Wall Street marque une pause

 |   |  502  mots
(Crédits : Reuters)
Les places américaines ont clôturé autour de l'équilibre, consolidant les gains enregistrés la semaine dernière. Le Dow Jones gagne ainsi 0,03% à 9.509 points mais le Nasdaq cède 0,14% à 2.018 points et le S&P 500 abandonne 0,06% à 1.023 points.

Après quatre séances de hausse, Wall Street a marqué une pause ce lundi en l'absence de statistiques et d'informations majeures sur le front des entreprises. Les marchés sont ainsi restés prudents dans l'attente de la publication de statistiques importantes cette semaine (confiance des consommateurs, consommation des ménages, commandes de biens durables...), malgré les commentaires optimistes de Ben Bernanke. Le président de la Réserve fédérale a estimé vendredi que l'économie américaine avait évité le pire, tout en mettant en avant des signes de stabilisation et de bonnes perspectives de reprise à court terme. Dans le sillage de ses déclarations, le Dow Jones a terminé la semaine au-dessus des 9.500 points, à son plus haut niveau depuis novembre.

A la clôture, le Dow Jones gagne ainsi 0,03% à 9.509 points mais le Nasdaq cède 0,14% à 2.018 points et le S&P 500 abandonne 0,06% à 1.023 points.

Du côté des valeurs, Procter & Gamble cède 0,45% à 53,34 dollars. Le fabricant américain de produits de grande consommation a annoncé la cession de ses activités pharmaceutiques au groupe irlandais Warner Chilcott pour un montant de 3,1 milliards de dollars. Le propriétaire des marques Gillette, Ariel ou encore Pampers avait indiqué fin 2008 qu'il souhaitait vendre cette division, représentant un chiffre d'affaires de 2 milliards de dollars, en raison notamment de la concurrence des médicaments génériques.

Advanced Micro Devices (AMD) s'inscrit en forte hausse, s'adjugeant 8,11% à 4 dollars. Le numéro deux mondial des microprocesseurs profite du relèvement de la recommandation de Citigroup, qui est passé de "conserver" à "achat" sur le titre. L'intermédiaire invoque notamment la perspective d'une amélioration de la marge brute du groupe. Le leader du marché, Intel, abandonne pour sa part 0,69% à 18,76 dollars.

Sur le secteur financier, Citigroup grimpe de 2,55% à 4,82 dollars. Pourtant, la banque new-yorkaise pourrait encore subir 44 milliards de dollars de pertes sur crédit d'ici à la fin 2010, estime Fox-Pitt. Du coup, le retour des comptes dans le vert, espéré au deuxième semestre de l'année, pourrait être différé. Fortement touchée par la crise financière, Citigroup a été renflouée a hauteur de 45 milliards de dollars par l'Etat américain.

American Express abandonne 0,55% à 32,67 dollars alors que Barclays est pourtant passé à "surpondérer" sur la valeur, contre "pondération en ligne" précédemment. Même chose pour ses concurrents Discovery Financial (+1,55% à 13,72 dollars) et Capital One (-0,08% à 36,45 dollars). L'établissement britannique justifie sa décision par les perspectives de profits à long terme des trois groupes spécialisés dans les cartes de crédit alors que le volume des créances douteuses devrait reculer.

Enfin, Sears Holdings chute de 3,15% à 63,94 dollars. Le titre pourrait perdre jusqu'à 50% de sa valeur, avance ce lundi l'influent hebdomadaire financier Barron's. La première chaîne de grand magasin américaine a épuisé ses capacités de réduction de coûts susceptibles de lui faire regagner des parts de marché face à la concurrence, estime-t-il. Au deuxième trimestre, Sears a accusé une perte de 94 millions de dollars.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :