la plus forte baisse de l'indice parisien, dans le sillage des valeurs pharmaceutiques américaines hier soir. Le titre a cédé 5,07% à 40,43 euros.

Egalement mal orienté, Axa a nettement reculé après son rebond hier. Le titre a cédé 4,76%, à 7,62 euros. BNP Paribas, qui a pris 12% hier, a également subi des prises de bénéfices. La valeur a perdu 3,16% à 26,33 euros. Société Générale a reculé de 3,03%, à 25,41 euros, et Crédit Agricole de 2,62%, à 7,87 euros.

Pour sa part, Dexia a très légèrement progressé de 0,11%, à 1,76 euro. Toujours dans le secteur bancaire, mais en dehors du CAC, Natixis a cédé 3,18% à 1,09 euro. Ses deux maisons mères Caisse d'Epargne et Banque Populaire ont annoncé officiellement hier soir leur fusion. La direction de Natixis reste inchangée.

De son côté, Alcatel-Lucent s'est aussi positionné en nette baisse, de 2,1%, à 1,07 euro. Son concurrent américain Cisco a annoncé hier le lancement d'un plan de restructuration qui se limite pour l'instant à supprimer 3% de ses effectifs.

Du côté des hausses, Saint-Gobain a bondi après avoir été très attaqué ces dernières séances. Il a pris 6,72% à 18,66 euros.

France Télécom s'est aussi affiché dans le vert, avec une hausse de 2,26% à 17,88 euros. Son concurrent Deutsche Telekom a annoncé un bond de ses profits en 2008.

Veolia reste très entouré, après sa nette progression hier sur des rumeurs d'entrée à son capital du fonds stratégique d'investissement (FSI). Le titre a encore gagné 2,15% à 16,89 euros.

Sur le reste du SRD, Thales a à peine progressé, de 0,83%, à 30,86 euros. Le bénéfice net a reculé de 35% en 2008, en raison d'un effet comparatif défavorable. Mais pour 2009, le spécialiste de l'électronique de défense se veut confiant.

A l'inverse, Eiffage a décroché de 8,29% à 29,21 euros dans le sillage de la publication de ses résultats 2008.

Après avoir pris deux dollars hier, les cours du pétrole repartent à la baisse. Le baril de WTI s'est échangé contre 44,09 dollars. Le baril de Brent s'est échangé contre 45,70 dollars.

Sur le marché des devises, le dollar s'est renforcé face à l'euro ; 1 euro vaut 1,2656 dollar.

(Egalement disponible en vidéo sur votre site latribune.fr)

 

 

 

 

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :