La Bourse de Paris termine en hausse dans un volume d'échanges très faible

 |   |  426  mots
A la clôture de la Bourse de Paris ce vendredi 8 mai, le CAC 40 a gagné 1,88% à 3.313 points dans un volume d'échanges extrêmement faible. Sur la semaine, l'indice phare de la place a progressé de 2,3%.

La Bourse de Paris a maintenu sa progression après l'ouverture de Wall Street. A la clôture, le CAC 40 a gagné 1,88% à 3.313 points. Cependant, le volume d'échanges est resté extrêmement faible toute la journée. Sur la semaine, l'indice phare de la Bourse de Paris a progressé de 2,3%.

Les valeurs financières ont soutenu la tendance après la publication des tests de résistance des banques américaines hier. Dexia a repris son rally avec un gain de 7,76% à 4,64 euros. C'est la plus forte hausse du CAC. Crédit Agricole a pris 3,16% à 11,74 euros. BNP Paribas a grimpé de 1,94% à 45,88 euros et Natixis a pris 2,64% sur le SBF 120, à 1,94 euro.

Enfin, Société Générale a terminé la journée sur une note stable, à 39,48 euros. La perte trimestrielle surprise annoncée hier continue de peser sur le cours.

Par ailleurs, Air France-KLM a encore bondi de 6,6% à 10,66 euros. Le titre a également enregistré la plus belle hausse de la semaine sur le CAC : presque 24%.

ArcelorMittal a signé une performance de 5,02% à 21,33 euros à la faveur de la remontée des cours de pétrole brut.

PPR a afiché de son côté une hausse de 4,7% à 63,79 euros. Le groupe a tenu une assemblée générale houleuse hier. Il a fait de la réduction des coûts sa priorité de l'année 2009.

 EADS a terminé en hausse de 4,81% à 12,08 euros. Le Pentagone a annoncé hier qu'il comptait relancer l'appel d'offres pour le méga contrat des avions ravitailleurs cet été.

Hors CAC 40, Wendel a poursuivi sa progression, prenant 3,62% à 33,80 euros. Les marchés ont applaudi la cession de ses actifs dans Oranje-Nassau.

 Du côté des baisses, à la clôture, le plus fort repli du CAC est signé STMicroElectronics : -4,05% à 4,97 euros. Le titre a été victime de prises de bénéfices. Tout comme Pernod-Ricard, qui a perdu 0,78% à 46,80 euros.

Renault a cédé 2,56% à 26,04 euros. Les marchés se sont montrés inquiets pour son partenaire japonais Nissan après la publication d'une perte historique plus importante que prévu de Toyota. Dans le sillage de Renault, Peugeot a abandonné 1,82% à 17,55 euros.

Par ailleurs, à la clôture, les cours de pétrole brut se stabilisaient sous la barre des 58 dollars. Le baril de WTI américain s'échangeait contre 57,37 dollars et celui de Brent de la mer du Nord contre 57,63 dollars. Du côté des devises, l'euro remontait fortement, à 1,35 dollar tout juste.

 

Lundi, retrouvez Blandine Henault à 10 heures pour un point sur la tendance à l'ouverture de la Bourse de Paris. En attendant retrouvez toute l'information sur latribune.fr

 

(Egalement disponible en vidéo.)

 

 

 

 

 

 

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :