Encore une semaine de baisse à la Bourse de Paris

 |   |  976  mots
Le marché parisien termine sur un repli hebdomadaire de 2,84% en affichant qu'une seule séance de hausse sur les cinq derniers jours. Il s'agit de la troisième semaine de baisse consécutive à la Bourse de Paris.

La correction se poursuit sur les marchés boursiers. Pour la troisième semaine consécutive, la Bourse de Paris termine sur un repli hebdomadaire de 2,84%. La semaine a mal commencé avec une chute de 3,04% lundi, puis une baisse de 0,21% mardi. Mercredi, l'attente de la décision monétaire de la Réserve fédérale américaine (Fed) a permis de soutenir le marché (+0,68%). Mais dès jeudi (-0,68%) et vendredi (-1,05%), le CAC 40 est repassé en territoire négatif et termine à 3.129 points.

S'agit-il d'une simple consolidation après la forte progression enregistrée sur les marchés depuis début mars ou d'une correction plus sévère? Difficile à dire tant les marchés restent volatiles, et ce d'autant plus que les volumes d'affaires sont toujours aussi faibles (à peine plus de 2,8 milliards d'euros au mieux).

Du côté de l'actualité macroéconomique, la Fed n'a pas créé la surprise en maintenant ses taux directeurs inchangés et en poursuivant sa politique non conventionnelle de rachat d'emprunt. Les marchés s'attendaient néanmoins à un discours un peu plus positif sur la situation économique. Au premier trimestre, le PIB américain a reculé de 5% et celui de la France de 1,2%.

Un signe encourageant tout de même : l'OCDE a relevé ses prévisions économiques en 2009 et 2010 pour la première fois depuis deux ans. L'organisme prévoit une contraction de l'économie mondiale de 4,1% cette année (contre 4,7% estimé auparavant) et table sur un retour de la croissance en 2010 (+0,7% contre -0,1%).

Côté business, Sanofi-Aventis est dans la tourmente. Le titre a signé la plus forte baisse du CAC 40 lors des trois séances de mercredi (-1,74%), jeudi (-4,57%) et vendredi (-8,1%). Mercredi, le directeur général Chris Viehbacher a confirmé la réorganisation des activités recherche et développement. En fin de semaine, de nouvelles inquiétudes sont apparues sur deux médicaments du groupe.

D'abord, sur l'antidouleur Di-Antalvic qui va devoir être retiré du marché. Mais les analystes s'inquiètent surtout au sujet de l'antidiabétique vedette du groupe, Lantus, soupçonné d'être cancérigène. Morgan Stanley et JP Morgan ont ainsi abaissé leur recommandation sur le titre Sanofi-Aventis. Résultat sur la semaine, l'action du groupe pharmaceutique s'effondre de 15,6%.

Inquiétudes sur Crédit Agricole, Soitec plébiscité

La semaine a été difficile également pour le secteur automobile. Les deux concurrents Renault (-4,59% sur les cinq derniers jours) et Peugeot (-9,29%) ont fait les frais de révision de leur note par l'agence de notation Standard and Poor's. Lundi, cette dernière a abaissé la note de crédit long terme de Renault. Vendredi, c'est Peugeot qui a été mis sous surveillance négative. Par ailleurs, la marque au lion a annoncé s'attendre à une perte opérationnelle comprise entre 1 et 2 milliards d'euros en 2009. Le constructeur a aussi lancé une émission d'obligations convertibles de 500 millions d'euros à échéance 2016.

De son côté, ArcelorMittal continue d'enregistrer des variations importantes et signe une semaine en dents de scie à l'image des cours des matières premières. Le titre cède 1,86% sur la semaine. Pour les pétrolières, Total a subi le repli des cours du brut tombés jusqu'à 67 dollars en début de semaine. La première capitalisation du CAC 40 affiche une baisse hebdomadaire de 2,99%. Le fabricant de tubes Vallourec cède 2%.

Dans la finance, Credit Agricole plonge de 12,65% sur la semaine avec aucune séance dans le vert. Le titre a été affecté par des rumeurs de consensus de résultats trop élevé pour 2009. Du coup, les analystes ont commencé à revoir leurs prévisions à la baisse. Pour les autres valeurs du secteur, Société Générale cède 4,06%, Dexia baisse de 3,82%, BNP Paribas de 0,41% et Axa de 2,26%.

STMicroelectronics affiche pour sa part un repli de 4,01% sur la semaine. Le titre a été affecté par des informations selon lesquelles Areva envisagerait de vendre sa participation de 11% dans le fabricant de semi-conducteurs. L'action a connu un sursaut en milieu de semaine grâce à son concurrent Infineon qui a révisé à la hausse ses prévisions pour le troisième trimestre.

Pour sa part, Areva décroche de 6,25% sur la semaine. Les spéculations vont bon train sur une évolution du capital du groupe nucléaire. Vendredi, le Financial Times évoquait la vente par le gouvernement français de 15% du capital à des investisseurs étrangers.

Air France-KLM termine la semaine sur un repli hebdomadaire de 3,17%. Le titre s'en sort plutôt bien au vu de son actualité des derniers jours. La compagnie aérienne a confirmé le lancement d'une émission d'obligations convertibles de 661 millions d'euros à échéance 2015. Par ailleurs, le trafic aérien mondial a de nouveau reculé en mai selon les chiffres de l'association Iata.

A l'inverse, la semaine a été positive pour Carrefour (+6,11%). Le titre a profité de plusieurs notes positives de brocker après avoir été affecté ces derniers semaines par des rumeurs sur un avertissement sur résultats. Par ailleurs, le groupe israélien Koor a annoncé qu'il allait investir 640 millions d'euros dans le distributeur. Il détient déjà 0,26% du capital. Mardi, des informations du Figaro ont fait aussi état d'un plan d'économies de 2 milliards d'euros d'ici 2012.

Le malheur des uns fait le bonheur des autres. EADS a résisté à la baisse du marché cette semaine (+0,04%). L'action a bénéficié d'arbitrages favorables alors que son concurrent américain Boeing rencontre de graves difficultés. L'avionneur américain a dû de nouveau reporter la date du premier vol de son avion vedette 787 « Dreamliner » et accuse des annulations de commandes.

Sur le SBF 120, Soitec s'est, lui, carrément envolé de 28,27% cette semaine, dont une progression de 21,59% sur la seule séance de mardi. Le groupe a revu à la hausse son objectif de vente au premier trimestre et les investisseurs ont salué comme il se doit cette annonce.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :